Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2015-12-09T20:02:45+01:00

L'eternité dans une heure, la poésie des nombres de Daniel TAMMET

Publié par 1000N1
L'eternité dans une heure, la poésie des nombres de Daniel TAMMET

4ème de couverture: Auteur reconnu et cerveau d'exception, Daniel Tammet a le don de raconter les mathématiques, de les rendre concrètes et vivantes, à travers sa propre vie, notre quotidien, la poésie ou la grande histoire. Les mathématiques sont une science certes, mais un science de l'imagination qui nous permet de répondre aux questions universelles que pose la littérature: le temps, la vie, la mort, l'amour.

Des flocons de neige à Pi, en passant par kes moutons d'Islande ou Shakespeare, on se demande pourquoi, à l'école, on ne nous a pas appris les mathématiques de cette façon.

Une phrase: “Le lecteur de poésie et le mathématicien disposent d'allusions, de fragments, mais non d'une vision d'ensemble. Comme dans la vie.”


Vous connaissez très certainement Daniel TAMMET, l'auteur de Je suis né un jour bleu, dont je vous ai déjà parlé. Si ce n'est pas le cas, lisez ces deux livres!

Ayant adoré Je suis né un jour bleu, qui m'avait transportée et offert une autre vision du monde et de la réalité, je n'ai pas hésité longtemps à acheter L'éternité dans une heure. Pourtant, les maths, à la base, c'est pas forcément ma tasse de thé! Mais je me doutais que l'auteur saurait me faire découvrir cette science sous un autre jour. Pari gagné! C'est juste merveilleux quand Daniel TAMMET s'empare des chiffres, des théories mathématiques ou de l'usage de ceux-ci dans notre vie quotidienne. Il les décortique, les éclaire sous un angle inattendu, et les rend passionnant! Parfois on craint de se perdre lorsqu'il débute une explication, mais au final tout devient clair et limpide! Vu sous cet angle, je suis sûre que beaucoup d'allergiques au maths y trouveraient de l'intérêt et surtout parviendraient à comprendre ce que 100 leçons ne leur expliquent pas.

Chaque chapitre est indépendant et traite d'un thème différent : l'infini, les grands nombres, les nombres premiers, les multiplication, le temps, les échecs,...

Comme pour le précédent livre de Daniel TAMMET, j'ai trouvé celui-ci très bien écrit, à la fois instructif et divertissant, logique et poétique. Un vrai plaisir de prendre le temps de lire ces quelques pages!

Oui, car j'avoue que la lecture de ce livre s'est étalée sur plusieurs mois. Même si l'auteur rend toute théorie, toute explication intelligible, cela demande quand même réflexion : le temps de se poser, de bien comprendre et de digérer les informations. Ce n'est pas un bouquin dont on peut enchainer les chapitres, comme on le ferait d'un roman. Non, il faut prendre le temps de le lire : quelque chose entre 1h et une éternité!

Voir les commentaires

2015-12-04T14:34:32+01:00

Ma grand-mère russe et son aspirateur américain de Meir SHALEV

Publié par 1000N1
17ème pays du challenge : Israël

17ème pays du challenge : Israël

Ma grand-mère russe et son aspirateur américain de Meir SHALEV

titre original : Ha-davar haya kakha

4ème de couverture: Dans le mochav de Nahalal, une coopérative agricole de Galilée, on considère que l'oncle Yeshayahou est un traître. Car il est parti en Amérique et le pays du capitalisme est mal vu par cette communauté juive d'origine russe. Mais l'oncle Yeshayahou a un plan diabolique. Il connaît l'obsession de la propreté de Tonia, la grand-mère du narrateur, et lui envoie le tout dernier modèle d'aspirateur General Electric. Un sweeper qui deviendra le moteur des hsitoires familiales, des tensions inter-générationnelles et des anecdotes les plus folles.

Il est des récits incroyables qui naissent pourtant d'un terreau réel. Avec un humour jouissif, Meir Shalev nous plonge dans son invraissemblable histoire familiale et nous dévoile les ambiguités de la société israélienne naissante.

Une phrase: “Tel est en effet l'essentiel : être fidèle à la vérité, même si celle-ci vous est parfois infidèle; en exprimer judicieusement le suc, non pas comme un homme, mais comme une femme ; la traduire en histoires et les scruter à la loupe, encore et encore, jusqu'à ce qu'elles deviennent propres et bien nettes.”


Ca y est, voilà enfin un petit topo de mon passage en Israël! Comme je l'ai laissé entendre dans l'article précédent, ce ne fut pas exceptionnel. Pourtant le titre très original et la 4ème de couverture laissaient penser que j'allais passer un très bon moment avec ce livre. Je m'attendais à rire beaucoup, à être dépaysée et transporter par cet humour. Malheureusement, je n'ai pas trouvé tout cela dans ce roman...

En fait, il s'agit surtout d'un récit familial. L'auteur relate quelques anecdotes un peu originales concernant ses parents, ses oncles et tantes, ses grand-parents et spécialement sa grand-mère. D'ailleurs, il m'a semblé que ce livre est plus un ode à sa grand-mère : un recueil de souvenirs la concernant et cherchant à approcher et décrire quel personnage surprenant elle est, qu'un roman destiné à être lu par d'autres lecteurs. Bref, hormis la fin qui m'a un peu plus accrochée, je me suis demandée à de nombreuses reprises dans quel but l'auteur racontait cette histoire (voire ces petites histoires).

Voir les commentaires

2015-11-26T11:58:15+01:00

Le maitre a de plus en plus d'humour de Mo YAN

Publié par 1000N1
16ème pays du challenge : la Chine

16ème pays du challenge : la Chine

Le maitre a de plus en plus d'humour de Mo YAN

titre original : Shifu, ni yue lai yue youmo

4ème de couverture: L'usine a fait faillite, maitre Ding est licencié. A seulement un mois de la retraite, c'est tout un monde qui s'effondre. Mais juste au moment où il va perdre définitivement espoir, il retrouve sa joie de vivre grâce à une idée géniale et assez peu orthodoxe. Oui, mais cette idée... ne serait-elle pas un peu criminelle?

Une phrase: “Nous allons nous efforcer de créer de nouvelles occasions de travail pour tous, mais avant que ce soit possible, chacun devra se débrouiller par lui-même, sans attendre d'appui de quiconque. Camarades, ajouta la maire adjoint au comble de l'exaltation, si avec ses deux mains la classe ouvrière a été capable de renverser le cours des choses, comment n'arriverait-elle pas à gagner son pain avec?”

Je vous avais annoncé une escale en Israël et nous voici en Chine! Cherchez l'erreur! Bon, je suis en pleine lecture du roman israélien, mais il a un peu de mal à retenir mon attention. Je crois que je m'attendais à une autre récit, et celui-ci ne me convient qu'à moitié. Mais je n'en dis pas plus, ce sera l'objet d'un autre article!

Parlons ici de ce court roman, de cette nouvelle chinoise. J'ai choisi ce livre car il était court justement, et qu'il devait m'accompagner à la maternité. S'il a bien fait parti du voyage dans ma petite (!) valise, je n'ai pas vraiment eu le temps de le lire! Je l'ai commencé en attendant mes premières contractions, mais lire en ondulant sur un ballon ou en faisant les 100 pas n'était pas trop évident... Et surtout je n'avais pas du tout la tête à ma lecture, ce qui fait que j'ai lu les 2 premiers chapitres mais n'en ai gardé aucun souvenir! Finalement, c'est en une nuit (oui mes nuits me semble plus longues que mes jours) que j'ai lu cette nouvelle.

J'ai bien aimé ce court récit. Je l'ai trouvé bien mené car jusqu'à la toute fin on ne sait pas trop où l'auteur nous emmène. On s'attend à telle ou telle péripétie, à telle réaction du personnage principal, et non! L'auteur nous surprend en empruntant d'autres chemins narratifs. D'ailleurs, même la toute fin est surprenante, et on se dit “et voilà? Mais l'histoire n'est pas finie!” Libre à nous d'imaginer ce qui arrive ensuite à Ding Shikou...

L'histoire est menée tambour battant, sans trop de digression. On ne connait rien du passé ou de l'avenir du personnage. On le suit juste au moment présent, dans son aventure. On connait un peu ses pensées, mais ce sont surtout ses actes qui nous sont rapportés. Le journal Le Parisien parle d'un “conte féroce et délicieusement naïf”, je pense que c'est assez juste et approprié : c'est une petite histoire, dont chacun est libre de tirer une morale, Celle-ci n'est pas clairement énoncée par l'auteur, mais il laisse filtrer dans ce récit son jugement sur la société actuelle (le roman date de 1999, mais je pense qu'il est encore, si ce n'est plus, d'actualité...)

Voir les commentaires

2015-11-23T18:27:57+01:00

Se documenter pour son bébé

Publié par 1000N1
Se documenter pour son bébé

Depuis l'arrivée de mon ti papillon, la vie a pris un nouveau rythme, pas toujours compatible avec la tenue régulière de ce blog (ni la lecture de romans, ni la finition de mon bonnet en tricot, ni la poursuite d'un petit cadre en broderie, ...) Avec ses douleurs au niveau digestif, bébé papillon est assez « exigent » : il demande beaucoup de câlins, de réconfort, de tendresse, de patience, d'amour... Forcément, avec ce petit bébé d'amour dans les bras une majeure partie de la journée, ça laisse peu de temps pour faire autre chose, mis à part peut être regarder des émissions abrutissantes à la télé...

Comme il faut également que je tienne mon ti papillon bien droit contre moi après chaque tétée, j'ai rapidement mis ce temps à disposition pour bouquiner (et essayer ainsi de ne pas m'endormir, exercice pas toujours simple à 3h du mat, surtout quand le déficit de sommeil frôle des sommets...)

Bref, cet article n'a pas comme but unique de vous décrire ma vie et les soucis gastriques de bébé papillon, mais surtout de vous parler de 3 livres prêtés par ma soeur. Il y a quelques temps, je postais un article sur mes lectures de grossesse, et sur l'accouchement et vous promettais le même sur les bébés. Et bien voilà!

  • Jeune maman et paresseuse de Frédérique CORRE-MONTAGU : Un petit livre bien fait, avec pleins d'infos allant de l'équipement pour accueillir un bébé, aux questions diverses concernant l'évolution de bébé, l'allaitement, l'organisation au quotidien quand on passe de 2 à 3, sans oublier comment continuer à prendre soin de soi et à rester femme tout en étant mère. Bref, beaucoup de thèmes abordés, de manière intelligente et légèrement humoristique. Bon, forcément vu la diversité de sujets traités, ils ne le sont pas en profondeur, et il est nécessaire d'aller chercher des réponses ailleurs si on souhaite plus d'informations. J'ai aussi parfois regretté le parti pris de l'auteur, qui donne souvent son avis sur l'intérêt de tel objet ou de telle posture. Cela peut peut-être s'avérer utile pour certaines mères se sentant perdues, mais personnellement j'aurais aimé parfois disposer d'avis contradictoires pour pouvoir choisir en connaissance de cause. Malgré cela, c'est un bon livre, intéressant et qui se lit très facilement.

  • Votre bébé de 1 jour à 1 an d'Anne BACUS : Rien que le titre, tout un programme! Un vaste programme! Bon forcément, vous vous doutez que tout ne peut pas être abordé en 303 pages! Je regrette un peu que l'auteur ait voulu couvrir une si grande période et au final les sujets sont plutôt survolés.De plus, l'auteur balaye des sujets divers allant des évolutions psychologiques, physiques, physiologiques de l'enfant, et mêle théories et trucs et astuces de parents, A raison de 2 thèmes par semaine, et d'une page par thème, il s'agit plus de mini-conseils ou d'explications succinctes. En outre, je n'ai pas toujours compris le choix de l'auteur de traiter tel sujet à telle semaine et pas à telle autre... Bref, je n'ai pas trouvé dans ce livre les réponses que j'attendais.

  • Bébé dis-moi qui tu es du Docteur Philippe GRANDSENNE : Certainement le livre qui m'a le plus plu. Il sort de l’ordinaire, des conseils lus et relus, des explications lapidaires convenues. L'auteur part de son expérience de pédiatre pour nous expliquer « comment fonctionne un bébé ». Il traite des réels besoins du bébé, tout en dédramatisant et en réconfortant les parents qui ne savent plus vraiment comment agir et réagir face à une avalanche de conseils de la famille, des amis et des professionnels. Il déculpabilise aussi les jeunes parents : non ils ne seront pas parfaits, et alors?! Tant qu'ils agissent dans l'intérêt de leur enfant, ils ne peuvent pas être totalement mauvais! L'auteur amène une réelle réflexion et une ouverture d'esprit. Et surtout, il rappelle souvent une chose essentielle que certains semble oublier parfois : le bébé est un petit être en construction, il ne fonctionne pas totalement comme nous et il ne faut pas lui supposer des attentions qu'il n'a pas (genre « il le fait exprès » « c'est de la malice » etc...) Et toujours, toujours appliquer cet adage « ne fais pas à autrui (là à ton bébé) ce que tu ne voudrais pas qu'on te fasse ».

Je ne m'attarde pas plus sur les autres petits guides distribués gratuitement dans les maternités : le guide de l'allaitement maternel, happy bébé ma première année, l'enfant du premier âge. Ce sont de petits magasines assez complets et traitant très concrêtement la réalité de la prise en charge d'un enfant. Ils répondent aux premières questions des parents, de manière claire, objective et succinte? Ca dépanne et ça rassure!

Voir les commentaires

2015-10-15T14:06:58+02:00

Des mille et une façons de quitter la Moldavie de Vladimir LORTCHENKOV

Publié par 1000N1
15ème pays du challenge : la Moldavie

15ème pays du challenge : la Moldavie

Des mille et une façons de quitter la Moldavie de Vladimir LORTCHENKOV

4ème de couverture: La Moldavie, on l'aime ou on la quitte.

A Larga, petit village misérable où ne poussent guère que des trognons de choux, les habitants caressent tous cette idée merveilleuse : émigrer. Leur paradis terrestre? L'Italie, où les attendent prospérité et brunes incendiaires. Pour ce faire, rien n'est trop cher, ni trop fou : vendre un rein, transformer un tracteur en sous-marin, organiser une croisade religieuse ou apprendre le curling afin de décrocher un visa d'équipe nationale. Tout plutôt que de renoncer.

Et si la chance souriait aux audacieux?

Une phrase: “D'un commun accord, on décida par conséquent de ne pas céder à la provocation et de ne plus jamais vendre de reins. ... Mais tard dans la nuit, la maison où logeaient les propagandistes venus d'Israël vit défiler un par un quatorze candidats, dont le vieil Ion...”


Reprise de mon tour du Monde par un pays peu connu : la Moldavie (j'avoue que ignorante que je suis, je pensais que la Moldavie n'était qu'une région de la Roumanie, pas un vrai pays, mea culpa et pardon aux Moldaves)


Ce qui m'a plu dans ce livre, c'est tout d'abord son titre! Je trouvais marrant que l'auteur, un moldave, écrive toute une histoire sur “comment quitter son pays”. Drôle, et pas trop vendeur pour ce petit pays. Bon, les dirigeants moldaves n'ont pas vraiment vus le côté drôle de l'histoire, puisque ce petit roman a causé à Lortchenkov quelques “soucis” dans son pays...

Que dire d'autre. La quatrième de couverture résume parfaitement l'histoire. Elle a fini par me décider à acheter ce petit roman. Et je trouvais le thème terriblement d'actualité: quitter son pays pour un autre Eldorado. Bon, là il s'agit clairement et sans aucune hésitation de migration économique. Tous les habitants du petit village de Larga tentent de gagner leur terre promise : l'Italie, où on peut gagner une fortune (1000 euros par mois) en faisant des ménages. L'auteur nous présente toute une série de personnages, qui ont tous leurs propres motivations et moyens de quitter leur pays. Ils ne sont pas tous aimables, bien au contraire! Certains sont mêmes ignobles ou insupportables, avec leurs travers, leurs défauts et leur obsession de quitter la Moldavie pour l'Italie. Pour tous, cela devient la quête de toute une vie, au point de se demander si l'Italie existe vraiment (malheur à celui qui en doute!)

Au niveau du style, c'est également un livre très surprenant, présentant différents univers. L'auteur se permet de glisser au milieu de sa narration quelques surprises narratives : ici une lettre / recette de cuisine, là une chronique de croisade, ou encore un communiqué de presse. Plus on avance dans l'histoire, plus celle-ci devient loufoque et on se dit tout à la fois “c'est n'importe quoi” et “c'est génial”. Il y a une grande imagination et beaucoup de créativité chez Lortchenkov. La lecture de son livre est un vrai voyage, un dépaysement littéraire!

C'est un livre à l'humour grinçant, plein de rebondissements, et qui cerne assez justement la psychologie humaine. L'auteur ne se limite pas à raconter les expériences des uns et des autres, mais essaye de comprendre cette volonté de migration, qui tourne à la folie. C'est donc un livre drôle mais aussi intelligent, et surtout très très cynique. C'est une vraie petite perle, un petit plaisir de lecture.

Voir les commentaires

2015-10-07T15:16:31+02:00

Le défi Tea

Publié par 1000N1

Pour répondre au défie lancé par ma sœur sur son blog http://lydianeyannick.over-blog.com/2015/10/tea-time.html voilà mes réponses!


English breakfast tea – Un livre que tout le monde t’a recommandé et que tu as donc fini par lire… : Oh il y en a plusieurs! Tout d'abord la série des Harry Potter (si, si, pendant des années je n'ai pas voulu les lire! Puis une fois que j'ai mis le nez dedans, impossible de m'arrêter!) Il y aussi Ce que le jour doit à la nuit de Yasmina KHADRA, que j'ai bien sûr adoré! Ou Ensemble c'est tout d'Anna GAVALDA. Souvent, je renâcle quand tout le monde dit du bien d'un livre, je me dis que forcément je vais être déçue. Mais force est de constater que ce n'est pas toujours le cas!

Earl Grey – Un livre sombre qui t’a laissé une forte impression même après l’avoir terminé… : Je ne lis pas trop de livres sombres, alors difficile à dire... Je pense à un livre que j'ai lu, je ne sais pas s'il est sombre mais en tous cas je l'ai trouvé bien glauque et il m'a vraiment mis mal à l'aise. Il s'agit de Moins que zéro de Bret Easton ELLIS

Rooibos – Un livre qui t’a fait découvrir un autre pays que le tien… : En ce moment c'est un peu le cas de tous les livres que je lis! Mais je dirais L'Embellie d'Audur Ava OLAFSDOTTIR que j'avais lu avant d'aller en Islande, et qui m'avait transporté (bien que décrivant très peu l'Islande d'ailleurs...) et surtout la BD L'Arabe du Futur de Riad SATTOUF qui m'a fait découvrir avec stupeur la vie en Syrie dans les années 80!

Chaï – Un livre de ta PAL que tu es sûre d’aimer avant même de l’avoir lu… : Probablement le prochain que j'ouvrirais (donc pas celui que je lis actuellement) qui a un titre vraiment loufoque et m’emmènera en Israël...

Darjeeling – Une pépite que tu aimes tellement que tu la recommandes à tout le monde… : J'avais beaucoup aimé Les Déferlantes de Claudie GALLAY lorsque je l'avais lu et le recommandais à tout le monde. De manière générale, je pourrais dire aussi que c'est le cas pour quasiment tous les romans d'Amélie NOTHOMB que j'ai lus!

Oolong – Le genre livresque que tu considères comme ton péché mignon… : Hum, je dirais les romans historiques (rarement déçue par ce genre, même si j'en lis peu actuellement) et ceux où il y a, quelque part dans l'intrigue, une histoire d'amour (c'est mon côté fleur bleue!)

Ginseng – Un livre qui t’a fait sortir d’une panne livresque… : Pffff, dure question! Peut être Des fleurs pour Algernon de Daniel KEYES, que j'ai lu après avoir enchaîné deux trois romans qui ne m'avaient pas passionnés. Ce classique de la littérature de science fiction m'avait redonné envie de lire, et d'ailleurs je crois l'avoir lu très rapidement.

Camomille – Un livre qui t’a endormi et que tu n’as pas pu finir… : Là aussi il y en a quelques-uns, mais comme ils ne m'ont pas laissé un souvenir impérissable, difficile de les nommer! Un dont je me souviens est Rose de Tatiana DE ROSNAY. Je n'avais pas du tout accroché, alors que j'attendais beaucoup de ce livre après avoir vu Elle s'appelait Sarah au cinéma. C'est pourquoi je me souviens que j'avais refermé ce livre avant la fin, avec déception. Et d'ailleurs, je crois que mes autres expériences avec les romans de Tatiana De ROSNAY ont toutes étés un échec...

Thé au jasmin – Un livre qui t’a chamboulé mais que tu n’as pas pu reposer avant de l’avoir fini… : Quelques livres m'ont chamboulé, surtout quand ils relatent le vécu de leur auteur comme Rien ne s'oppose à la nuit de Delphine DE VIGAN ou Je suis né un jour bleu de Daniel TAMMET. Ils m'ont touché et apporté une autre vision de la vie, de la réalité. Après, il y a aussi beaucoup de romans que j'ai dévoré et qui m'ont fait pleurer (j'ai peut être la larme facile..)

Thé vert Matcha – Le livre que tu considères comme le joyaux de ta bibliothèque… : Alors là, vraiment, je pense qu'aucun ne peut être qualifié de « Joyaux ». Après, j'ai quelques romans fétiches et que je prendrais plaisir à relire, et quelques beaux livres qui sont plutôt des documentaires. Ceux-là rentrent peut-être plus dans cette catégories, car en plus d'être intéressants ce sont de beaux objets ; il s'agit de livres sur le thème de la photographie et d'autres sur les voyages (livres avec des photos de paysages). Tandis que mes romans sont souvent des livres de poche, parfois même d'occasion.

Voilà, vous en savez un peu plus sur moi, bien que ce ne soit pas facile de répondre à ces questions, comme ça de but en blanc. Et que mes réponses auraient peut être été différentes il y a six mois, ou dans six mois!

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog