Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

mes lectures

2021-05-04T15:18:42+02:00

Comme un empire dans un empire de Alice ZENITER

Publié par 1000N1

4ème de couverture: Il s'appelle Antoine. Elle se fait appeler L. Il est assistant parlementaire, elle est hackeuse. Ils ont tous les deux choisi de consacrer leur vie à un engagement politique, officiellement ou clandestinement.
Le roman commence à l’hiver 2019. Antoine ne sait que faire de la défiance et même de la haine qu’il constate à l’égard des politiciens de métier et qui commence à déteindre sur lui. Dans ce climat tendu, il s’échappe en rêvant d’écrire un roman sur la guerre d’Espagne. L vient d’assister à l’arrestation de son compagnon, accusé d’avoir piraté une société de surveillance, et elle se sait observée, peut-être même menacée. Antoine et L vont se rencontrer autour d’une question : comment continuer le combat quand l’ennemi semble trop grand pour être défait ?
Dans ce grand roman de l’engagement, Alice Zeniter met en scène une génération face à un monde violent et essoufflé, une génération qui cherche, avec de modestes moyens mais une contagieuse obstination, à en redessiner les contours. L’auteure s’empare audacieusement de nos existences ultracontemporaines qu’elle transfigure en autant de romans sur ce que signifie, aujourd’hui, faire de la politique.

 

Quelques phrases : "Les candidats étaient amenés à supplier en chansons des individus riches et célèbres afin que ceux-ci leur accordent la possibilité de revenir la semaine suivante (pour supplier de nouveau), et ces mêmes individus riches et célèbres soufflaient que c'était trop dur, vraiment trop dur, ce qu'on leur demandait de faire (choisir, éliminer) alors qu'ils aimaient sincèrement out le monde, étaient bouleversés par chaque interprétation. [...]
Le fait qu'une large partie de la population, dont ses parents, assistait hebdomadairement à ce type de programmes fournissait à Antoine une (vague) explication de la passivité dont faisaient preuve la plupart des Français devant la casse sociale à l'oeuvre dans le pays. Après tout, c'était le même show : un patron millionnaire ou un ministre à la retraite assurée venait déclarer à la télévision que c'était dur pour lui, cette fermeture d'usine, vraiment dur, quelle vacherie, la réalité économique se fout des sentiments, elle les piétine, pourtant j'aurais voulu... En face, les travailleurs s'humiliaient -du moins financièrement, mais est-ce que l'humiliation financière n'est pas la plus réelle de toutes? se demandait Antoine. Ou est-ce que celle qui a lieu en chansons est pire encore? -pour pouvoir travailler quelques mois de plus. Le député avait été spécialiste de ça, au temps du gouvernement précédent. Sur les plateaux de télévision, on le voyait à la place des ouvriers expliquer que ses collègues et lui faisaient tout leur possible pour trouver un repreneur, ils passaient des appels jusque dans des pays éloignés, ils étudiaient les dossiers pour être sûrs du sérieux des offres et merde, le type était à deux doigts de dire qu'il n'en dormait plus ou de fondre en larmes et Antoine était sûr qu'il contribuait ainsi à étouffer la révolte sociale parce que, lorsque le JT se terminait, les téléspectateurs s'identifiaient plus à lui qu'aux ouvriers au chômage technique que personne ne filmait dignes et émus mais toujours en colère, la voix éraillée, gueulant qu'ils étaient à bout, qu'ils allaient faire une connerie ."


 

J'avais entendu l'auteur parler de son roman à la radio et je m'étais dit que ce livre devait être sympa. Quand j'ai vu qu'il était disponible à la médiathèque, je l'ai pris sans hésiter.


Je ne vais pas dire que j'ai été super emballée à sa lecture. J'ai même eu un peu de mal à entrer dans l'histoire. En fait, jusqu'à ce que les chemins d'Antoine et de L se croisent, je ne parvenais pas à vraiment m'intéresser à ce qui était raconté. Je ne voyais pas bien où la vie de ces deux personnes allait nous mener. Et puis peut-être parce qu'il y était question d'évènements extrêmement récents - et qui en même temps ont été complétement balayés ces derniers mois par le covid, le confinement, et le grand chamboulement qui en a résulté – je ne parvenais pas à m'intéresser à ce qui était présenté comme un grand mouvement qui allait changer la société "les gilets jaunes". Remarquez, peut-être aurais-je le même sentiment dans ans quand je lirai un livre se déroulant durant le coronavirus, et je me dirais que cette période n'avait rien de si exceptionnelle!


 

Bref, j'ai un peu lutté pour poursuivre ma lecture. Je trouvais que les deux héros étaient désabusés, et portaient un regard plutôt négatif sur la société, alors que j'avais envie d'un peu d'ondes positives. Sûrement pas le bon livre au bon moment pour moi.

Une fois que j'ai dépassé tous ces ressentis et que j'ai poursuivi ma lecture, après quelques chapitres quand l'intrigue s'est mise en place, j'ai pris plus de plaisir à lire.


Je pense au final que c'est un bon livre. Il est très bien écrit et on sent que l'auteur maitrise son sujet, surtout au niveau de la sphère informatique. Mais un peu trop terre à terre sûrement pour moi. Un peu l'impression de regarder le JT ou la vie de mon voisin. Pas hyper passionnant ni dépaysant.

Ce qui tombe bien c'est que j'ai commencé un nouveau roman qui lui n'a rien de terre à terre! Vous découvrirez cela dans un autre post!

Voir les commentaires

2021-03-26T17:51:54+01:00

La passe-miroir livre 4 La tempête des échos de Christelle DABOS

Publié par 1000N1

4ème de couverture: Les effondrements se multiplient, de plus en plus impressionnants : Babel, le Pôle, Anima, aucune arche n'est épargnée. Pour éviter l'anéantissement total il faut trouver le responsable. Trouver l'Autre. Mais comment faire sans même savoir à quoi il ressemble? Plus unis que jamais, Ophélie et Thorn s'engagent sur des chemins inconnus où les échos du passé et du présent les mèneront vers la clé de toutes les énigmes.

 

 

Quelques phrases : "La curiosité vous ronge de l'intérieur, n'est-ce pas? Vous avez cela en commun avec tous les candidats. C'est cette curiosité qui a fait de vous une liseuse si douée, qui vous a placé au musée d'Histoire primitive d'Anima, qui vous a guidé jusqu'au Mémorial de Babel et qui a fini par vous mener dans cette crypte. Tant que vous ne connaitrez pas l'entière vérité, vous ne vous sentirez jamais entière vous-même. Ce train conduit à toutes vos réponses."


 

Que puis-je vous dire sur ce livre? Si vous avez déjà lu les 3 premiers tomes, vous êtes sûrement impatients de lire ce quatrième et dernier tome. Si vous n'avez pas lu les 3 premiers livres, alors je ne vais pas dévoiler l'histoire et foncez lire le tome 1!

Je suis tombée par hasard sur ce livre lors de mon dernier passage à la médiatheque, en accompagnant ma grande dans le rayon enfant. Cette jolie couverture m'a sautée aux yeux et je me suis rendue compte que je n'avais effectivement pas lu ce dernier tome! Comme la lecture du tome 3 remontait un peu, je suis repartie avec les 2 livres sous le bras. Et une semaine plus tard, je refermais le tome 4. Vous avez compris: j'ai adoré!!!

Cette saga est tout simplement géniale, si bien écrite, pleine de rebondissements, des intrigues bien menées, des personnages si attachants. C'est simple je n'ai aucun point négatif! Bon il est vrai que le tome 4 est plus sombre, plus dur, et un peu plus flippant aussi. Et il demande plus d'attention pour vraiment bien comprendre les secrets qui nous sont dévoilés et qui sont parfois assez complexes. Faut dire que j'ai lu ce roman si vite que je me laissais peu le temps de digérer une information avant qu'une nouvelle piste ne soit dévoilée!

Bref, je n'en dirai pas plus, et surtout pas un mot de l'intrigue! Lisez le!!!!


 

(et je me suis rendue compte que j'avais oublié que la soeur d'Ophélie s'appelle.... Agathe!)

Voir les commentaires

2021-03-16T16:04:11+01:00

En voiture Simone! de Aurélie VALOGNES

Publié par 1000N1

4ème de couverture: Pour une comédie familiale irrésistible, il vous faut: un père, despotique et egocentrique, Jacques, une mère, en rébellion après quarante ans de mariage Martine. Leurs fils, Matthieu, éternel adolescent mais bientôt papa de trois enfants; Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps; Alexandre, rêveur mou du genou. Et.... trois belles-filles délicieusement insupportables! Stéphanie, mère poule angoissée; Laura, végétarienne angoissante; Jeanne, nouvelle pièce rapportée, féministe et déboussolée, dont l'arrivée va déstabiliser l'équilibre de la tribu.

Mettez tout le monde dans une grande maison en Bretagne. Ajoutez-y Antoinette, une grand-mère d'une sagesse à faire pâlir le dalaï-lama, et un chien qui s'incruste. Mélangez, laissez mijoter...et savourez!

 

Quelques phrases : "la seule note positive était Martine. Depuis son retour de vacances de février, elle ne lui adressait quasiment plus la parole, mais elle peignait à nouveau et allait voir des expositions toute seule, sans chercher à lui imposer cette torture. Si elle ne dinait presque plus à la maison – et ne pensait d'ailleurs pas non plus à remplir le frigo – au moins elle ne lui faisait plus aucun reproche. Et il n'y avait plus de disputes!"


 

Un petit roman qui a des airs de vaudeville où l'humour et les bons sentiments sont bien présents. Les petits chapitres s'enchainent et se lisent à une vitesse folle, tellement on se sent bien parmi cette famille déjantée. L'intrigue est fort bien menée, rythmée et avec des rebondissements inattendus. Bref, un petit bouquin agréable à lire, parfait pour une soirée d'insomnie ou pour bouquiner sur la plage. On se change les idées et on fait le plein de bonne humeur!

Voir les commentaires

2021-03-11T15:25:04+01:00

J'ai failli te manquer de Lorraine FOUCHET

Publié par 1000N1

Les thèmes du challenge familial de 2021:

- un livre dans lequel il est question d'une relation mère / enfant

- un livre dont le titre contient un nom propre

 - un livre écrit par un auteur ayant le même prénom qu'un membre de notre famille

- un livre publié l'année de mes 20 ans

- un roman dont l'intrigue se déroule sur plusieurs années, voire plusieurs générations

- un documentaire

un livre dont le héros est un enfant

- un livre se déroulant dans un pays que je rêve de visiter

4ème de couverture: Lise et Cerise n'ont rien en commun que la rime. D'ailleurs, c'est simple, Lise voulait un garçon A la mort d'Axel, mari et père adoré, les deux femmes se retrouvent en tête à tête, et se repoussent comme des aimants réfractaires. Mais une inconnue s'invite dans l'équation. Elle efface tout, même les ressentiments, et apporte d'inespérées retrouvailles. Car il n'est jamais trop tard pour s'aimer...

Dans la famille Venoge, on se déchire avec panache. Pourtant, la tendresse est bien là, en embuscade, et lorsqu'elle s'engouffre enfin dans la brèche, elle transforme les années perdues en heures gagnées. Lorraine Fouchet nous l'affirme, le bonheur est réservé à tout le monde.

 

Quelques phrases : "Je voudrais être cette femme qui descend juste avant moi : son fils la déleste de sa valise, ses petits-enfants l'embrassent, ils sont tous plein d'égards. J'aperçois Cerise qui s'avance avec sa satanée bestiole, je ne me souviens jamais de son nom, quelque chose comme Loustic. Je luid écoche mon plus beau sourire."


 

Il me fallait un livre sur la relation mère/enfant pour le challenge. Je pensais lire un roman avec une mère adulte et un enfant petit, qui raconterait une jolie relation. Et puis je suis tombée sur ce livre à la médiathèque. Tchao la relation mère/enfant idyllique. Mais ce roman avait l'air original, et surtout j'aimais beaucoup le titre, qui pouvait avoir plusieurs sens.

On suit donc la dyade conflictuelle Lise/Cerise, dans laquelle le père Axel tente de maintenir un lien apaisé. A son décès, la relation mère/fille se complique encore. Le roman est construit en courts chapitres, où s'alternent les voix de Cerise, de Lise, et parfois d'Axel depuis l'au-delà. Difficile pour le lecteur de ne pas prendre partie pour Cerise, d'autant plus que Lise est franchement antipathique. Cela change un peu au fil du roman, lorsqu'on apprend le passé de Lise, qui peut expliquer son détachement et sa dureté envers sa fille. Mais il est vrai que c'est Cerise qui évolue le plus, personnellement et dans sa relation avec sa mère, qu'elle apprend à accepter, à connaitre, et à aimer.

Difficile d'en dire plus sans tout dévoiler. D'ailleurs j'ai trouvé le roman bien mené et je n'avais pas vu venir le rebondissement de milieu / fin de roman.

Une lecture bien sympa donc, et plus légère que les dernières ;-)

Voir les commentaires

2021-02-23T19:10:16+01:00

Un goût de cannelle et d'espoir de Sarah MC COY

Publié par 1000N1

Les thèmes du challenge familial de 2021:

- un livre dans lequel il est question d'une relation mère / enfant

- un livre dont le titre contient un nom propre

 - un livre écrit par un auteur ayant le même prénom qu'un membre de notre famille

- un livre publié l'année de mes 20 ans

- un roman dont l'intrigue se déroule sur plusieurs années, voire plusieurs générations

- un documentaire

un livre dont le héros est un enfant

- un livre se déroulant dans un pays que je rêve de visiter

4ème de couverture: Allemagne, 1944. Malgré les restrictions, les pâtisseries fument à la boulangerie Schmidt. Entre ses parents, sa sœur volontaire au Lebensborn et son prétendant haut placé dans l'armée nazie, la jeune Elsie, 16 ans, vit de cannelle et d'insouciance. Jusqu'à cette nuit de Noël, où vient toquer à sa porte un petit garçon juif échappé des camps...

Soixante ans plus tard, au Texas, la journaliste Reba Adams passe devant la vitrine d'une pâtisserie allemande, celle d'Elsie... Et le reportage qu'elle prépare n'est rien en comparaison de la leçon de vie qu'elle s'apprête à recevoir.

 

Quelques phrases : "Nous nous racontons tous des mensonges, sur nous-mêmes, notre passé, notre présent. Nous imaginons que certains sont minuscules, insignifiants et d'autres énormes, compromettants, alors qu'ils reviennent tous au même. Seul dieu en sait assez pour pouvoir juger nos âmes."


 

Voilà un roman que j'ai sélectionné pour le prénom de son auteure! J'avoue c'est un peu la facilité, des auteurs s'appelant Sarah il y en a pas mal!

Sinon, il est vrai aussi que la 4ème de couverture m'attirait bien. J'aime les romans qui se passent durant la seconde guerre mondiale, et cela faisait longtemps que je n'en avais pas lu. Et là, on me proposait le point de vue d'une famille allemande, ce qui était aussi très original.

En fait, on suit en parallèle la vie d'Elsie et de ses proches durant la guerre, et celle de Reba au XXIeme siècle. Il y est question d'amours contrariés et compliqués, de guerres, de migrations, de familles brisées. On se rend compte que chaque époque à ses problèmes, mais que souvent l'histoire se répète, la petite comme la grande.

J'ai bien aimé ce roman, que j'ai lu assez rapidement, voulant connaitre le dénouement pour chacun des personnages, même s'il est vrai que pour moi l'intrigue principale était celle d'Elsie. Les problèmes professionnels et sentimentaux de Reba m'ont nettement moins passionnés, et parfois j'ai trouvé ces chapitres un peu longs, surtout vers la fin.

Les personnages sont assez bien construits, et on s'attache à eux. Par contre, j'ai eu plus de difficultés à adhérer à leur attachement à eux entre eux. Je trouvais cette sympathie de la boulangère pour la journaliste, et cette amitié presque du jour au lendemain, peu réalistes. Je pense que l'auteur aurait dû creuser cette question, s'attarder un peu plus à la construction de cette relation afin de la rendre plausible et crédible.

A part ces quelques petites remarques, je ne regrette pas mon choix. J'ai passé un excellent moment (de bonnes nuits oui, oui!) à lire ce roman.


 

Voir les commentaires

2021-01-29T12:13:16+01:00

Petit Pays de Gaël FAYE

Publié par 1000N1

Une nouvelle année, un nouveau challenge! (oui, oui, je sais il me reste 1 thème du challenge 2020)

 

Les thèmes du challenge familial de 2021:

- un livre dans lequel il est question d'une relation mère / enfant

- un livre dont le titre contient un nom propre

- un livre écrit par un auteur ayant le même prénom qu'un membre de notre famille

- un livre publié l'année de mes 20 ans

- un roman dont l'intrigue se déroule sur plusieurs années, voire plusieurs générations

- un documentaire

- un livre dont le héros est un enfant

- un livre se déroulant dans un pays que je rêve de visiter

4ème de couverture: Avant, Gabriel faisait les quatre cents coups avec ses copains dans leur coin de paradis. Et puis l'harmonie familiale s'est disloquée en même temps que son «  petit pays  », le Burundi, ce bout d'Afrique centrale brutalement malmené par l'Histoire.
Plus tard, Gabriel fait revivre un monde à jamais perdu. Les battements de cœur et les souffles coupés, les pensées profondes et les rires déployés, le parfum de citronnelle, les termites les jours d'orage, les jacarandas en fleur... L'enfance, son infinie douceur, ses douleurs qui ne nous quittent jamais.

 

Quelques phrases : "Je pensais être exilé de mon pays. En revenant sur les traces de mon passé, j'ai compris que je l'étais de mon enfance. Ce qui me paraît bien plus cruel encore. "


 

Depuis sa sortie et tous le bien que j'avais entendu dire de ce roman, j'avais très envie de le lire. J'étais ravie de tomber dessus à la médiathèque, même si je savais que je me lançais dans une histoire difficile.

Cette fois, je ne peux pas me plaindre que mon livre des nuits d'allaitement n'est pas très gai. Je l'ai choisi seule et en connaissance de cause, je ne peux m'en prendre qu'à moi-même.

Mais bon, tout comme le roman précédent, celui-ci est tellement passionnant, si bien écrit, qu'on le lit presque d'une traite! Durant toute la première partie, on découvre Gaby, sa famille, ses amis et son pays. On sait que l'effroyable guette, mais avant d'en arriver là, l'auteur veut nous immerger dans son quotidien. Déjà nous apprenons à connaitre sa vie ordinaire, sa vie quotidienne dans ce petit pays que nous connaissons si mal (on parle souvent de la guerre au Rwanda, mais peu de ce qui s'est passé dans le pays voisin le Burundi). Ces chapitres sentent l'enfance qui s'éloigne, les derniers temps du bonheur et de l'insouciance. On sent déjà les premières menaces planer, avec le racisme et la misère. Puis, au fil du roman, la guerre se rapproche, et enfin éclate et anéanti tout sur son passage, également la vie de notre petit héros.

 

Je n'en dirai pas plus, puisque de toute manière vous avez forcément entendu parler de ce roman, et sinon vous trouverez des centaines de critiques à son sujet.

Juste dire que j'ai adoré ce livre et que si vous ne l'avez pas déjà lu, faites-le. Maintenant il le reste à regarder le film!

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog