Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2017-11-05T18:25:00+01:00

En passant par la Lorraine de Paul COUTURIAU

Publié par 1000N1

Le Challenge familial:

Un roman qui se passe en Lorraine

Un roman adapté au cinéma

Un roman dont le titre comprend un prénom

Un premier roman

Un roman qui se passe dans un monde imaginaire

Une pièce de théâtre

Une BD

Un documentaire - essai

 

4ème de couverture: Si le bonheur existe, Nicole et François Eicher, propriétaires d'une attrayante auberge au bord de la Moselle, en donnent la plus vivante image. Mariés depuis dix ans, appréciés de tous, amoureux de leur chère Lorraine, rien ne semble pouvoir les séparer.

Mais la fatidique année 1939 ruine tous leurs espoirs. La ligne Maginot 'était qu'un mirage. La région est annexée, leur restaurant réquisitionné. La guerre dresse les Français les uns contre les autres. Alors que Nicole, patriote farouche, se révolte contre l'occupant, son mari semble s'en accommoder.

Tout semble indiquer que le couple a perdu sa première bataille...


Une phrase: “L'avenir allait rattraper les Messins trois jours plus tard et il aurait un triste arrière-goût de déjà-vu.”


Déjà rien qu'avec le titre, je suis bien dans le challenge! J'ai déjà lu plusieurs auteurs lorrains qui écrivent sur leur région, mais généralement je n'ai pas accroché. Un peu trop l'impression que l'histoire sert de prétexte pour raconter autre chose, notamment étaler des connaissances sur la région. Et le plus souvent dans un style pas terrible... On va dire que ce roman-ci relève un peu le niveau.
Au début, j'ai encore eu cette impression d'un roman écrit juste pour parler d'une région, ou plutôt d'une ville : Metz. Mais après, cette impression est passée car je trouvais ce choix de ville justifié pour l'histoire. En effet, si beaucoup de romans ont été écrit sur la seconde guerre mondiale, peu l'ont été avec la point de vue des alsaciens et des mosellans, qui ont vu le retour des allemands qui les avaient si longtemps occupés, et qui dans ces contrées plus qu'ailleurs, revendiquaient être chez eux. Cet aspect m'a beaucoup intéressé. Ensuite, durant une bonne partie du roman, je n'ai pas vraiment apprécié l'histoire. Je trouvais qu'elle aurait pu être très intéressante si l'auteur avait pris plus le temps de développer les actions, de nous transmettre les sentiments de ses personnages, leur évolution dans le temps. En fait, l'auteur prend le temps d'installer la guerre, et très vite on se retrouve en 1944. Cela est dommage! Le roman aurait gagné a prendre son temps. Surtout que lorsqu'il arrive sur la fin de la guerre, là où les coups de théâtre s’enchaînent, et j'ai pris du plaisir à lire, en me demandant comment les choses allaient s'arranger. La fin, d'ailleurs, ne m'a pas trop convenue. Peut être suis-je trop revancharde. Mais il faut dire que tout le long du roman, l'auteur ne dépeint pas assez les sentiments et les pensées des deux personnages principaux, l'un est plus avantagé que l'autre. Il est logique qu'on prenne parti à la fin!

Voir les commentaires

2017-10-12T20:38:11+02:00

Deborah, la femme adultère de Régine DEFORGES

Publié par 1000N1

Le Challenge familial:

Un roman qui se passe en Lorraine

Un roman adapté au cinéma

Un roman dont le titre comprend un prénom

Un premier roman

Un roman qui se passe dans un monde imaginaire

Une pièce de théâtre

Une BD

Un documentaire - essai

4ème de couverture: Quand la jeune et belle Deborah, fille de scribe, cultivée, mais mariée contre son gré à un vieillard impuissant, est surprise endormie auprès de son cousin, elle doit être lapidée pour adultère. Seul Jésus s'élève contre la vindicte populaire : “Que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre.”
Dans la Palestine occupée par les Romains, le peuple juif est divisé : les nantis penchent pour al collaboration avec l'occupant, tandis que les zélotes le combattent. De leur côté, les prêtres tentent de préserver leurs privilèges.

Jésus, lui, prêche l'amour du prochain et chasse violemment les marchands du Temple... Au coeur de ces conflits, que va devenir Deborah après avoir échappé à la mort?

Dans ce bouleversant roman, Régine Deforges réinvente la vie de ceux et de celles qui suivirent un homme nommé Jésus, entre doute et foi, entre fidélité et trahison.

 

Une phrase: “Vous êtes sur le point de vous battre, car vous n'avez pas compris mes paroles, et, bien que ne les comprenant pas, vous les jugez.”

 

Pour moi Régine DEFORGES, c'est “La Bicyclette bleue”. En choisissant un livre de cette auteur, je m'attendais à une histoire romanesque, à rebondissements, avec des amours impossibles et contrariés. Je n'ai pas trouvé tout cela dans ce roman. Ma critique de ce livre sera assez courte car je ne sais pas trop quoi en dire. Ce livre m'a assez décontenancée. Je pensais qu'à partir d'un événement relaté dans la bible “que celui qui n'a jamais fauté lui jette la première pierre”, Régine DEFORGE avait créée un personnage, qu'elle lui avait inventé une vie, des aventures, des tourments, une grande histoire d'amour. Eh bien non! En effet, pour moi il n'y avait pas de réelle histoire. J'ai eu l'impression de lire le nouveau testament pour les nuls. Une version condensée de la vie de Jésus, relatée par petit épisodes : ses faits importants, ses grandes phrases, ses amis, et légèrement romancée (l'amour impossible entre marie-Madeleine et Jésus, la rébellion de certains apôtres contre l'occupant romain). Bref, je n'ai trouvé aucun intérêt à ce livre. Je ne l'ai pas compris, et surtout j'aie u l'impression de m'être faite avoir : ce livre raconte peu l'histoire de Déborah, elle n'est qu'un prétexte, un personnage secondaire. Dès lors quel est l'intérêt de ce livre? Autant lire la bible : version originale, et mieux écrite je pense.

Voir les commentaires

2017-09-09T23:21:34+02:00

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper LEE

Publié par 1000N1

4ème de couverture: Dans une petite ville d'Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d'office pour défendre un noir accusé d'avoir violé une blanche. Celui-ci risque la peine de mort.
 


Une phrase:Le courage, c’est de savoir que tu pars battu, mais d’agir quand même sans s’arrêter. Tu gagnes rarement mais cela peut arriver.


Voici un livre prêté par ma petite soeur. Suite à son article sur son blog http://blog-de-moi.over-blog.com/2017/04/ne-tirez-pas-sur-l-oiseau-moqueur-de-harper-lee.html , je lui ai demandé de me le prêter!
Mon avis va rejoindre le sien. J'ai beaucoup aimé ce livre. Ayant lu son article, je savais à quoi m'attendre et n'ai donc pas été surprise que le livre ne traite pas directement du jugement, mais qu'il ne soit que le “prétexte” à ce récit.

J'ai particulièrement aimé la narration. C'est un roman très agréable à lire. L'héroïne, la petite Scout qui raconte toute une partie de son enfance semble bien réelle et sincère. Je n'ai pas eu de mal à croire cette histoire, à imaginer que tout cela fut vécu et m'est raconté par une petite fille d'une dizaine d'année. Et pourtant, ce n'est pas infantilisant, ni gnangnan. Je dirais qu'on retrouve plutôt toute la fraicheur, la spontanéité et la logique propre à l'enfance.
En outre, le récit est bien construit. Dès le départ, l'auteur nous annonce qu'il va nous raconter une histoire particulière, en remontant à l'origine de celle-ci. Mais quelle en est l'origine? Voilà l'objet du débat initial. Mais rapidement on oublie cela et on se laisse porter par le récit. On suit la vie simple de cette famille. Et chaque petit événement est si bien raconté, qu'il en devient passionnant. Sans qu'on s'en rende compte, l'auteur pose des jalons, pour aboutir à la résolution finale de son récit. C'est vraiment bien construit, car lorsque le lecteur se concentre sur un personnage ou un événement, et croit deviner ce qui va se passer, ce n'est pas le cas. Bref, j'ai beaucoup aimé ce roman et je vous le conseille!

