4ème de couverture: «Comment on va faire maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi ? Qu’est-ce que ça veut dire la vie sans toi ? Qu’est-ce qui se passe pour toi là ? Du rien ? Du vide ? De la nuit, des choses de ciel, du réconfort ?

Mathias, une trentaine d’années mais une âme d’enfant, vient de perdre sa mère. Sans le géant qu’il rencontre sur le parking de l’hôpital, que serait-il devenu ? Giant Jack, 4,50 mètres, « docteur en ombriologie », soigne les gens atteints de deuil. il donne à son protégé une ombre, des livres, la capacité de vivre encore et de rêver malgré la douleur…il le fera grandir

Mathias Malzieu nous entraine dans un monde onirique, intimiste et poignant, dans la lignée d’un Lewis Caroll ou d’un Tim Burton.»

Une phrase : «Il y a bien les souvenirs, mais quelqu'un les a électrifiés et connectés à nos cils, dès qu'on y pense on a les yeux qui brûlent.»

Voici un petit livre vraiment magnifique, à la frontière entre conte et poésie. Rien que le titre, déjà, laisse présager toute la beauté, la grâce et le lyrisme de l’écriture. Et réellement, en tournant les pages, on constate que c’est très bien écrit, rythmé, imagé, tout en émotion. On ressent la peine réelle de l’auteur et on vit avec lui ses tentatives incessantes pour comprendre la mort, la combattre et enfin l’accepter. Ce n’est pas triste ni larmoyant, mais beau et plein d’espoir. Le personnage de Giant jack est savoureux : extravagant et attachant ! Mathias Malzieu manie merveilleusement bien les mots, un vrai poète. Voilà un livre qui m’a donnée envie d’en lire d’autres de cet auteur !

Retour à l'accueil