Le grand loin de Pascal GARNIER

~4ème de couverture: Père placide et d'humeur conciliante, voilà Marc parti vers le sud avec sa fille Anne qu'il vient d'enlever à son hopital psychiatrique pour le week-end. Mais la petite escapade tourne bientôt à la cavale. Anne ne veut plus rentrer, surtout pas à l'asile. elle veut aller loin, très loin, le plus loin possible. Constellée d'incendies bizarres et semée de cadavres, la drôle d'équipée se transforme vite en un hallucinant road-movie.

Avec férocité, avec fragilité aussi, les personnages de Pascal Garnier s'accrochent à leurs rêves naïfs ou dérisoires, en éclopés de la solitude fuyant le réel pour davantage s'y perdre. Ange du mal déguisé en cordon bleu ou tueur à gages flapi, ce sont décidément des gens comme vous et moi, des monstres candides en proie à leur plus chère folie.

Je ne m'attarderai pas trop sur ce livre, que j'avais choisi avant tout pour son éditeur Zulma (édition des deux livres d'Olafsdottir que j'ai lu dernièrement). Je souhaitais trouver un roman original, atypique, et la quatrième de couverture présentait un auteur friand d'humour noir. Bon, pour le côté humour, je cherche encore. Pour l'atypique et le noir, je n'ai pas été déçue. C'est un roman qui m'a tout d'abord semblé bizarre, voire étrange, avec un personnage assez banal certes, mais partant un peu à la dérive. Mais au fur et à mesure de la lecture, j'ai découvert une histoire glauque, dérangeante et plus qu'immorale. Bref, je n'ai pas du tout accrochée. Pas parce que j'en ai été choquée, mais parce que je n'ai pas vu l'intérêt de raconter une telle histoire...

Retour à l'accueil