Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2018-02-15T15:26:04+01:00

Filles impertinentes de Doris LESSING

Publié par 1000N1

Le challenge familial 2018:

Une biographie ou autobiographie

- Un récit de voyage ou de visite d'un pays.

un auteur islandais

- le livre "secret" choisi pour moi par ma soeur

un recueil de poèmes

- un roman écrit au 19ème siècle.

- On est nature ! Lire un livre avec un végétal dans le titre et/ou un végétal sur la couverture.

Lire un livre dont l'auteur à les mêmes initiales que toi. 

4ème de couverture: Avec Filles impertinentes, Doris Lessing nous livre le récit poignant de sa genèse et de sa jeunesse. Elle s'y dévoile sous un jour nouveau et met toute sa puissance de conteuse au service d'un sujet universel : les relations mère-fille. Mordant, plein d'esprit et porté tout au long par une franchise hors du commun, Filles impertinentes est également l'autoportrait saisissant d'un des écrivains les plus libres de son époque.

 


 

Une phrase: “Il fallait s'opposer à ses parents à tout moment et dans tous domaines, non seulement parce qu'ils étaient réactionnaires, ce qui allait de soi, mais parce qu'ils voulaient vivre notre vie à notre place»


 

Je n'ai jamais lu de roman de Doris LESSING, pourtant j'ai souvent hésité à en lire. Les titres m'attiraient, les 4ème de couverture beaucoup moins... Là c'est à la fois le titre, la couverture et la 4ème qui m'ont donnés envie. Du coup, je l'ai pris. En plus, il entre dans une des catégories du concours famille 2018 : l'autobiographie

C'est un tout petit livre, qui se lit très vite. L'auteur nous raconte son histoire familiale et s'y confie sans faux semblant. Elle peut être très dure avec ses parents, surtout dans le début du récit. Elle ne mâche pas ses mots. Mais au fur et à mesure, on comprend aussi qu'elle s'en veut aussi à elle-même de n'avoir pas su “rencontrer” sa mère. Chacune représentait, par son caractère et son tempérament, les valeurs que l'autre exécrait. On devine que cela n'a pas dû être drôle tous les jours... Doris Lessing semble avoir longtemps reproché à sa mère de ne pas l'avoir assez aimée, ou du moins de ne pas avoir su le lui montrer. Elle était en colère contre elle. Mais vers la fin de l'ouvrage, c'est comme si elle prenait conscience qu'elle aussi n'a pas montré à sa mère qu'elle l'aimait. Elle essaie en tous cas de la comprendre mieux, de lui pardonner, même si en fait, elle dit n'éprouver que “de la pitié” pour sa mère. D'ailleurs, par moment elle fait parler sa mère. C'est même un peu déroutant au début, car elle n'indique jamais qui parle : elle ou sa mère. Mais on comprend vite que cette femme qui se plaint de sa fille impertinente c'est sa mère.

C'est à la fois un joli récit, et une histoire un peu triste, d'autant plus qu'elle est autobiographique. Et par son titre, au pluriel, elle nous fait aussi comprendre qu'elle n'est pas la seule dans ce cas, amis aussi beaucoup d'autres “jeunes femmes de sa génération”. Quel malheur pour une mère et sa fille que de ne pas avoir su profiter du temps ensemble et se dire qu'elles s'aiment...

D'ailleurs maman, petit message, que je ne t'ai pas dit depuis longtemps : je t'aime.

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires
L
J'avoue mon inculture, je ne connaissais pas cette auteur...
Répondre
B
Oh oui, je le sais et tu sais bien me le montrer ! Et moi aussi, je t'aime !
Répondre
1
:-) <3

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog