No et moi de Delphine DE VIGAN

4ème de couverture: « Elle m’avait l’air si jeune. En même temps, il m’avait semblé qu’elle connaissait vraiment la vie, ou plutôt qu’elle connaissait de la vie quelque chose qui faisait peur »

Adolescente surdouée, Lou Bertignac rêve d’amour, observe les gens, collectionne les mots, multiplie les expériences domestiques et les théories fantaisistes.

Jusqu’au jour où elle rencontre No, une jeune fille à peine plus âgée qu’elle. No, ses vêtements sales, son visage fatigué, No dont la solitude et l’errance questionnent le monde. Pour la sauver, Lou se lance alors dans une expérience de grande envergure menée contre le destin.

Mais nul n’est à l’abri…

Une phrase : «On est capable d’envoyer des avions supersoniques et des fusées dans l’espace, d’identifier un criminel à partir d’un cheveu ou d’une minuscule particule de peau, de créer une tomate qui dure trois semaines au réfrigérateur sans prendre une ride, de faire tenir dans une puce microscopique des milliards d’informations. On est capable de laisser mourir des gens dans la rue.»

Avant de connaitre le livre et l’auteur, j’ai entendu parler du film, intitulé comme le roman, qui est sorti il y a quelques mois. J’aurais aimé aller le voir, mais j’ai loupé le coche et ne l’ai jamais vu. Donc, je me suis dit que plutôt que d’acheter le DVD, je pourrais commencer par lire l’œuvre originelle.

Un trajet en bus puis train jusqu’à Paris (pour 2 petits jours de vacances) m’a donné l’occasion de faire le tour de ces 282 pages. Et à vrai dire, ce fut un bon choix de roman de voyage car je ne l’ai quasiment pas lâché. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre : l’écriture est belle, fluide, punchy ; on entend vraiment parler, penser, ressentir Lou, qui est à la fois l’héroïne et la narratrice. J’ai plongé très facilement dans son univers et me suis vraiment attachée à tous les personnages, les principaux comme les secondaires. Ils étaient vraiment humains, ils sonnaient juste dans leurs souffrances, leurs rêves, leurs volontés et leurs impossibilités. Les personnages de ces trois ados atypiques (ou peut-être pas d’ailleurs !) - livrés un peu à eux-mêmes et projetés trop tôt dans le monde des adultes, par des parents bancals, absents ou à côté de leurs pompes – sont touchants, émouvants, mais également admirables.

J’ai trouvé l’histoire vraiment belle et le roman m’a même redonné envie de voir le film !

Retour à l'accueil