Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi de Katherine PANCOL

4ème de couverture: « Souvent la vie s’amuse.

Elle nous offre un diamant, caché sous un ticket de métro ou le tombé d’un rideau. Embusqué dans un mot, un regard, un sourire un peu nigaud.

Il faut faire attention aux détails. Ils sèment notre vie de petits cailloux et nous guident. Les gens brutaux, les gens pressés, ceux qui portent des gants de boxe ou font gicler le gravier, ignorent les détails. Ils veulent du lourd, de l’imposant, du clinquant, ils ne veulent pas perdre une minute à se baisser pour un sou, une paille, la main d’un homme tremblant.

Mais si on se penche, si on arrête le temps, on découvre des diamants dans une main tendue…. Et la vie n’est plus jamais triste. Ni le samedi, ni le dimanche, ni le lundi…. »

Une phrase : «Elle n’en sortait pas de ce mot-là qui enfonçait toujours le même clou dans sa tête, enfonçait d’autres clous brulants de questions, érigeait de hautes parois contre lesquelles elle se heurtait.»

Tout d’abord, mon fameux « pourquoi ce livre ». Je l’ai choisi car cela faisait assez longtemps que j’avais envie de lire un livre de Katherine Pancol. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre et cette auteure ne m’a été recommandée par personne, mais ses titres de romans à rallonge, plein de loufoquerie, et écrits de toutes les couleurs sur les couvertures m’ont toujours attirés. J’ai choisi ce roman-ci parmi les autres, un peu au hasard. Il faut dire qu’en lisant la 4ème de couverture je ne savais vraiment pas de quoi ce livre allait parler, c’était l’aventure, même si je m’étais fait une idée de ce que j’allais découvrir à l’intérieur.

Eh bien cette idée s’est révélée fausse, et le choix de ce livre-là pas forcément judicieux, puisque l’auteur souligne plusieurs fois que certains personnages et certains évènements font écho à deux autres de ses romans Les yeux jaunes des crocodiles et La valse lente des tortues. Il aurait donc sûrement fallu commencer par ces roman-ci, puisque j’ai appris ensuite, qu’il formait une trilogie !

Les premières pages m’ont un peu déroutée. En effet, l’auteur présente un personnage, dont on suit les péripéties durant quelques pages, puis enchaine avec un autre personnages, apparenté d’une manière ou d’une autre au personnage précédent, et nous fait découvrir un morceau de sa vie sur quelques pages, et ainsi de suite jusqu’à une dizaine personnages ! Et ensuite, tout le livre est fait sur ce modèle, on passe sans cesse de l’un à l’autre, parfois il se croise, un peu comme dans un feuilleton télévisé, où chaque personnage a sa propre histoire, sa réalité mais est néanmoins relié d’une manière ou d’une autre à celle des autres. Ce qui devient exagéré dans ce roman, c’est qu’ils sont tous reliés entre eux par des liens familiaux : la femme qui aime l’ex de sa sœur, la fille qui aime le fils de la meilleure amie de sa mère,… Bref c’est trop alambiqué pour sonner juste. Et surtout je n’ai pas du tout accroché aux personnages. Aucun ne m’a ému, touché, attendri. Je ne me suis identifiée à aucun. Aucun n’a revêtu pour moi la parure du « héros » du roman. Je les ai tous trouvé fades, irréels, antipathiques. Pas facile de prendre du plaisir à lire dans ces conditions !

Pour résumé, on peut dire que je me suis fais violence pour finir ce livre. Je l’ai trouvé long, mais long ! Faut dire, quand on n’accroche pas, 852 pages c’est une montagne à gravir ! Je n’avais qu’une hâte, parvenir à la fin, connaitre le dénouement (oui, malgré tout !) et passer à une autre roman. Mais la fin était tellement prévisible, que j’ai plus survolé que lu les 200 dernières pages, sautant les paragraphes de descriptions, ceux où les personnages s’atermoient sur leur pauvre sort pour aller directement à l’action. Et je dois dire que je n’ai pas trouvé beaucoup d’actions tout au long de ce roman (c’est sûrement pour cela aussi que je l’ai trouvé siiiiiiii long !)

Pour conclure, je peux dire que j’ai été bien déçue et dépitée par ce roman dont j’attendais tant. Quelqu’un qui l’aurait aimé pourrait-il me dire ce qui lui a plu, ça m’intéresse vraiment.m

Retour à l'accueil