L’insomnie des étoiles de Marc DUGAIN

4ème de couverture: Automne 1945, alors que les Alliés se sont entendus pour occuper Berlin et le reste de l’Allemagne, une compagnie de militaires français emmenée par le capitaine Louyre investit le sud du pays. En approchant de la ville où ils doivent prendre leurs quartiers, une ferme isolée attire leur attention. Les soldats y font une double découverte : une adolescente hirsute qui vit là seule, comme une sauvage, et le corps calciné d’un homme. Incapable de fournir une explication sur les raisons de son abandon et de la présence de ce cadavre, la jeune fille est mise aux arrêts. Contre l’avis de sa hiérarchie, le capitaine Louyre va s’acharner à connaitre la vérité sur cette affaire, mineure au regard des désastres de la guerre, car il pressent qu’elle lui révélera un secret autrement plus capital.

Une phrase : «Même si les dictatures l’indisposaient, Louyre n’avait pas cette foi combattante qui rend les choses si lumineuses de simplicité, quand le mal devient trivial»

C’est le titre qui m’a tout d’abord attiré, alors que je flânais dans les rayons de la médiathèque. Je l’ai trouvé très poétique, et il m’a séduit de suite. La 4ème de couverture a fini de me décider à emprunter ce livre. Je m’attendais à une belle histoire, pleine de mystère et de personnages forts, sur une ambiance de guerre. Eh bien, j’ai été assez déçue. On m’annonçait une enquête, en fait elle est quasiment inexistante puisque dès le début je savais pertinemment ce que le capitaine allait découvrir. Le personnage ne fait que tourner autour de ce fameux secret, en laissant planer un doute ridicule et inutile durant des pages et des pages. En outre, d’autres petits rien, des petits attraits secondaires de l’histoire mais permettant de s’attacher aux personnages et de les rendre plus réels, plus vivants, plus proches de nous auraient pu être nettement plus développés. Bref, je n’ai rien trouvé de ce que j’attendais dans ce roman. Si, je peux peut être souligné la présence de ce personnage atypique, anti-conformiste et à contre-courant qu’est le capitaine Louyre, et qui donne un peu de piment à ce récit. Mais ça fut bien insuffisant pour moi…

Retour à l'accueil