 

Voir les commentaires

2017-07-18T20:59:19+02:00

Jardin d'été de Abigail SERAN

Publié par 1000N1

4ème de couverture: Elé et Charles, couple de jeunes retraités, accueillent leurs petits-enfants pour un mois de vacances. Pour la première fois, ils sont tous là, les jumeaux londoniens John et June et Iris, la fille d'Agathe, mère angoissée à l'idée de laisser son enfant chez ses parents.

Une famille, comme un mobile, maintenue en harmonie grâce au rôle et à la position de chacun. Alors, quand au coeur de cet été bourguignon le passé refait surface, le fragile équilibre est mis à mal.

Ce roman polyphonique suit cette tribu un mois de juillet pas comme les autres. Celui où les non-dits se lèvent et où l'histoire personnelle de chacun se révèle, se transforme à la lumière d'une donnée trop longtemps escamotée.


 

Une phrase: “Quand les jumeaux étaient haut comme trois pommes, il fallait les porter pour qu'ils puissent sonner l'appel solennel et bien tenir compte du nombre précis de fois où chacun avait pu faire ce mouvement de va-et-vient en tirant la ficelle, afin qu'un bruit clair se répercute à travers la maison et dans le grand parc pour appeler à table.


 

Tout d'abord, merci à la grande soeur de m'avoir prêté ce livre! Je l'ai beaucoup aimé! A l'image de sa couverture, il est frais, estival, divertissant, lumineux! Je dirais que c'est un feel-good book. En tous cas, moi il m'a fait me sentir bien! Enfin, toute la première partie, parce que c'est vrai qu'ensuite c'est un peu moins joyeux, lorsqu'on commence à aborder le coeur du sujet : le secret de famille. Mais j'ai beaucoup aimé l'ambiance initiale : ce petit air de vacances, en famille, dans une grande maison bourguignonne. Ces petits rien, ces rituels, ces habitudes, ces petits moments partagés qui forment l'âme d'une famille. On s'y croirait! Ca m'a un peu replongé dans mes propres vacances d'enfant! J'étais si bien dans ce tempo lente lente ensoleillé, que je n'étais même pas impatiente que l'auteur commence enfin à nous dévoiler le secret de famille. J'ai même cru un moment qu'elle ne nous en dirait rien. Et pour tout vous dire, pour une fois, ça ne m'aurait pas dérangé. J'avais comme l'impression que ce secret était secondaire, et que le principal c'était ces relations actuelles entre tous les membres de la famille. Mais comme l'un ne va pas sans l'autre, bien sûr il faut que le voile se lève doucement, pour que le puzzle familial se mette en place et que chacun justement trouve / retrouve sa place ou une place, une nouvelle place où il se sentira à sa place. Je n'en dis pas plus! Vous trouverez aussi l'avis enthousiaste de ma soeur ici. http://lydianeyannick.over-blog.com/2017/06/jardin-d-ete.htmlA vous de voir si vous voulez découvrir ce roman!

Voir les commentaires

2017-06-30T22:46:39+02:00

L'étrange disparition d'Esme Lennox de Maggie O'FARRELL

Publié par 1000N1

4ème de couverture: Depuis soixante ans, le monde l'a oubliée et sa famille ne prononce plus son nom. Esme Lennox n'existe plus. Mais quand ferme l'asile où elle vivait recluse, la vieille femme réapparait brusquement. Au bras de sa petite nièce, Esme découvre une Ecosse moderne peuplée de fantômes... qui réveille, sous le silence des années, les secrets inavouables d'une vie volée.


Une phrase: “Elle a frappé du pied tel Rumpelstilzchen, et elle s'est mise à hurler : je n'irai pas, je ne veux pas, vous ne pouvez pas m'obliger, je le déteste, je le méprise.


Voici un roman sur lequel je louchais depuis quelques temps. L'histoire me semblait originale, et j'adore les romans qui tournent autour des secrets de famille (ça dit être mon côté généalogiste!)

J'ai lu ce roman très rapidement. Je ne peux pas dire que l'intrigue est insoutenable. Cependant, même si on soupçonne assez rapidement quel est ce terrible secret, l'auteur nous réserve quelques surprises et imprévus, jusqu'à la toute fin. J'ai également aimé l'histoire racontée à deux voix, le point de vue des deux soeurs, âgées à présent, chacune avec ses souvenirs bancales, sa vision des événements. Cela rend le récit plus intense, plus vivant. Et on essaye de démêler le vrai du faux : Esme est-elle vraiment folle? Elle semble étrange en tous cas!

Par contre, je n'ai pas du tout accroché à l'histoire d'Iris, la petite nièce. J'ai trouvé que ça n'apportait rien au récit, à l'histoire en elle-même. J'avais l'impression que les pérégrinations d'Iris n'était qu'une manoeuvre de l'auteur de nous faire patienter, ronger notre frein, dans l'attente de découvrir ce qui est arrivé à Esme, il y a 60 ans.

En conclusion, ce n'est pas forcément un grand livre, mais c'est un bon roman, très agréable à lire! Vous pouvez aussi lire l'avis de ma franginette ici http://lydianeyannick.over-blog.com/2014/08/o-comme-o-farrell.html pour avoir un autre point de vue!

Voir les commentaires

2017-06-30T20:51:00+02:00

Fahrenheit 451 de Ray BRADBURY

Publié par 1000N1

Le Challenge familial:

Un roman qui se passe en Lorraine

Un roman adapté au cinéma

Un roman dont le titre comprend un prénom

Un premier roman

Un roman qui se passe dans un monde imaginaire

Une pièce de théâtre

Une BD

Un documentaire - essai

4ème de couverture: Appel à tous les limiers-robots :Recherchez cet homme. Nom : Montag. Signes particuliers : refuse le bonheur obligatoire et rêve d'un monde perdu où la littérature ne serait pas bannie. Cet ancien pompier est un dangereux criminel : au lieu de brûler les livres, il les lit!

Le chef d'oeuvre de Ray Bradbury, dont François Truffaut à écrit et réalisé l'adaptation cinématographique avec pour vedettes Julie Christie et Oskar Werner.


Une phrase: “Mais pour bien des gens, Hamlet (tu connais certainement les titres, Montag; peut être l'avez-vous à peine entendu citer, Mrs Montag), pour bien des gens, donc, Hamlet n'était qu'un digest d'une page dans un livre qui déclarait : “Maintenant enfin, tous les classiques à votre portée; votre niveau de connaissance égal celui du voisin””


Un nouveau classique dans mon challenge. J'ai longuement hésité sur le livre à lire qui se passerait « dans un monde imaginaire ». puis mon choix s'est porté sur ce livre, classique et précurseur dans le monde de la science fiction.

La quatrième de couverture dévoile bien l'histoire, il n'y a pas grand chose à en dire. Si ce n'est que pour ma part je m'attendais un peu à une autre histoire. Je pensais que nous allions vraiment suivre l'évolution de Montag, ses doutes, et son désir, petit à petit, de se rebeller contre cette société. En fait, si on assiste à ce changement, il se réalise si subitement, si tôt dans le récit, qu'on a peine à la comprendre! J'aurais aimé connaître plus la psychologie du personnage, ses cas de conscience et le cheminement de sa pensée ; il n'en fut rien. Bon, c'est sûr qu'en 190 pages, c'est compliqué de plus s'épancher... J'ai apprécié par contre, cette vision si juste d'une société narcissique, repliée sur elle-même et collée à ses écrans (déjà!), blasée, ayant tout vu et cherchant dans la violence et la vitesse la sensation de vivre. Ce roman pose quelques questions qui méritent réflexion, encore aujourd'hui : peut-on vivre heureux en ignorant tout du monde qui nous entoure? En restant dans l'ignorance la plus totale? Le bonheur consiste-t-il à ne jamais être triste, à ne jamais s'ennuyer, à n'être jamais contrarié? Un livre foncièrement philosophique!

Au final, je suis un peu déçue en refermant ce livre. Il est certes très agréable à lire, bien écrit, et je ne me suis pas ennuyée un instant, mais j'attendais plus et mieux. Ne serait-ce qu'une petite explication sur le titre (autre que la citation qui ouvre le roman).

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog