Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2013-05-10T12:11:47+02:00

La guerre des duchesses tome 2 Princesse des Vandales de Juliette BENZONI

Publié par 1000N1

4ème  de couverture: «Après avoir découvert son château pillé et dévasté par les troupes du Grand Condé, qu’elle aime depuis l’enfance, Isabelle, duchesse de Châtillon, est déterminée à obtenir réparation mais ne résistera pas longtemps à l’amour qu’elle lui voue. Ce pourrait être le bonheur. Ce sera la fin d’une paix relative pour Isabelle.

La Fronde du Parlement et des Parisiens se termine, celle des Princes commence. Moins pour chasser Mazarin que pour s’emparer du pouvoir, avant que le jeune Louis XIV ne l’assume. Un incessant et épuisant combat débute alors pour Isabelle, et elle ira jusqu’à jouer sa vie pour empêcher le héros de Rocroi de passer à l’ennemi et de retourner ses armes contre la France, entraînant avec lui son jeune frère François, qu’elle aime infiniment.

Quand cette dure bataille s’achève, Isabelle, adorée des uns, détestée des autres, n’en aura pas fini avec l’aventure menée au galop de ses chevaux. Ils la mèneront très loin, très haut sans qu’elle abandonne jamais l’amour de son enfance… »

 

 

Une phrase : «Se retrouver coupable de trahison après avoir tant œuvré pour ramener Condé dans le droit chemin ulcéra Isabelle… Alors qu’elle s’était dépensée sans compter pour sauver son amant de lui-même, atterrir dans le même panier qu’une Longueville qui, depuis des années, ouvrait largement à l’Espagne l’estuaire de la Gironde, lui était intolérable.»

 

 

2ème et dernier tome de la série, ce livre m’a tout autant plu que le 1er. Mêmes constats donc que pour La fille du condamné, si ce n’est un peu de déception que Juliette Benzoni survole aussi rapidement quelques évènements ainsi que les dernières années de son héroïne. Cela est sûrement dû au fait qu’elle raconte une histoire réelle, sorte de biographie, basée sur des documents d’époque, et qu’en l’absence de documents, difficile de raconter ce que la Duchesse de Chatillon a pu vivre, et comment elle l’a vécu. C’est un peu dommage, mais je pense que c’est le risque lorsqu’on choisit d’écrire sur un personnage ayant réellement existé… Du coup, par moments, Benzoni relate plus l’Histoire de France que celle de son héroïne, même si, bien entendu, les deux sont liées. Quoiqu’il en soit, j’ai pris tout autant de plaisir à lire ce deuxième tome !

Voir les commentaires

2013-04-25T14:05:48+02:00

La guerre des duchesses tome 1 La fille du condamné de Juliette BENZONI

Publié par 1000N1

4ème  de couverture: «le 21 juin 1627, François de Montmorency-Bouteville est décapité en place de Grève. Il laisse une jeune épouse de vingt ans, deux petites filles et un garçon à naitre

La famille aurait sombré dans la misère si la princesse Charlotte de Condé, leur cousine, ne se chargeait d’élever les enfants selon leur rang. Isabelle, la cadette des filles, va s’éprendre très tôt du duc d’Enghien, futur Grand Condé. Il a six ans de plus qu’elle et la dédaigne jusqu’à ce qu’elle devienne une ravissante jeune femme, ce qui n’est pas pour plaire à anne-Geneviève, future duchesse de Longueville, très belle et très adulée mais qu’un sentiment trouble unit à son frère Enghien. Elle ne tolère pas qu’il aime ailleurs et se comporte en conséquence…

La geurre lavrée qui durant des années va opposer Isabelle, devenue duchesse de Chatillon, à Mme de Longueville prendra une nouvelle dimension avec le Fronde, cette longue révolte où l’ami d’hier devient l’ennemi de demain…»

 

 

Une phrase : «La tendre complicité qui unit alors Enghien à sa trop séduisante sœur suscita chez la petite Bouteville une jalousie d’autant plus amère que la belle Anne l’avait percée à jour et le lui avait fait savoir en se moquant. Ce qu’Isabelle ne lui pardonnât pas»

 

Ah, quel plaisir de renouer avec Juliette Benzoni ! J’adore ces romans, et celui-ci ne fait pas exception. C’est très bien écrit, et l’auteur parvient à rendre vraiment passionnante l’Histoire de France, à travers la vie d’une héroïne hors paire, qui a réellement existée. Bref une sorte de biographie, mais plus romanesque, où l’on s’attache vraiment aux personnages. De plus, il n’est pas toujours évident de se repérer dans cette période peu connue de l’Histoire, surtout au milieu de tous ces ducs, duchesses, comtes et princes, qui changent de noms au gré des mariages, des héritages ou des anoblissements ! Mais Juliette Benzoni ne nous perd pas en route, elle met un point d’honneur a toujours être claire, ce qui rend ce livre agréable à lire. Elle parvient également à ménager le suspens et à nous tenir en haleine, dans une histoire où il serait si simple de découvrir le dénouement, en consultant une encyclopédie ! Mais Juliette Benzoni à l’art de magnifiquement raconter ces destins hors du commun. Elle est vraiment « la reine du roman historique français » !

Ce premier tome m’a tellement plu, que je l’ai dévoré, et à peine terminé j’ai couru acheter le tome 2, que je commence aujourd’hui ! (et encore merci pour le 1er tome maman !)

Voir les commentaires

2013-04-21T20:32:59+02:00

L’Anneau d’Atlantide de Juliette BENZONI

Publié par 1000N1

4ème  de couverture: «Venise, sous la lune. A deux pas du  Grand Canal, un vieillard agonise sous les coups. Aldo Morosini, prince et antiquaire, n’aura que le temps de recueillir ses dernières paroles. Et l’anneau mystérieux qu’il cachait dans sa chaussure… L’Egypte, l’Atlantide, le Reine inconnue… Le message était bref, mais alléchant. Aussi, lorsqu’une ex-femme du roi Fouad le convie au Caire, Morosini se lance dans une effervescente chasse au trésor. A ses risques et périls….»

 

 

Une phrase : «Evidemment, il avait trop d’honnêteté pour ne pas savoir qu’il le rendrait sans hésiter s’il retrouvait son légitime propriétaire mais, en attendant, il se considérait comme l’héritier de l’homme auquel il avait tenté de porter secours… »

 

 

Errant d’un livre à l’autre dans la médiathèque, je me retrouve dans le rayon des B, et devant quelques romans de Juliette Benzoni, et là je me dis « eh ouais, ça fait longtemps que je n’ai pas lu un livre de Benzoni ». Il faut dire qu’à l’adolescence j’en ai lu des dizaines, avec toujours autant de plaisir et une telle frénésie, que je n’ai pas hésité longtemps avant de sélectionner un roman de cet auteur. Mon choix s’est porté sur ce roman précisément, tout d’abord parce que le titre et la 4ème de couverture m’attirairent, mais aussi parce que je ne voulais pas renouer avec cet auteur par une saga, mais déjà par un roman.

Tout d’abord, j’ai eu un peu de mal à rentrer dans ce roman. Je connaissais bien le héros, puisque j’avais déjà lu plusieurs romans dans lesquels il était le personnage principal. Là, j’ai eu du mal à accrocher dans les premiers chapitres, peut être parce que l’intrigue se met en place tout doucement, l’auteur prenant le soin de repositionner tous les personnages. Mais ensuite, j’ai retrouvé le style et la magie de l’aventure. Benzoni sait manier les mots et amener son histoire comme personne. D’un rebondissement à l’autre, on ignore où elle va nous emmener, si ce n’est que l’histoire ne devrait pas trop mal finir pour ce héros, qui se tire toujours des plus mauvais pas. C’est bien écrit, et on sent une vraie recherche historique, un souci du détail.

Un bon roman, très intéressant, même si ce n’est pas un de mes préférés de cet auteur.

Ce livre m’a donné envie de lire rapidement un autre Benzoni, et comme il n’y a pas de hasard, j’ai reçu aujourd’hui le 1er tome d’une nouvelle saga. Parfait !

Voir les commentaires

2013-04-11T17:40:17+02:00

L’ardoise magique de Valérie TONG CUONG

Publié par 1000N1

4ème  de couverture: «Assises sur la rambarde du pont, Alice et Mina semblent bien décidées à en finir. Pourtant, rien ne se passe comme prévu.»

 

 

Une phrase : «Ce qui ne va pas, c’est que depuis le crissement des roues sur le fer, je nage dans le noir, dans l’eau usée, dans un air recyclé, je ne veux aller ni vers l’avant ni vers l’arrière, je suis coincée, scotchée, clouée dans le présent comme un papillon sur la planche d’un collectionneur. »

 

 

 

Voilà un petit livre que j’avais acheté histoire de passer le temps entre deux RDV. Et alors ? Mission plus qu’accomplie. Non seulement le temps a passé, mais je ne l’ai pas vu passer tellement ce petit bouquin m’a tenue en sursis jusqu’à la fin. L’histoire est toute simple, mais jolie et bien écrite. L’auteur nous emmène avec elle, on la suit sans trop savoir vers quoi, sans voir où elle veut en venir jusqu’au tout dernier instant, et là, surprise, ce à quoi on (je en tout cas !) ne s’attend pas. Même le titre ne dévoile son sens qu’aux tous derniers chapitres.

J’ai trouvé ce roman plutôt bien écrit, avec un rythme soutenu et entretenu par de petits chapitres et quelques flash-back. Chaque page lue donne envie, et rend nécessaire, la lecture de la page suivante. Les personnages sont attachants et semblent bien réels, Valérie Tong Cuong a saisi la psychologie des ados.

Bref, j’ai passé un bon moment, bien meilleur que celui auquel je m’attendais et ce livre m’a donné envie de découvrir d’autres romans de cet auteur

Voir les commentaires

2013-04-09T12:13:52+02:00

L’Olympe des Infortunes de Yasmina KHADRA

Publié par 1000N1

4ème de couverture: « L’Olympe des infortunes est un terrain vague coincé entre une décharge publique et la mer, où se décomposent au soleil des dieux déchus. Il y a Ach le Borgne, qui sait mieux que personne magnifier les clochards ; junior le Simplet ; Mama la Fantomatique ; le Pacha et sa cour de soulards, et bien d’autres personnages encore, aussi obscurs qu’attachants. C’est un pays de mirages et de grande solitude où toutes les hontes sont bues comme sont tus les plus terribles secrets.

A travers ce voyage philosophique, Yasmina Khadra nous propose une escale dans l’univers des paumés ; un univers fait de tendresse et de cocasseries, de rêves invraisemblables et de possessions abusives où surgissent, parfois, de cuisantes questions sur le Mensonge et la Culpabilité. »

Une phrase : «La vraie liberté est ne rien devoir à personne, et la vraie richesse, ne rien attendre des autres. »

Un nouveau roman de Yasmina Khadra, que j’ai d’abord choisi, il faut bien le dire, pour cette raison. Je cherchais un livre de cet auteur puisque j’avais beaucoup aimé les deux que j’avais lu précédemment : l’Attentat et Ce que le jour doit à la nuit. Si j’ai choisi l’Olympe des Infortunes, c’est parce qu’il m’annonçait une histoire totalement différente de celle des autres romans de Khadra. Et en effet, ce livre est bien différent. D’abord, il est assez court, et le style même est un peu dissemblable. Si on retrouve les sujets de prédilection de Khadra : le sens de la vie, la religion, l’amour et les relations souvent complexes et compliqués entre les êtres humains, l’histoire et la manière dont elle est racontée sont singulières. Ce livre m’a fait pensée à un conte dans la veine de Eric-Emmanuel SCHIMTT, avec ses personnages étranges, atypiques mais qui nous renvoient à nous-mêmes, à nos questions et à nos a priori sur le sens de la vie et le bonheur. Dans ce roman, pas de grande histoire, de récit épique mais plutôt les aventures et turpitudes de quelques personnages déboussolés, des moments de vie, insufflés d’une morale sur ce la liberté, la sienne et celle qu’on laisse aux gens qu’on aime.

Un bon livre, mais pas parmi mes préférés de Yasmina Khadra.

Voir les commentaires

2013-04-09T11:41:34+02:00

Klimt

Publié par 1000N1

Tout le monde connait Klimt et son sublime tableau "Le Baiser". Le tableau dont je vous met une image ci-dessous est moins connu. Pour ma part, je l'ai découvert il y a quelques semaines, dans un magazine. J'ai trouvé ce tableau tellement magnifique, qu'en retombant dessus ce matin, je me suis dis qu'il fallait partager cette beauté. Le tableau s'intitule "Mère à l'enfant"
Prenez en plein les yeux!

 

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog