Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2018-10-04T22:39:42+02:00

Publié depuis Overblog

Publié par 1000N1

4ème de couverture: Comment faire quand votre enfant a des colères répétées ? S'il ne veut pas se coucher ? S'il ne veut pas manger, ni obéir ? Faut-il le punir ou s'opposer à lui ? Faut-il le laisser pleurer ? Au travers de nombreux exemples tirés de ses consultations, et en s'appuyant sur les recherches en neurosciences affectives, Catherine Gueguen propose ici une nouvelle approche : voir et ressentir le monde par les yeux de l'enfant et enfin pouvoir se mettre à sa hauteur. En effet, les dernières découvertes sur le développement du cerveau émotionnel nous montrent qu'une relation empathique et bienveillante permet à l'enfant de déployer toutes ses possibilités affectives et intellectuelles.
Un plaidoyer pour une autre vision de l'éducation.

« À la lumière des récentes découvertes des neurosciences, le Dr Catherine Gueguen nous invite à revisiter l'éducation de nos enfants vers plus de bienveillance et d'empathie. » Le Point

 

Une phrase:Ecouter ne veut pas dire être d’accord et laisser tout faire. Ecouter, c’est prendre le temps d’être présent et de comprendre.  »

Dans ma poursuite de lectures éducatives, j'aurais aimé lire "Au coeur des émotions de l'enfant". Ce livre d'isabelle FILLIOZAT n'étant pas disponible dans ma médiathèque, je me suis "rabattue" sur cet autre ouvrage de Catherine GUEGUEN (dont j'apprécie aussi les discours partagés ici et là sur le net).
Ce ne fut pas un mauvais choix car j'ai beaucoup aimé ce livre.
C'est un petit ouvrage, à destination de tous les parents, même (surtout) de ceux qui n'ont jamais entendu parler d'éducation positive ou bienveillante. Il est extrêmement clair, concis et bourré d'exemples et d'anecdotes dans lesquels chaque parent se retrouve. C'est un petit livre qui fait du bien, enfin, à moi, il m'a fait du bien! Il est plein de bon sens et déculpabilisant, bien que souvent, je me suis dis en le lisant "comme j'aurais aimé savoir ça plus tôt". Par exemple, moi qui était tellement rigide sur les repas et les heures du coucher / des siestes pour mon petit papillon. Ce livre m'aurait aidé à vivre cela plus sereinement, sans me braquer. Bon j'avoue qu'il y a quelques conseils auxquels je n'adhère pas. Mais dans sa globalité, ce livre me semble être un bon petit guide pour parent débutant!
Dans ce livre-ci encore on nous parle du cerveau, de son développement, et de son immaturité. Et quand on lit cela, on se dit que c'est fou que cette idée soit si peu répandue, si peu connue des parents, qui voient souvent dans leurs enfants d'ingrats petits manipulateurs, des capricieux.

Autre donnée essentielle, ce livre résume aussi à sa toute fin les idées principales à retenir sur le développement de l'enfant, ses capacités et comment l'accompagner au mieux selon son âge.

Un peu déçue d'avoir dû rendre ce livre à la bibliothèque, je pense que je vais l'acheter...

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires
S
Pas facile les enfants ! Je pense qu'il faut aussi accepter qu'avant qu'un enfant puisse contrôler ses colères et les dire, bah il doit les vivre et qu'il apprend à force qu'on répète les mêmes réponses. Mais bon j'imagine qu'entre la théorie et la pratique, c'est plus facile à dire qu'à faire !
Je suis allée à une conférence vendredi dernier et la psy disait qu'il y avait de plus en plus de troubles de l'attachement et de difficultés de séparation chez les enfants parce que maintenant l'enfant était au centre et le couple en périphérie et qu'avant c'était le contraire. Du coup, toute l'attention est sur l'enfant, les parents ne vont plus au resto en couple mais au McDo avec les enfants, ne vont plus au cinéma en couple mais voir des dessins animés en famille. Et elle disait que ça transmettait comme message à l'enfant : mes parents ne sont comblés que par moi et je ne peux être comblé que par eux. Et qu'en plus c'était une grosse pression pour l'enfant car il ne pouvait pas se permettre d'être décevant pour ses parents dans ce contexte où les parents voulaient être de "supers parents". Bref, elle disait comme Winnicott "être suffisamment bons". On peut pas tout maîtriser ! Et puis, dans le même genre, je voyais une affiche pour une conférence sur le thème "laissons nos enfants s'ennuyer". Et ce matin, je lisais que la façon dont l'enfant apprend à gérer ses séparations de petits aura des répercussions sur la façon dont il gèrera les différents deuils de sa vie. Alors, ce n'est pas directement en lien avec ce que tu disais, mais je trouvais tout ça important à partager avec les mamans alors je le mets là !
Répondre
1
Bah tu vois, ce que tu me dis est super intéressant, mais du coup ça sème encore plus le doute. mais on fait quoi alors? Dieu que c'est dur d'être parents!
Mais je suis bien d'accord que l'enfant ne doit pas être au centre de la famille. on essaye en ce moment de faire comprendre cela à notre zobette quand elle voudrait monopoliser la parole durant le repas du soir...
L
Si tu veux j'ai "Pour une enfance heureuse" du même auteur. Je peux te le preter, il est top !
Répondre
1
Oui je veux bien! merci
B
Ah je vois que tu te poses toujours autant de questions à savoir si tu fais bien ou pas avec ton enfant. C'est sûr que l'éducation positive les anciens trouvent que c'est du n'importe quoi et même des personnes de mon âge. Combien de fois j'ai entendu : mais nous on s'est pris des fessées (et même certains disent : des raclées) et on n'en est pas mort ! Mais tous ces gens ne se rendent pas compte que tout ça s'est répercuté inconsciemment sur leur vie adulte. Je pense que l'éducation positive donne des enfants et plus tard des adultes très épanouis. Mais c'est vrai que c'est compliqué, surtout quand une majorité de gens disent que ce n'est pas une façon d'élever les enfants. Ce n'est pas tout à fait la même chose, mais je me souviens quand j'étais au collège et au lycée, maman nous demandait tous les soirs si on avait eu des notes. Et quelles soient bonnes ou mauvaises, sa réaction était la même. Donc on n'avait aucune raison de dissimuler les mauvaises notes. Un soir pourtant, quand j'ai voulu lui raconter une chose importante que j'avais vécue au lycée, elle m'a dit qu'elle n'avait pas le temps de m'écouter. Tu vois, je m'en souviens encore presque 45 ans après.
Répondre
1
Je me rends surtout compte que même si t'essaye toujours de faire au mieux en tant que maman, bah c'est pas toujours simple. Et c'est un peu flippant de se dire que ce qu'on fait ou dit a un tel impact sur notre enfant, sur son avenir. Quelle responsabilité!

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog