Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2016-07-03T11:03:55+02:00

Prenez soin du chien de J. M. ERRE

Publié par 1000N1
Prenez soin du chien de J. M. ERRE

4ème de couverture : Rue de la Doulce-Belette, Max Corneloup, auteur de romans-feuilletons, et Eugène Ruche, peintre sur coquilles d'œuf, habitent en vis-à-vis. Chacun suspecte l'autre de l'épier. La méfiance règne, d'autant plus que le voisinage n'est pas spécialement sain d'esprit. Sans compter les commérages de Mme Ladoux, la gardienne...

Quand un cadavre est découvert, c'est une véritable psychose qui s'installe. Seraient-ils allés trop loin?

"Entre l'érotomane scato du dessus, l'évaporé zoophile d'à côté et l'exhibitionniste d'en face, je commençais à me faire du souci."

Une phrase: Parce que l'essentiel pour nous, ce n'est pas ce que dit notre interlocuteur mais le coefficient de crédibilité que nous lui affectons inconsciemment. .


Un roman prêté par ma petite soeur. J'avais lu son article sur son blog http://titesarah027.skyrock.com/3270955202-Prenez-soin-du-chien-de-J-M-Erre.html au sujet de ce livre, et il m'avait donné envie de la lire!

J'ai passé un agréable moment de lecture avec ce roman. Déjà, il se lit rapidement. La forme choisie par l'auteur, une succession de journaux intimes et lettres, est très original. Elle permet d'avoir le point de vue de tous les personnages, sans que l'auteur ne s'immisce trop dans le récit. Et cela fait comme de touts petits chapitres qu'on enchaîne pour connaitre “le fin mot de l'histoire”! Au fil du récit, le narrateur se fait plus présent, donnant de petites indications, et rappelant qu'on ne peut pas se fier à tout le monde, et que chacun écrit l'histoire de son point de vue dans son journal intime... J'ai eu l'impression de lire un mélange entre une intrigue policière loufoque et une pièce de théâtre. Chaque personnage est un suspect potentiel, et les pièces du puzzle se mettent en place doucement. Et les personnages ne sont pas banals. Ils sont si haut en couleurs, que même s'ils sont nombreux il est impossible de les mélanger entre eux! Ils sont complètement improbables, et c'est pour cela, selon le narrateur, qu'on ne peut douter de leur existence : jamais un auteur n'irait inventer des choses pareilles! Vous l'aurez compris, il y a aussi une touche d'humour très second degrés et décalé!

En conclusion, je dirais que ce n'est pas forcément un coup de cœur, mais ce livre est si différent de ce qu'on peut lire habituellement, qu'il vaut le coup qu'on lui accorde quelques heures de lecture!

Voir les commentaires

2016-06-28T23:07:45+02:00

J'étais une mère parfaite avant d'avoir des enfants de Gaëlle RENARD

Publié par 1000N1
J'étais une mère parfaite avant d'avoir des enfants de Gaëlle RENARD

4ème de couverture:C'est avec beaucoup d'humour et dans un style inimitable que l'auteur s'adresse à toutes les jeunes mamans qui se sentent incomprises...” Actubaby

Un livre désopilant sur vous, les jeunes mamans, mais aussi un peu sur votre homme, votre belle-mère... Sans oublier votre patron, vos amis, votre banquier, votre panier à provisions, la CAF, la CPAM, l'URSSAF, votre miroir, votre self-control, votre estime de vous-mêmes et deux ou trois autres petites choses...

Evidemment, tout cela n'est rien à côté du très insigne bonheur de s'entendre dire “Môman”...

“Un tableau réjouissant où se mêlent petits soucis du quotidien et grandes questions existencielles. Car, après tout, il n'y en a pas que pour les enfants...” Coté santé

Une phrase: Avant d'enfanter et d'apprendre la définition de “vergetures”, les femmes ont tendance à croire que la maternité va leur apporter assurance, sérénité, plénitude, confiance en soi,... Une sorte d'extase new age qu'on pourrait appeler la “Maternitude””


Ouf, je trouve enfin 10 minutes pour publier cet article!!

Un cadeau plutôt original pour la fête des mères? C'est ce petit livre que mon cher et tendre m'a offert pour marquer ma 1ère fête des mères. N'y voyez pas une façon de me faire passer un message, non je crois que l'idée générale c'était plutôt “relaxe, tu vois les autres font pas mieux”. Et c'est vrai que c'est un peu l'idée de ce livre : détendre les mamans et les faire relativiser. Oui, aucune mère n'est parfaite, et oui quand on devient mère on croit que la terre entière est notre ennemie! On devient un peu dingue en fait. Et de le lire, ça fait du bien! On rit un peu de soi même, et on se rassure “ah, je ne suis pas la seule à être agacée par les remarques de ma nounou”, ou “ah tiens, mon cher et tendre n'est donc pas le seul à confondre la poussette avec un quad...” Et surtout, je me suis délectée de toutes ces petites phrases assassines, ces réponses cinglantes, qu'on rêverait parfois de lancer aux inopportuns qui se croient le devoir de nous dire ce qu'il faudrait faire ou pas, ou de nous faire remarquer que notre bébé est trop ceci ou pas assez cela!

Bref, je me suis bien détendue, j'ai souri souvent à l'évocation de certaines scènes qui sentaient vraiment le vécu et je remercie mon homme de ce petit cadeau (et d'ailleurs, en guise de remerciement, lui a eu non pas 1 mais 2 livre sur la vie de papa pour sa 1ère fête des pères! Et toc!)


Allez, je me motive pour publier bientôt un autre article, sur un petit roman prêté par ma soeur, et que je viens de terminer.

Voir les commentaires

2016-05-15T11:12:40+02:00

Le quatrième mur de Sorj CHALANDON

Publié par 1000N1

Le Challenge familial:

1 : Lire un classique

2 : Lire un roman historique

3 : Lire un livre qui a obtenu le Goncourt

4 : Lire un roman épistolaire.

5 : Extrême Orient : lire un livre d'un auteur de cette région

6 : Un seul mot : choisir un livre dont le titre ne contient qu'un seul mot

7 : Lire un livre publié l'année de sa naissance

8 : Lire un livre dont le titre comprend un nombre

Le quatrième mur de Sorj CHALANDON

4ème de couverture : L'idée de Samuel était belle et folle : monter l'Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth. Voler deux heures à la guerre, en prélevant dans chaque camp un fils ou une fille pour en faire des acteurs. Puis rassembler ces ennemis sur une scène de fortune, entre cour détruite et jardin saccagé.

Samuel était grec. Juif, aussi. Mon frère en quelque sorte. Un jour, il m'a demandé de participer à cette trêve poétique. Il me l'a fait promettre, à moi, le petit théâtreux de patronage. Et je lui ai dit oui. Je suis allé à Beyrouth le 10 février 1982, main tendue à la paix. Avant que la guerre ne m'offre brutalement la sienne...

Une phrase: Sans la petite Antigone, c'est vrai, ils auraient tous été bien tranquilles.

Un livre que j'ai lu dans le cadre du challenge famille : roman historique.

En fait, c'est mon cher et tendre qui me l'a acheté. Il est allé à la librairie, et je lui ai glissé en partant “ramène-moi un livre pour mon challenge, je veux un roman historique”. Il avait carte blanche. J'avais un peu peur qu'il achète un livre que j'aie déjà lu. Mais non, il a géré sa mission comme un pro! Il m'a acheté ce livre, et me l'a donné en disant “je pense que ça pourra t'intéresser, surtout avec ton métier” (oui disons pour faire simple que dans mon métier connaitre la géopolitique et l'histoire des autres pays m'est bien utile).

La guerre au Liban, je n'en connaissais rien. Bien sûr je savais qu'il y avait eu une guerre, affrontement entre chrétiens et musulmans. Et l'expression “c'est Beyrouth ici”. Donc, a peu près aucune idée de ce qui c'était passé réellement... Je vous le dis de suite, ce livre m'a donné envie d'en savoir plus. Et mon cher et tendre (bah oui, il est souvent de bons conseils!) m'a suggéré de regarder “Valse avec Bachir” ce que je n'ai pas encore eu le temps de faire...

Concernant ce roman, je l'avais tenu plusieurs fois en main, hésitant à l'acheter. Je sais que mes soeurs l'avaient bien aimé (voici leur avis http://lydianeyannick.over-blog.com/2014/09/le-quatrieme-mur.html http://titesarah027.skyrock.com/3273798828-Le-quatrieme-Mur-de-Sorj-Chalandon.html ).

Moi aussi je l'ai adoré! Il est vraiment magnifique et bouleversant! Bon, j'avoue que je m'attendais pas vraiment à ce que j'ai lu. Je veux dire, je n'étais pas forcément prête à lire la guerre. Je l'imaginais comme le décor de l'histoire, en arrière plan, des images diffuses, un peu comme la guerre qu'on regarde aux infos. Mais là ce n'est pas le cas, on est en plein milieu de la guerre! Et ça prend aux tripes!

L'histoire en elle-même est vraiment belle, et bien menée. Au début je me demandais pourquoi l'auteur prenait autant de temps à nous présenter et à nous raconter la vie de son héros “Georges”. C'est seulement au fil du livre que l'on comprend qu'on a besoin de cette genèse pour comprendre le personnage, ses choix, et la tragédie du Liban. Le récit est vraiment bien mené, nous emmenant pas à pas et crescendo vers la fin qui est inévitable, bien qu'en ouvrant ce livre je ne pensais pas du tout lire cette fin-là. En refermant ce roman, hier soir, je me suis sentie un peu mal. J'avais toutes ces images de la guerre décrite en tête, et je dois dire que ça a bien joué sur mon moral. J'étais mal à l'aise, anxieuse. C'est assez rare qu'un livre me mette dans cet état-là...

Message personnel : maman il n'y a plus que toi qui ne l'a pas lu, je te le prête si tu veux!

Voir les commentaires

2016-05-08T22:00:05+02:00

Le charme discret de l'intestin de Giulia ENDERS

Publié par 1000N1
Le charme discret de l'intestin de Giulia ENDERS

4ème de couverture: Surpoids, dépression, diabète, maladies de peau... et si tout se jouait dans l'intestin?

Au fil des pages de son brillant ouvrage, Giulia Enders, jeune doctorante en médecine, plaide avec humour pour cet organe qu'on a tendance à négliger, voire maltraiter. Après une visite guidée au sein de notre système digestif, elle présente toujours de façon claire et captivante, les résultats de toutes dernières recherches sur le rôle du “deuxième cerveau” pour notre bien-être. C'est avec des arguments scientifiques qu'elle nous invite à changer de comportement alimentaire, à éviter certains médicaments, ainsi qu'à appliquer quelques règles très concrètes en faveur d'une digestion réussie.

Irrésistiblement illustré par Jill Enders, la sœur de l'auteur, voici un livre qui nous réconcilie avec notre ventre.

Succès surprise, Le charme discret de l'intestin, s'est vendu à plus d'un million d'exemplaires en Allemagne et sera publié dans une trentaine de pays.

Une phrase: “Toute personne qui souffre d'états anxieux ou dépressifs devrait garder à l'esprit qu'un ventre mal en point peut aussi être à l'origine d'humeurs noires. »

On change totalement de registre! Après la BD, le docu.

Là aussi, c'est un livre dont j'avais beaucoup entendu parler! Aussi, quand ma mère m'a dit qu'elle l'avait acheté, je le lui ai piqué avant même qu'elle ait eu le temps de le lire (pas sympa, je sais!) Moi qui souffre légèrement d'orthorexie sur les bords, lire ce genre de livre n'est pas forcément une bonne idée! Mais bon!

C'est un livre drôlement bien fichu : à la fois intéressant, très instructif et bien écrit. Le sujet n'est pas forcément très attractif de prime abord. Mais dès qu'on commence les premières pages, on est passionné par ce que l'auteur nous raconte! On se découvre au fil des pages, et on réalise qu'on se connait bien mal! La petite visite guidée est assurée en détails et on n'en perd pas une miette! Chaque page est vraiment passionnante et on se dit “ah mais d'accord! C'est pour ça alors qu'il se passe ça quand je mange ça!”. ;-)

J'ai trouvé ce livre vraiment épatant et jamais rébarbatif! Et surtout, accessible! Giulia ENDERS sait nous parler de science comme on raconte une histoire! Et les petits dessins de sa frangine sont vachement sympa (et utiles parfois quand on s'y perd un peu dans les termes techniques!)

Bref, je ne peuxaaps en dire beaucoup plus sur ce livre. Si je voulais rentrer plus dans les détails je me perdrais dans les explications, et surtout il y a tellement de choses intéressantes dans ce livre que je n'en ai certainement pas retenu la moitié!

Voir les commentaires

2016-04-30T13:29:24+02:00

Les cahiers d'Esther, Histoires de mes dix ans de Riad SATTOUF

Publié par 1000N1
Les cahiers d'Esther, Histoires de mes dix ans de Riad SATTOUF

4ème de couverture: Je m'appelle Esther et j'ai 10 ans. J'ai raconté 52 histoires vraies extrêmement intéressantes sur moi (ma famille, mes amis, ma vie, etc...) à Riad Sattouf et il en a fait ce livre très réaliste avec des gros mots (merde-con-putain) parce qu'on parle comme ça nous les jeunes.

Une phrase : bon une phrase d'une BD c'est un peu débile... Alors je vous mets une planche (et comme je suis sympa, je vous en mets 2 pour vous donner envie!)

Je vous ai déjà parlé de Riad Sattouf : l'auteur de l'Arabe du futur . Je ne lis pas beaucoup de BD, mais j'ai toujours accrochée sur celles de Riad Sattouf (je me répète, mais je vous conseille vraiment ces livres).

Les cahiers d'Esther est sa dernière BD. Je l'avais entendu en faire la promo à la radio et je me suis dit que le concept était original, mais sincèrement la vie d'une gamine de 10 ans, est-ce vraiment si intéressant? Quelques jours plus tard, mon cher et tendre m'offre cette BD en me disant “j'ai pensé qu'elle pourrait te plaire”. Bien vu! J'ai encore une fois adoré!

Rien à voir avec l'Arabe du futur si ce n'est le coup de crayon, la colorisation des planches et ce grand talent pour croquer la vie! C'est fou, mais chaque planche est géniale, drôle, intelligente. Riad Sattouf arrive à nous passionner avec les mésaventures scolaires et familiales d'une petite fille! C'est drôlement bien fait! Et surtout ce n'est pas gnan-gnan comme on aurait pu le craindre. Non, Riad Sattouf sait retranscrire la justesse des mots et des situations. Esther n'est pas une petite fille modèle : elle dit des gros mots, oui, mais elle est aussi parfois mesquine, égoïste, ingrate. Et c'est justement pour ça que ça sonne juste. Et que ça nous parle (le nous c'est parce que mon cher et tendre a lu aussi la BD, et comme moi il a “kiffé”!)

Et la bonne nouvelle, c'est qu'il va faire une suite! ;-)

Les cahiers d'Esther, Histoires de mes dix ans de Riad SATTOUF
Les cahiers d'Esther, Histoires de mes dix ans de Riad SATTOUF

Voir les commentaires

2016-02-21T18:10:35+01:00

Le message d'Andrée CHEDID

Publié par 1000N1

Le Challenge familial:

1 : Lire un classique

2 : Lire un roman historique

3 : Lire un livre qui a obtenu le Goncourt

4 : Lire un roman épistolaire.

5 : Extrême Orient : lire un livre d'un auteur de cette région

6 : Un seul mot : choisir un livre dont le titre ne contient qu'un seul mot

7 : Lire un livre publié l'année de sa naissance

8 : Lire un livre dont le titre comprend un nombre

Le message d'Andrée CHEDID

4ème de couverture: Dans la rue déserte d'une ville ravagée par la guerre, Marie s'effondre, touchée par une balle alors qu'elle s’apprêtait à rejoindre Steph. Leurs retrouvailles devaeint sceller leur réconciliation et l'aveu d'un amour partagé. Luttant contre la mort, la jeune femme ne désire plus qu'une chose: transmettre un message à Steph pour lui dire qu'elle venait et qu'elle l'aime.

D'une écriture sèche et brûlante, Andrée Chedid raconte l'agonie de Marie et scande l'absurdité de la guerre, qui fait gémir les corps et sépare les amants.

Une phrase: “Dans la boue des rizières, sur l'asphalte des cités, dans la torpeur des sables, entre plaines et collines, sous neige ou soleil, perdus dans les foules que l'on pourchasse et décime, expirant parmi les autres ou dans la solitude : les massacrés, réfugiés, fusillés, suppliciés de tous les continents, convergent soudain vers cette rue unique, vers cette femme à la fois anonyme et singulière.”

Voici le deuxième roman de mon challenge “famille”: lire un classique.

Je pense que ce livre entre dans cette catégorie. J'ai voulu un classique qui ne soit pas un Balzac, un Zola, un Hugo ou un Molière (auteurs qui prennent les ¾ du rayon classique!) Ce roman d'Andrée Chedid me paraissait donc idéal. En plus, je m'étais souvent dit qu'il faudrait que je lise un texte d'Andrée Chedid. C'est chose faite! Enfin, ce roman est assez court, et comme je ne prend plus trop le temps de lire en ce moment (je passe plutôt mon temps libre à caliner et gazouiller!) c'était pile le livre qu'il me fallait. Bon le sujet n'étais pas très gai, je vous l'accorde, mais si c'est un roman sur la guerre, s'en est aussi un sur l'amour!

Je ne vais pas beaucoup m'attarder sur ce livre. En fait je n'ai pas vraiment été transportée par le récit. Mais je n'arrive pas à savoir si cela est dû au livre en lui-même, aux conditions dans lesquelles je l'ai lu (par petits bouts, la nuit, mon ti papillon lové contre moi) ou au fait que j'ai choisi une édition scolaire bourrée d'annotations (notamment pour définir certains mots). Ce dernier point a beaucoup entravé ma lecture. Même si je ne me reportais pas à chaque note en bas de page, le fait de voir un petit numéro à côté d'un mot a parfois entravé la fluidité du récit.

L'histoire en elle-même est toute simple -racontée simplement d'ailleurs - et touchante. Jusqu'à la presque toute fin, on se demande si Steph aura le message de Marie, si celle-ci parviendra à survivre à sa blessure pour revoir son amoureux une dernière fois. Ce petit suspens est bien mené. Et tout le long du récit, on suit la lente et longue agonie de Marie. J'ai parfois eu l'impression qu'elle n'en finissait plus de mourir – un peu comme les acteurs dans les mauvais films! Mais là c'est la volonté de l'auteur. La mort de Marie n'est pas anecdotique, elle est l'histoire. C'est autour d'elle que les personnages se rencontrent, se mouvent, se racontent. On vit chaque instant avec Marie, toutes ses sensations, sa douleur, sa résistance, son abandon, son espoir, sa volonté. Et finalement, cette mort qui semble durer des heures et des heures, ne dure que le temps du récit, juste le temps de lire ces 140 pages!

Je pense qu'il faudra que je relise ce récit dans d'autres circonstances, et je le verrais surement d'un oeil nouveau.

Si vous avez lu aussi ce roman, qu'en avez-vous pensé?

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog