Le Challenge familial:

Un roman qui se passe en Lorraine

Un roman adapté au cinéma

Un roman dont le titre comprend un prénom

Un premier roman

Un roman qui se passe dans un monde imaginaire

Une pièce de théâtre

Une BD

Un documentaire - essai


 

4ème de couverture: Nous nous étions battus, mon mécano et moi. Nous avions reçu l'ordre de détruire l'ennemi. Nous avions obéi... Oui, nous nous étions battus, et ce 22 mai 1940, un mercredi, douze jours après l'offensive, au petit matin, à l'orée d'un bois, nous venions d'être faits aux pattes. C'était à Mons-en-Chaussé, près de Péronne, dans la Somme. Mon père avait été blessé dans ce coin, vingt-cinq ans plus tôt. Moi, j'avais vingt-cinq ans et je venais de recevoir comme un coup de massue derrière la tête.


 

Une phrase: ou plutôt une planche!


 

J'ai acheté cette BD à mon cher et tendre il y a un certain temps. J'en avais entendu parler sur France Inter, et je m'étais dit que le sujet pourrait lui plaire. Son grand-père a combattu en 1940, puis a été fait prisonnier en Allemagne jusqu'à la fin de la guerre.

Comme il fallait lire une BD pour le challenge, je me suis dit que celle-ci conviendrait parfaitement!

L'auteur a rédigé cette BD à partir des récits de son père. Celui-ci a tenu de petits carnets où il racontait et dessinait ce qu'il avait vécu. Il en parlait aussi parfois avec son fils. Un certain temps après sa mort, son fils a décidé de rédiger cette BD, à partir de ces fameux carnets. D'ailleurs, il dit à plusieurs reprises sa frustration et sa déception de ne pas avoir posé certaines questions à son père de son vivant : certaines zones d'ombre le resteront à jamais.


 

J'ai beaucoup aimé la lecture de cette BD. Un petit cours d'histoire, mais en forme de témoignage : la guerre vécue de l'intérieure, au quotidien.

Dans la première partie du livre, il s'agit de la guerre à proprement parler. Au début, je ne voyais pas l'intérêt de tout cela, je voulais “lire la vie au stalag”. Puis au bout d'un moment je me suis dit qu'il s'agissait de toute une partie peu connue de notre histoire, car peu enseignée. Souvent, en cours, on a l'impression que la deuxième guerre mondiale commence en juin 1940, quand nous l'avons perdu. Aussi, j'ai rapidement changé d'avis et me suis intéressée à ce que racontait l'auteur : les quelques combats, le désoeuvrement, l'incertitude, la honte et la colère contre les chefs.

Dans la deuxième partie, commence le récit de la détention : le trajet jusqu'au camp, l'installation, le quotidien, les travaux à la ferme et au stalag, le froid, la faim, les coups, les brimades, la mort. Mais aussi la solidarité, l'humour, le courage.

Le livre se termine sur la libération du camp. Et un tome 2 raconte le long retour jusqu'en France. A venir sur ce blog!

Retour à l'accueil