Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2013-03-28T20:29:49+01:00

Le moine, l’ottoman et la femme du grand argentier de V. KHOURY-GHATA

Publié par 1000N1

4ème  de couverture: Une nuit de 1798, le grand argentier de Saint-Jean-D’Acre trouble la paix d’un monastère savoyard. Son épouse s’est enfuie avec un seigneur ottoman, et il réclame à grand cris l’aide des trinitaires, réputés racheter aux Maures les captifs et les esclaves. Dès l’aube, frère Lucas, jeune moine inexpérimenté, est hissé sur un âne et poussé dans la direction de l’Espagne, où la fugitive aurait été aperçue en compagnie de son amant. Ainsi commence une aventure qui lui fait traverser une Europe secouée par l’insurrection et la révolte. A la poursuite du couple adultère, le moine Lucas franchit le détroit de Gibraltar et parvient à Alger, où les trinitaires sont devenus de riches potentats, complices du commerce des esclaves. L’Eglise a bien changée…et lui aussi, qui découvre l’Islam, se dépouille de quelques illusions et perd son pucelage, puis s’éprend – sans oser se l’avouer – de la jeune femme qu’il est censé ramener dans le droit chemin.

Vive et inspirée, l’écriture de V. Khoury-Ghata donne un élan irrésistible à ce roman picaresque où se dessinent déjà les clivages et les antagonismes du monde contemporain.

 

 

Une phrase : «Plus d’un an à courir derrière toi dans un grand vertige de faim, de soif et de sommeil, sur mon âne, jusqu’à ne plus savoir qui était l’âne et qui était Lucas. »

 

 

 

Un livre qui m’a plutôt déçue. La 4ème de couverture annonçait pourtant une belle histoire, pleine de suspense. Au final, j’ai eu beaucoup de mal à terminer ce petit roman (à peine 200 pages pourtant). Je n’ai pas réussi à m’intéresser à l’intrigue, que j’ai trouvé vide, ni aux personnages, sans âme. Le texte est séparé en deux récits, raconté par deux narrateurs, mais on ne parvient pas à s’identifier à l’un d’eux. De même, impossible pour moi de ressentir le moindre sentiment, la moindre sensation à l’égard des différents personnages : ni espoir, ni compassion, ni tristesse. Il manquait pour moi la magie de la narration, la poésie des sentiments. Les actions s’enchainent si rapidement, que j’ai parfois perdue le fil, n’arrivant pas à me concentrer sur ce récit. Chaque évènement est survolé, à peine évoqué ; seuls quelques dialogues sont bien construits et travaillés, mais ils ne font pas avancer l’intrigue… Comme les personnages, j’ai erré de pages en pages, sans vraiment savoir où je me situais dans le récit, tout comme j’ignorais dans quels pays les héros se trouvaient.  Au final, je n’ai pas saisi quelle histoire l’auteure voulait me conter.

Bref, ce livre ne m’a fourni ni l’envie ni la curiosité nécessaire à la lecture d’un autre roman de V. Khoury-Ghata.

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires
1
Oui je l'avais lu aussi, mais j'arrivais pas à faire le lien! Je savais bien que le nom de cet auteur me disait quelque chose, mais j'arrivais pas à me souvenir quoi!
Répondre
B
D'elle j'ai lu 7 pierres pour la femme adultère. J'avais beaucoup aimé. Je croyais que tu l'avais lu aussi. Sinon, il est à la maison.
Répondre

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog