Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2015-07-05T19:34:16+02:00

L'ombre de ce que nous avons été de Luis SEPULVEDA

Publié par 1000N1
10ème pays du Challenge : le Chili

10ème pays du Challenge : le Chili

L'ombre de ce que nous avons été de Luis SEPULVEDA

Titre original: La sombra de lo que fuimos

4ème de couverture: Dans un vieil entrepôt d'un quartier populaire de Santiago, trois sexagénaires attendent avec impatience l'arrivée d'un homme, le Spécialiste. Il a convoqué ces trois anciens militants de gauche, de retour d'exil trente-cinq ans après le coup d'Etat de Pinochet, pour participer à une action révolutionnaire.

Un tourne disque jeté par une fenêtre au cours d'une dispute conjugale va tout remettre en question, jusqu'au moment où resurgit dans la mémoire des complices l'expression favorite du Spécialiste: « on tente le coup?»

L'auteur nous propose les portraits cocasses et attachants de trois héros cassés par l'Histoire récente et l'exil, mais qui n'ont perdu ni leur humour ni leur capacité de croire aux rêves.

Ce roman est un exercice de virtuosité littéraire au service d'une histoire émouvante et sombre jouée par des perdants. Un roman écrit avec le coeur et l'estomac pour toucher et faire rire et penser.

Il a reçu en Espagne le PRIX PRIMAVERA 2009.

Une phrase: Il voulait répondre: on ne revient pas de l'exil, toute tentative est un leurre, le désir absurde de vivre dans le pays gardé dans sa mémoire.

Un tout petit roman chilien. J'ai hésité avec d'autres roman de Luis SEPULVEDA, mais le titre poétique de ce livre et la quatrième de couverture ont eu ma préférence sur les autres ouvrages. L'histoire de ces papys qui, après des années, gardent haut leur idéaux révolutionnaires et s'engagent de nouveau dans la bataille me plaisait particulièrement (surtout à notre époque où chacun se résigne et ne se bat plus pour rien).

Ce livre m'a beaucoup plu, même si je dois avouer que j'ai un peu été perdue dans cette histoire. D'abord à cause des noms des personnages: ils ont des sonorités auxquelles je ne suis pas habituée et j'avais l'impression qu'ils se ressemblaient tous. J'ai un peu eu tendance à confondre les trois sexagénaires... D'ailleurs, j'ai relu le premier chapitre deux fois, car d'entrée de jeu j'étais paumée! Ensuite, je ne connais quasiment pas l'histoire du Chili. Bien sûr, je sais qui est Pinochet, mais les circonstances de son arrivée au pouvoir et la place de l'extrême gauche dans ce pays alors, là je n'en connaissais rien. Or l'aspect historique tient une place importante dans ce roman. Bien sûr, on peut le comprendre sans connaître tout cela (comme je l'ai fait) mais je me dis que je suis surement passée à côté d'une certaine nuance du récit... Enfin, le côté positif est que ce roman m'a donné l'envie de me renseigner un peu sur l'histoire de ce pays.

Sinon, du côté plus stylistique, j'ai énormément aimé la façon dont Luis Sepulvéda m'a raconté cette histoire. C'est très agréable à lire. Tous les personnages sont attachants, et chaque scène intense, même si elle ne dure que quelques pages. Au final, ce roman n'est pas long, mais il s'y passe beaucoup d'actions et de rebondissements, ce qui laisse une sensation de densité, de récit bien rempli et bien mené.

Pour conclure, ce roman a éveillé en moi une curiosité pour un pays et un auteur! Mission donc remplie, et prochainement je lirais un autre roman de Sepulveda.

Voir les commentaires

2015-06-23T19:20:36+02:00

Moi et toi de Niccolo AMMANITI

Publié par 1000N1
9ème pays du Challenge: l'Italie

9ème pays du Challenge: l'Italie

Moi et toi de Niccolo AMMANITI

Titre original: Io e te

4ème de couverture: Une cave.

Un garçon pas comme les autres.

Le projet de se cacher aux yeux du monde plutôt que d'avouer une pesante solitude.

Et l'arrivée impromptue d'une étrangère.

Avec ces quelques ingrédients, Ammaniti construit une histoire à couper le souffle sur le plus simple et le plus impénétrable des mystères : comment devenir adulte.

Une phrase: Tout a marché plus ou moins bien jusqu'à ce qu'un matin, j'aie eu envie l'espace d'un instant de ne plus être une mouche déguisée en guêpe, mais une guêpe véritable.”

Il s'agit d'un tout petit roman, mais dont la force évocatrice est vraiment grande. J'aime déjà beaucoup la photo de la couverture, qui annonce vraiment quel personnage principal nous allons rencontrer : Lorenzo, ce garçon étrange (d'autres dirons bizarre). Il nous emmène avec lui, dans sa petite aventure mais qui - vu du haut de ses quatorze ans et avec son regard d'enfant différent – a tout d'une aventure extraordinaire. Je ne peux pas en dire plus sur l'histoire car j'irais trop vite à la dévoiler. Je peux juste dire que je me suis beaucoup attachée à ce petit héros. Bien que l'auteur nous donne un minimum d'information sur ses personnages et peu de description, la simple évocation de leurs pensées, de leurs actes, de certains souvenirs, nous en apprend beaucoup sur eux. En quelques pages on les découvre et on est touché par leur histoire. C'est une écriture simple, qui va droit au but, à l'essentiel, J'ai trouvé que ce court récit est vraiment bien mené, et très émouvant. Un joli petit coup de coeur

Voir les commentaires

2015-06-21T17:20:51+02:00

L'arabe du futur 2, Une jeunesse au Moyen-Orient (1984-1985) de Riad SATTOUF

Publié par 1000N1
L'arabe du futur 2, Une jeunesse au Moyen-Orient (1984-1985) de Riad SATTOUF

4ème de couverture: Ce livre raconte l'histoire vraie d'un écolier blond dans la Syrie d'Hafez Al-Assad.


Une phrase: ou plutôt une planche!



Je vous avais parlé il y a quelques mois du tome 1 que j'avais vraiment adoré. Voici le tome 2! A la base, je l'avais acheté pour mon cher et tendre, mais je n'ai pas résisté à l'envie de le lui piquer et je l'ai lu en quelques jours! Vous l'aurez donc compris, ce tome 2 m'a également séduit! Le petit Riad a grandi, et même s'il nous décrit la Syrie avec ses yeux d'enfants, on y sent un regard qui commence à être déjà un peu plus critique que dans le tome 1. Il nous fait découvrir sa vie d'enfant dans ce pays lointain, une vie surprenante, même choquante pour certains passages. Et il y a toujours autant de candeur dans son récit et de tendresse pour ses parents (alors que personnellement j'aurais souvent envie de les secouer!) Bref, il ne sert à rien de vous en dire plus, lisez cette BD, point barre!

Dernier petit point, j'aurais pu choisir ce livre pour représenter la Syrie dans mon tour du monde, mais cela aurait été trop facile! D'ailleurs je lis actuellement un livre d'un pays commençant par la lettre I (et oui encore! Et non Lydiane, ce n'est pas l'Irlande...)

Voir les commentaires

2015-06-15T21:02:29+02:00

En censurant un roman d'amour iranien de Shahriar MANDANIPOUR

Publié par 1000N1
8ème pays du Challenge: l'Iran

8ème pays du Challenge: l'Iran

En censurant un roman d'amour iranien de Shahriar MANDANIPOUR

Titre original: Censoring an Iranien Love Story

4ème de couverture: Téhéran, de nos jours. Comment un garçon et une fille peuvent-ils se rencontrer et vivre une histoire d'amour alors que la République islamique a instauré une rigoureuse séparation des sexes? Comment publier un roman d'amour, alors que l'impitoyable censeur pourchasse la moindre allusion érotique?

Sara et Dara s'aiment par messages codés inscrits dans des livres empruntés à al bibliothèque, par téléphone ou par ordinateur interposé et au cours de promenades dans les rues en jouant à cache-cache avec les oppresseurs.

Avec un humour irrésistible, seule arme efficace face à la censure, et un recours immodéré à l'autodérision, Shahriar Mandanipour rédige sous nos yeux un poignant roman d'amour à la fois réaliste et fantastique, placé sous l'égide des grands poètes persans, des écrivains et des cinéastes occidentaux.

Loufoque et bouleversant, jubilatoire et tragique, En censurant un roman d'amour iranien réconcilie de façon magistrale Le Procès de Kafka, La Ferme des animaux d'Orwell, et les contes des Mille et une Nuits.

Une phrase: Maintenant demandez-moi comment j'espère écrire et publier une histoire d'amour, afin que je puisse expliquer:

En tant qu'auteur expérimenté je serai peut-être capable, me semble-t-il, d'écrire un roman de telle sorte qu'il réussisse à survivre au couperet de la censure.”


Voici un roman très surprenant, certainement le plus déroutant que j'ai lu cette année! En choisissant l'Iran, un pays lointain au mode de vie si différent du mien, je m'attendais à être surprise et dépaysée, mais pas à ce point, ni à lire ce genre d'histoire!

C'est vraiment un livre unique. On croit que l'on va lire une histoire d'amour, mais c'est sans compter le "en censurant" du titre. Car ce "en censurant" prend en fait rapidement toute la place. Après quelques phrases à peine, l'auteur interrompt son roman d'amour pour nous donner son point de vue, nous expliquer son histoire, le pourquoi du choix de tel ou tel mot et la complexité de sa tache. En fait, le roman d'amour avance très peu, interrompu par les remarques et questions permanentes de l'auteur sur sa vie, son métier d'auteur, son pays, et sur l'art d'écrire sans se faire censurer! C'est épatant! Au début, j'ai eu un peu de mal à m'y retrouver, j'étais un peu frustrée d'être sans cesse stoppée dans cette histoire d'amour. Et puis petit à petit, je me suis intéressée plus aux réflexions de l'auteur qu'au récit d'amour en lui-même. Et quand je commençais à trouver mes marques, l'auteur m'a bousculeé de nouveau! On entre alors un peu dans le fantastique (comme annoncé dans la 4ème de couverture). Les personnages du roman croisent alors l'auteur et ses contemporains, puis des fantômes du passé. Ses personnages semblent lui échapper, prendre leur vie en main sans lui demander son avis! Par moment, on se demande si l'auteur ne devient pas fou, si la pression de la censure ne lui a pas fait perdre la raison! Bref, on part vraiment dans un autre univers!


Je vous conseille ce livre, surtout si vous cherchez une lecture originale!

Voir les commentaires

2015-05-29T21:30:28+02:00

Une femme aimée d'Andreï MAKINE

Publié par 1000N1
7ème pays du challenge : la Russie

7ème pays du challenge : la Russie

Une femme aimée d'Andreï MAKINE

Titre original: Une femme aimée

4ème de couverture: Défendre cette femme.. Effacer les clichés qui la défigurent. Briser le masque que le mépris a scellé sur son visage.

Aimer cette femme dont tant d'homme n'ont su que convoiter le corps et envier le pouvoir.

C'est cette passion qui anime le cinéaste russe Oleg Erdmann, désireux de sonder le mystère de la Grande Catherine. Qui était-elle? Une cruelle Messaline russo-allemande aux penchants nymphomanes? Une tsarine clamant son "âme républiciane"? La séductrice des philosophes, familière de Voltaire et Diderot, Cagliostro et Casanova? Derrière ce portrait, Erdmann découvre le drame intime de Catherine – depuis son premier amour brisé par les intérêts dynastiques jusqu'au voyage secret qui devait la mener au-delà de la comédie atroce de l'Histoire.

L'art de ce grand roman transcende la biographie.

L'effervescence du XVIIIe siècle européen se trouve confrontée à la violente vitalité de la Russie moderne.

La quête d'Erdmann révèle ainsi la véritable liberté d'être et d'aimer.

Une phrase: Aux moments les plus durs des années à venir, le jeune homme se rappelerait en souriant leur dicton familial: "Et dire que tout cela m'arrive à cause de cette petite Allemande devenue la Grande Catherine".”


On s'envole pour la Russie! L'oeuvre russe est assez conséquente, et on trouve pas mal d'auteurs russes traduits en français. Le choix de ce livre-ci parmi tant d'autre est tout d'abord dû à ma mère qui me l'a conseillé (car elle aime beaucoup Makine), ensuite le titre me plaisait bien. La quatrième de couverture semblait ambitieuse. Je me suis donc lancée dans ce roman, idéal pour ma semaine de vacances!

Je souligne tout d'abord que j'ai été un peu surprise en lisant les premières pages. L'histoire commence de manière abrute, je ne comprenais pas ce qui se passait. Le mystère est vite levé, mais j'ai parfois retrouvé cette impression de ne pas comprendre certains passages de l'histoire. En effet, l'auteur passe sans cesse du présent au passé, de la vie de son héros Oleg à celle de son héroïne à lui : la Grande Catherine. On comprend rapidement que les deux sont liées, et qu'Oleg ne vit qu'à travers le mystère de cette impératrice hors norme, tentant de s'approprier son histoire, de la découvrir comme personne auparavant ne l'a fait. Cela tourne à l'obsession. Obsession que l'on ressent dans l'écriture même, qui est hachée -comme dans l'urgence d'aller au bout des choses, l'envie de comprendre ce qui ne se laisse pas appréhender – et revenant sans cesse au même sujet.

J'avoue que j'ai eu un peu de mal avec ce parti pris, cette manière de raconter l'histoire. Je crois que j'aurais plus accrochée à un style plus linéaire. Là, j'avais l'impression de revenir sans cesse sur les mêmes évènements, que l'auteur me rabachait inlassablement la même histoire, en essayant toutefois de me la faire découvrir sous un autre angle, sans y parvenir. Parfois, j'ai trouvé ce roman un peu long et j'aurais aimé que l'auteur aille à l'essentiel, cesse de tourner autour du pot. Surtout, ce qui m'a frustré, c'est qu'au final je n'ai rien appris de la vie de la Grande Catherine : qui elle était, ce qu'elle fit. Je n'ai eu que des éclairages partiels, que des anecdotes en filigrame. Je me dis que l'auteur a peut être voulu que son lecteur ressente la même frustration que son héros Oleg : n'obtenir que des bribes d'Histoire et de vérité là où on voudrait tout comprendre.

Un autre apsect intéressant de ce livre est qu'il nous fait découvrir la Russie à travers différentes époques : celle de la Grande Catherine une peu, mais surtout celles traversées par Oleg et ses parents, de la Seconde Guerre Mondiale à la Russie post-URSS. Ces petits aperçus de la vie, et de la manière dont elle change vite d'une décénnie à l'autre m'ont plu.

Enfin, je peux dire que j'ai beaucoup aimé les deux dernières parties du roman. L'histoire y est plus linéaire et donc plus facile et agréable à suivre. Oleg ne cherche plus déséspéremment à comprendre la Grande Catherine,et c'est alors qu'il en est le plus proche. Dans ces deux dernières parties, je trouve que l'auteur prend vraiment plus le temps de nous présenter ses personnages, on les appréhende mieux et ils nous semblent plus proches, plus vivants.

Au final, avis plutôt mitigé sur ce roman, mais qui penche quand même plus vers le positif!

Voir les commentaires

2015-05-21T21:18:09+02:00

Rue Darwin de Boualem SANSAL

Publié par 1000N1
6ème pays du Challenge : l'Algérie

6ème pays du Challenge : l'Algérie

Rue Darwin de Boualem SANSAL

Titre original: Rue Darwin

4ème de couverture: Après la mort de sa mère, Yazid, le narrateur, décide de retourner rue Darwin dans le quartier Belcourt, à Alger. “Le temps de déterrer les morts et de les regarder en face” est venu.

Une figure domine cette histoire : celle de Lalla Sadia, dite Djéda, toute-puissante grand-mère dont la fortune s'est bâtie à partir du bordel jouxtant la maison familiale. C'est là que Yazid a été élevé, avant de partir pour Alger. L'hisotire de cette famille hors norme traverse la gradne histoire tourmentée de l'Algérie, des années cinquante à aujourd'hui.

Encore une fois, Boualem Sansal nous emporte dans un récit truculent et rageur. Les héros y sont les Algériens, déchirés entre leur patrie et une France avec qui les comptes n'ont pas toujours été soldés. Il parvient à introduire tendresse et humour jusque dans la description de la corruption, du grouillement de la misère, de la tristesse qui s'étend...

Une phrase: Qui le lira voudra me pardonner, je ne pouvais faire autrement, l'essentiel me manquait, je n'avais sous la main que des bouts de souvenirs accrochés à rien, des murs délabrés, des visages incertains, et mon pauvre témoignage pour assurer mes dires.”

Roulements de tambour (oui il faut au moins ça pour annoncer un nouvel article dans la série “Mes lectures” et pour le challenge “une année autour du monde” qui se pose en Algérie avec ce roman)! Pour excuse, j'ai été pas mal occupée et fatiguée ces derniers temps, donc je ne prenais plus le temps de lire, ou alors certains magazines et bouquins axés sur un sujet bien particulier... Comprendrons ceux qui pourront! ;-)

Sinon, que dire de ce livre-ci? Contrairement à ce que la durée phénoménale que j'ai mise pour le lire pourrait laisser penser, j'ai beaucoup aimé ce livre. J'ai eu parfois un peu de mal à suivre l'histoire bien sûr car je ne lisais pas régulièrement, et je n'ai certainement pas le même aperçu de ce roman que celui que j'aurais pu avoir si je l'avais lu en 2 semaines, mais il n'empêche que c'est un livre que j'ai apprécié et que je vous conseille!

Tout d'abord, le style est vraiment très joli, très agréable à lire. On sent que l'écriture est travaillée et soignée, mais cela est fait avec tant de naturel (je serais tentée de dire tant de facilité) que ce n'est pas du tout ardu à lire. Au contraire, on lit chaque phrase avec délectation, et on enchaîne les pages sans y prendre garde. Vraiment, ce roman m'a donné envie d'en lire d'autres de ce même auteur!

Ensuite, l'histoire en elle-même est assez jolie, intimiste. Ce qui peut être déconcertant, c'est que l'auteur nous la raconte un peu en pointillé, avec des flash-backs, des aller-retours entre présent, futur, passé, et à chaque fois, des petits riens, des petits éléments sont ajoutés à ce que l'auteur nous a livré de l'histoire de son héros. On joue un peu au petit poucet avec lui, récoltant les indices, tentant de comprendre et de suivre le chemin de sa vie, et surtout, car c'est le cœur du roman, de sa quête d'identité. Cette fameuse question qu'il se pose dès le début, et qu'on se pose rapidement avec lui “qui suis-je”. Dans un premier temps, j'ai cru qu'il éludait la réponse, nous laissant flotter dans ce suspens, avec cette question insoluble, jusqu'à la fin du récit. Ce n'est que dans un second temps que j'ai compris qu'il nous menait avec lui dans sa quête, dans son acceptation de la vérité de “qui il est”.

Bref, je ne sais pas si mon article permet de clarifier le sens de ce livre, mais je ne veux pas non plus dévoiler trop l'histoire, sinon ce roman perd tout son charme! Je peux juste vous dire qu'on passe un excellent moment à le lire!

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog