Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2013-10-23T12:39:33+02:00

Buzzcut Season LORDE (musique)

Publié par 1000N1

Voir les commentaires

2013-10-23T12:36:52+02:00

Le chant des sorcières tome1 de Mireille CALMEL

Publié par 1000N1
Le chant des sorcières tome1 de Mireille CALMEL

4ème de couverture: 1483, dans les hauteurs du Vercors.

Non loin du château de Sassenage, la toute jeune Algonde, fille de l’intendante, se débat en vain pour échapper au torrent dans lequel elle est tombée. Malgré ses efforts, elle est emportée sous la montagne qu’on dit hantée par la fée Mélusine.

Tous la croient perdue, et pourtant, le torrent la rejette sur une berge, blanche et glacée, mais vivante.

Comment a-t-elle survécu, nul ne le sait. Sous le choc, Algonde avoue qu’elle aurait…vu Mélusine, puis elle refuse d’en dire plus. Mais elle semble désormais ailleurs. Que se passe-t-il autour de cette jeune fille dont la beauté éclate un peu plus chaque jour ? Quel serment a-t-elle prêté à la fée en échange de sa vie ?

Contrainte au silence pour protéger l’homme qu’elle aime, Algonde va tenter de déjouer le piège mis en place bien avant sa naissance. Son amour pour Mathieu, son amitié complice avec la jeune baronne, Hélène de Sassenage, lui donnent l’envie de vivre et de vaincre. Saura-t-elle affronter, seule ou presque, les puissances maléfiques qui ont imaginé pour elle un destin qu’elle rejette de toutes ses forces ?

Une phrase : «Même si elle en avait le cœur brisé, elle devait s’y résoudre : ce n’était plus à Mathieu qu’elle était destinée. »

Après un petit tour sur le blog de ma grande sœur, et la lecture de ses articles concernant la saga Aliénor de Mireille CALMEL, je me suis dit qu’il fallait vraiment que je lise ces livres. Malheureusement, à la médiathèque le premier livre de la série était sorti. Mais j’ai découvert qu’elle avait rédigé de nombreuses autres sagas : je n’avais que l’embarras du choix ! Finalement j’ai opté pour Le Chant des Sorcières : l’histoire se déroulant au Moyen-âge me plaisait bien, tout autant que la présence de Mélusine, et du pendant magique, féérique et légendaire. Eh bien je n’ai pas été déçue ! Du moins pas par le premier tome que j’ai dévoré ! Il faut dire qu’il est difficile de stopper sa lecture ! Impossible de s’arrêter au milieu d’un chapitre, et ensuite, une envie irrépressible de commencer le chapitre suivant ! C’est bien écrit, et surtout, chaque chapitre révèle son lot de péripéties, d’intrigues et de rebondissements ! Le rythme est soutenu, mais pour autant tout s’enchaine petit à petit. J’ai eu le temps d’apprendre à connaitre les différents personnages, de découvrir et deviner les liens qui les rassemblent autour de cette même histoire, et j’ai juste hâte de savoir comment toute cette histoire va tourner (tourner et non pas se finir, car je n’ai pas envie d’avoir le dénouement trop tôt, tellement cette histoire et ces personnages me plaisent !) Allez hop, à l’attaque du 2ème tome !

Voir les commentaires

2013-10-19T14:22:48+02:00

L’apparition de Didier VAN CAUWELAERT

Publié par 1000N1

4ème de couverture: « Je m’appelle Juan Diego. Je suis un indien aztèque. Je suis mort en 1548 et depuis j’attends.

Je m’appelle Nathalie, je vis aujourd’hui, je suis médecin, j’ai quarante ans et je ne crois en rien.

Deux personnes peuvent-elles s’entendre, se rejoindre et s’aider à quatre siècles de distance ? »

Une phrase : «Mais c’est toi qui as le pouvoir de me libérer ; j’ai tant besoin de le croire. »

Encore un roman trouvé dans notre gite durant nos vacances. En lisant la 4ème de couverture, je m’attendais à un bouquin dans la veine de Marc Lévy, une histoire d’amour entre un fantôme et un être humain, du réchauffé quoi ! Eh bien non, j’avais tout faux ! L’auteur choisit une autre route narrative et tant mieux. Bon ce n’est pas non plus une grande histoire bouleversante, mais j’ai pris plaisir à lire ce livre, à me laisser surprendre par l’intrigue et ses retournements inattendus. C’est un livre qui se lit facilement et qui permet de passer un bon moment, sur fond de mystère et de miracles religieux.

Voir les commentaires

2013-10-19T14:17:53+02:00

Moderato cantabile de Marguerite DURAS

Publié par 1000N1

4ème de couverture: « Qu’est-ce que ça veut dire Moderato cantabile ?

  • Je ne sais pas. »

Une leçon de piano, un enfant obstiné, une mère aimante, pas de plus simple expression de la vie tranquille d’une ville de province. Mais un cri soudain vient déchirer la trame, révélant sous la retenue de ce récit d’apparence classique une tension qui va croissant dans le silence jusqu’au paroxysme final.

« Quand même, dit Anne Desbarèdes, tu pourrais t’en souvenir une fois pour toute. Moderato, ça veut dire modéré, et cantabile, ça veut dire chantant, c’est facile. »

Paru en 1958, ce roman de Marguerite Duras a été traduit dans le monde entier.

Une phrase : « Ils s’étaient connus par hasard dans un café, peut être même dans ce café-ci qu’ils fréquentaient tous les deux. »

Voilà un tout petit roman que j’ai lu pendant mes vacances. Il s’agit d’un livre qui était présent dans le gîte que nous avions loué. Je l’ai choisis un peu au hasard, surtout parce qu’il était court et que je pouvais le lire en une heure ou deux avant d’aller me coucher !

Il s’agit d’un très court roman (moins de 100 pages), vraiment surprenant, tant par son récit que par la manière dont il est écrit. Tous le long du livre on attend d’en savoir plus, on croit deviner la suite, la fin. Mais en fait il n’y a rien a deviné, tout à imaginer ! L’histoire est construite sur des dialogues, des échanges succincts, quelques peu décousus, mystérieux, entre une femme et un homme qu’elle a rencontré quasi par hasard dans un bar, où elle revient ensuite tous les jours pour poursuivre cette conversation presque irréelle. C’est assez déroutant car on n’y comprend pas grand-chose, ou du moins on se demande si ce que l’on imagine est bien ce qui se passe. Tout repose sur notre imagination, l’auteur en dit le moins possible et nous laisse extrapoler. C’est intéressant, et bizarre… Autant dire que si vous n’aimez pas les films qui finissent « en eau de boudin », où vous vous faites la réflexion « quoi ? Mais c’est quoi cette fin ! », autant ne pas lire ce livre !

Voir les commentaires

2013-09-17T11:15:13+02:00

Des fleurs pour Algernon de Daniel KEYES

Publié par 1000N1

4ème de couverture : Algernon est une souris dont le traitement du Pr Nemur et du Dr Strauss vient de décupler l’intelligence. Enhardis par cette réussite, les savants tentent, avec l’assistance de la psychologue Alice KINNIAN, d’appliquer leur découverte à Charlie Gordon, un simple d’esprit. C’est bientôt l’extraordinaire éveil de l’intelligence pour le jeune homme. Il découvre un monde dont il avait toujours été exclu, et l’amour qui nait entre Alice et lui achève de le métamorphoser. Mais un jour, les facultés supérieures d’Algernon commencent à décliner…

(Juste, une petite note pour préciser que cette 4ème de couverture est inexacte : Alice Kinnian est institutrice, le psychologue se nomme Burt)

Une phrase : «Ce qui est étrange dans l’acquisition du savoir, c’est que, plus j’avance, plus je me rends compte que je ne savais même pas que ce que je ne savais pas existait.»

Voilà un petit moment que j’avais envie de lire ce livre. Déjà car c’est un classique de « science fiction » et ensuite parce que la 4ème de couverture m’inspirait bien ! Et j’ai adoré ce bouquin ! Je l’ai même dévoré ! Il faut dire qu’il se lit très facilement. Enfin, facilement, pas tellement pour les premières pages, puisqu’il s’agit du récit de l’aventure telle que Charlie l’a vécu, et celui-ci écrit tout d’abord comme il parle ! Pas toujours évident de lire un récit avec autant de fautes ! Cela mis à part, les successifs comptes-rendus se lisent d’une traite. Et on assiste jour après jour à la transformation saisissante de Charlie, sans que celui-ci n’en ait tout d’abord conscience. Ce beau récit pose différentes questions d’ordre éthique, moral et philosophique : Peut-on utiliser un homme comme cobaye ? Peut-on infliger une telle expérience à un homme n’en comprenant pas bien les aboutissements ? Le bonheur croît-il avec la connaissance ? Comment les hommes acceptent-ils la différence ? Les expériences sur les animaux sont-elles acceptables ? etc… Ce qui m’a plu également, c’est que l’histoire de ce livre qui passait pour de la pure science fiction dans les années 60, pourrait quasiment être réalisable, réel, aujourd’hui.

Bref, c’est vraiment un livre très intéressant, et bien que l’on sache dès le début comment l’histoire va se terminer, on prend plaisir à découvrir page après page l’inéluctable destin de Charlie, et l’on est ému au final.

Voir les commentaires

2013-09-03T11:30:07+02:00

Sashenka de Simon MONTEFIORE

Publié par 1000N1

 

4ème de couverture : Des dernières heures de l’empire des Romanov à la Russie post-perestroïka des années quatre-vingt-dix en passant pas la terreur stalinienne, la destinée bouleversante d’une héroïne inoubliable. Dans la lignée du Docteur Jivago, une fresque éblouissante, par l’un des plus grands historiens de la Russie.

Saint-Petersbourg, hiver 1916. Devant l’institut Smolny pour jeunes filles, Sashenka Zeitlin, jeune bourgeoise de dix-sept ans, est arrêtée. Dans une Russie tsariste au bord du gouffre, alors que sa mère continue de s’enivrer des fêtes avec Raspoutine et sa clique, Sashenka, elle, a choisi son camp. Celui de la révolution….

Quelque vingt ans plu tard, Sashenka incarne la femme soviétique modèle. Epouse d’un haut cadre du parti, mère comblée de deux enfants, elle va pourtant s’abandonner à une passion torride pour un séduisant écrivain dont les idées vont se révéler dangereusement compromettantes. Jusqu’à mettre en péril la vie de ceux qu’elle aime… et la sienne.

Pendant plus de cinquante ans, son histoire demeurera cachée. Jusqu’à ce qu’une jeune historienne plonge dans les archives du KGB et dévoile le destin d’une femme face à un choix impossible…

 

 

 

Une phrase : «Sashenka et Vania formaient une équipe typiquement soviétique : ils partageaient les tâches autant que possible, travaillaient tous deux sans relâche et, fait rare, se montraient l’un e t l’autre très attachés à leurs enfants.»

 

 

Encore un livre pioché sur le blog de ma sœur, et que j’ai finalement apprécié. Je dis finalement, car ça n’a pas été le cas tout le long de ma lecture. J’ai même failli m’arrêter en plein milieu. Je trouvais l’héroïne trop artificielle, pas assez proche de la réalité, une sorte de personnage improbable. Mais j’ai bien fait de persévérer, car j’ai beaucoup aimé la dernière partie du roman. J’ai lu les 150 dernières pages d’une traite ! Avec le recul, je peux dire que c’est une belle histoire, mais avec un tempo un peu bancal. J’ai trouvé par moment que ça trainait, qu’il ne se passait rien, qu’il n’y avait aucune intrigue et que ça manquait de rebondissements. Heureusement, la troisième partie du roman offre un peu plus de suspens. Au final, je suis contente d’avoir lu ce livre en entier, et je reste sur une impression positive, que je n’aurais pas eu si j’avais stoppé ma lecture !

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog