Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2019-06-19T22:33:50+02:00

La perle et la coquille de Nadia HASHIMI

Publié par 1000N1

Challenge famille:

  • Un roman policier

  • Le dernier roman d'un auteur

  • Un roman ado ou jeune adulte

  • Un roman écrit à la 1ère personne

  • Les 4 éléments : lire un livre dont le titre comprend le mot terre/air/feu ou eau

  • Un témoignage de femme/fille sur leur combat quant à leur place dans la société ou sur des violences

  • Un roman dont l'intrigue se passe dans un pays situé sous l'Equateur

  • Un livre qui se passe durant une guerre

4ème de couverture: Kaboul, 2007. les Talibans font al loi. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, Rahima n'a pas de frère et son père est malade. Ses soeurs et elle ne peuvent donc en aucun cas quitter la maison – encore moins pour aller à l'école. Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui permettra à cette fille de dix ans de se travestir jusqu'à ce qu'elle soit en âge de se marier. Avec ses cheveux courts, vêtue comme un garçon, elle jouit alors d'une liberté qui va la transformer à jamais, comme son ancêtre Shekiba, un siècle plus tôt. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et constituent un vibrant témoignage sur al condition féminine en Afghanistan.


 

Une phrase : "  Tu es tellement occupée à être un garçon que tu as oublié ce qui peut arriver à une fille. "


 

J'avais choisi ce livre pour le challenge, pour l'item témoignage d'une femme. Sauf que c'est un roman donc pas vraiment un témoignage. Même s'il s'inspire de la réalité (comme le prouve le témoignage lu par ma petite maman), cela reste romancé. Et c'est surtout le portrait croisé de 2 femmes. Deux femmes afghanes courageuses qui mènent un réel combat pour vivre libre, à 1 siècle d'écart, mais encore une fois ce n'est qu'une histoire.

J'avais aussi souvenir que ma grande soeur avait lu ce livre et l'avait beaucoup aimé. Plusieurs fois j'avais hésité à l'emprunter à la médiathèque mais ses 500 pages m'avaient refroidie. Quelle idiote j'étais! Car ces 500 pages on ne les voit pas passer, on les tourne, tourne, tourne jusque tard dans la nuit pour découvrir ce qui va arriver à Shekiba et à Rahima. Et comme l'auteur est maligne, elle alterne le récit de l'une et de l'autre, si bien qu'on a toujours envie de lire juste un chapitre de plus pour savoir comment les héroïnes vont se sortir de telle ou telle situation délicate.

Ce qui m'a plu également c'est cette plongée dans l'univers des femmes afghanes. Bien que l'auteur vive aux Etats-Unis, elle s'est suffisamment documentée (et ses parents afghans ont pu également lui apporter des précisions) pour que son roman soit empreint de réalisme. On imagine la vie de ces milliers de jeunes filles afghanes en se disant "ce n'est pas possible" et tout en sachant pertinemment que ça l'est : les brimades, les humiliations, les coups, l'esclavagisme, la soumission au mari et à la belle-famille, l'absence de liberté et de choix, les mariages forcées à peine pubère, les grossesses multiples, les conditions de vie spartiates, l'absence d'accès aux soins, etc, etc...

J'ai également beaucoup apprécié l'écriture de l'auteur. Au-delà de l'histoire qui est très belle et originale, c'est cette écriture qui donne envie de poursuivre la lecture, qui fait que je ne me suis pas ennuyée un instant, qui m'a transportée au bout du monde.


Et en plus, je trouve la photo de la couverture très jolie!

Bref, je conseille vivement ce roman.

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires
S
Il a l'air vraiment sympa ce livre et me tente bien ! Faudrait-il d'abord que je finisse mon dernier livre du challenge famille de l'an dernier :/
Répondre
L
Je me souviens tres bien de ce roman et je partage tout a fait ton avis.
Répondre
B
En lisant le passage de ton commentaire sur les jeunes filles afghanes, j'ai repensé au livre d'Alice Zeniter, "L'art de perdre". Ca se passe en Algérie et la mère de l'héroïne a été mariée très jeune à un homme qu'elle ne connaissait pas et sa vie semble heureuse avec son mari, même si elle ne sait pas toujours ce qu'il fait. Mais apparemment pas de mauvais traitement. Le plus dur pour elle, ça a été de se faire accepter par les femmes des frères de son mari (beaucoup de jalousie !)
Répondre

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog