Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

mes lectures

2020-04-15T22:08:18+02:00

Ne t’inquiète pas pour moi d'Alice Kuipers

Publié par 1000N1

Challenge familial 2020:

- Lire le livre d'un auteur siégeant actuellement à l'académie française 'ou dont le fauteuil est encore vide suite à son décès)

- Lire le livre d'un auteur ayant obtenu le Prix Nobel de la Littérature

- Lire un livre avec la famille comme thème central

- Lire un auteur américain

- Lire un livre qui a été adapté sur petit ou grand écran

- Lire un livre dont le titre, ou la couverture comporte un animal

- Lire un livre avec un terme temporel dans le titre

- Lire un livre à l'aveugle : un livre choisi par une autre participante qui aura pris le soin de couvrir le livre (titre, auteur, couverture masqués, il ne reste que le texte !)

4ème de couverture: "Bonne chance pour ton contrôle aujourd'hui, ma chérie. Désolée de ne pas être là pour le petit déj". La cage de Jeannot a besoin d'être nettoyée.
A ce soir. Bises, Maman.

P-S : N'oublie pas ta clé!"

Une correspondance par post-it interposés sur le frigo entre une maman et sa fille. Lorsque la mère tombe malade, le temps presse mais l'espoir demeure. Un livre comme un trésor qui chuchote à l'oreille l'importance de ceux qu'on aime...

Un livre indispensable aux mères comme aux filles.

 

Quelques phrases : "MAMAN!

Je n'arrive pas à crorire que tu me trouves tellement égoïste! Je voulais juste aller acheter des fringues neuves. Ca ne veut pas dire que j'oublie que tu as des choses à faire, comme ton TRAVAIL et tes RENDEZ-VOUS CHEZ LE MEDECIN. Tu es TOTALEMENT injuste.

Claire"


 


 

Ok, ok, j'ai craqué! J'avais dit que j'attendrais la fin du confinement pour trouver de nouveaux livres à la médiathèque et que je n'en commanderai pas, mais là je commençais à trouver le temps long et finalement pas tellement envie de lire les essais, les documentaires et les récits voyages de mon cher-et-tendre... Alors oui, j'ai commandé 3 livres qui sont arrivés directs dans ma boite aux lettres (merci cher facteur!). Pour vous rassurer, je les ai achetés d'occasion et pas sur l'affreux amazon (j'espère que le site qui m'a vendu ces livres est bientraitant avec ses salariés...)

J'ai commencé par ce livre-ci, qui est un des deux livres sur le thème de la famille que j'avais commandé. Comme je prends peu le temps de lire en ce moment, je me suis dit "autant commencer mes lectures par le plus fin et celui qui se lira le plus vite" et effectivement en 2 jours il était lu. Ce n'est pas un exploit, puisque ses 242 pages ne comptent généralement que 4 ou 5 lignes!

Cependant, ce n'est pas la quantité qui fait la qualité, et il suffit parfois de peu de mots pour raconter toute une histoire. C'est le parti-pris de cette auteur. Et j'ai trouvé cette idée de post-it fabuleuse et originale. Il est vrai, que par moment, je trouvais que certains post-it sonnaient faux, et on avait l'impression que l'auteur inventait mille et une excuses pour que cette mère et cette fille ne se croisent jamais et n'échangent que par post-it. Mais dans la plupart des pages, l'auteur a su trouver le ton juste, pour faire s'exprimer mère et fille, chacune prise dans ses propres priorités, ses propres tourments. Parfois elles m'ont agacée, parfois elles m'ont fait sourire, parfois elles m'ont émue. En tous cas, elles nous entrainent dans leur histoire, dans laquelle tout n'est pas dit, mais que ces quelques bouts de papier sur un frigo laissent deviner et imaginer.

Bref, un bon petit roman, et "l'esprit familial" était bien présent.


 

Je lis maintenant un deuxième livre sur le même sujet, qui aurait pu tout à fait prendre la place de celui-ci dans le challenge si je l'avais lu en premier ;-) Je pense vous en dire bientôt plus!

Voir les commentaires

2020-03-21T18:34:45+01:00

89 mois de Caroline MICHEL

Publié par 1000N1

Challenge familial 2020:

- Lire le livre d'un auteur siégeant actuellement à l'académie française 'ou dont le fauteuil est encore vide suite à son décès)

- Lire le livre d'un auteur ayant obtenu le Prix Nobel de la Littérature

- Lire un livre avec la famille comme thème central

- Lire un auteur américain

- Lire un livre qui a été adapté sur petit ou grand écran

- Lire un livre dont le titre, ou la couverture comporte un animal

- Lire un livre avec un terme temporel dans le titre

- Lire un livre à l'aveugle : un livre choisi par une autre participante qui aura pris le soin de couvrir le livre (titre, auteur, couverture masqués, il ne reste que le texte !)

4ème de couverture: "J'ai trente-trois ans, ça y est. A quarante ans et des poussières, mon corps sera hors-jeu? Il me reste donc sept grosses années pour faire un enfant, soit quatre-vingt-neuf mois.

Un chiffre minuscule. A peine deux mille sept cent jours.

Que peut-on faire en deux mille sept cents jours?

Rien. J'en ai déjà mis cinq à construire trois meubles ikéa."

Jeanne, célibataire, contrôleuse de train sur la ligne paris-Auxerre, n'a qu'une obsession : devenir maman avant que le temps la rattrape. Elle a fait une croix sur le couple, il lui faut simplement un géniteur. Sa décision ne fait pas l'unanimité auprès de ses amis, et, même si parfois elle doute, elle est déterminée à surveillez son cycle, à provoquer les rencontres, à boire des potions magiques et à lever les jambes après chaque rapport, sait-on jamais.

Avec ce premier roman empreint d'humour et de tendresse, Caroline Michel offre un portrait de femme d'aujourd'hui jubilatoire et émouvant, tout en posant la question du choix personnel dans une société conventionnelle.

Une nouvelle voix de la littérature féminine, d'une spontanéité rafraichissante, avec laquelle il faudra désormais compter.

 

Quelques phrases : "La première fois, j'ai rêvé que la capote craque, j'ai rêvé à l'inverse de toutes les filles. La deuxième fois, j'ai été ravie qu'on s'en passe, comme si avoir déjà fait l'amour ensemble garantissait une certaine sécurité. J'ai conscience que tomber enceinte d'un inconnu, c'est prendre des risques. Que jouer avec la vie, c'est un peu jouer avec la mort."


 

Je l'avoue, je n'ai choisi ce livre, à la base, que pour son titre! Il me fallait un roman avec un aspect temporel dans le titre, et ma médiathèque ne regorgeait pas de livres répondant à ces critères (bon en fait ma nouvelle médiathèque ne regorge pas de livre tout court).

Et puis ce livre s'annonçait divertissant.

Bridget Jones cherchait désespérément un mec, Jeanne cherche désespérément un géniteur. A une dizaine d'années d'écart, les préoccupations ne sont plus les mêmes. Dans notre société, on peut se passer d'un mari mais pas de faire un enfant! Et quand l'horloge biologique avance, il faut trouver une solution. Jeanne n'ayant pas les moyens de financer une contraception in vitro à l'étranger, elle décide de se faire faire un enfant par un homme, sans le lui dire. Un peu tordu, et très risqué.

Comme chez Bridget, les amis autour ont tous un avis sur la question, et ne sont pas toujours soutenant. Après, je ne pousserai pas plus loin la comparaison car le style n'est pas le même et les héroïnes sont somme toute très différentes. Mais il est vrai que j'ai pensé à ce roman en débutant celui-ci.

Je n'en dis pas plus car toute l'intrigue tourne autour de cette question : le plan de Jeanne va-t-il fonctionner? Va-t-elle tomber enceinte? Va-t-elle être démasquée?

C'est un roman très bien écrit et bien construit et très agréable à lire. Pas du tout gnangnan. Et j'ai trouvé le style plutôt abouti pour un premier roman.

Effectivement, comme dit la 4ème de couverture, je pense que c'est une auteure à suivre.


 

Voir les commentaires

2020-03-21T14:40:51+01:00

La douleur de Marguerite DURAS

Publié par 1000N1

Challenge familial 2020:

- Lire le livre d'un auteur siégeant actuellement à l'académie française 'ou dont le fauteuil est encore vide suite à son décès)

- Lire le livre d'un auteur ayant obtenu le Prix Nobel de la Littérature

- Lire un livre avec la famille comme thème central

- Lire un auteur américain

- Lire un livre qui a été adapté sur petit ou grand écran

- Lire un livre dont le titre, ou la couverture comporte un animal

- Lire un livre avec un terme temporel dans le titre

- Lire un livre à l'aveugle : un livre choisi par une autre participante qui aura pris le soin de couvrir le livre (titre, auteur, couverture masqués, il ne reste que le texte !)

 

4ème de couverture: J'ai retrouvé ce Journal dans deux cahiers des armoires bleues de Neauphe-le-Château.

Je n'ai aucun souvenir de l'avoir écrit.

Je sais que je l'ai fait, que c'est moi qui l'ai écrit, je reconnais mon écriture et le détail de ce que je raconte, je revoir l'endroit, la gare d'Orsay, les trajets, mais je ne me vois pas écrivant ce Journal. Quand l'aurais-je écrit, en quelle année, à quelles heures du jour, dans quelle maison? Je ne sais plus rien.

Ce qui est sûr, évident, c'est que ce texte-là, il ne me semble pas pensable de l'avoir écrit pendant l'attente de Robert L.

Comment ai-je pu écrire cette chose que je ne sais pas encore nommer et qui m'épouvante quand je la relis. Comment ai-je pu de même abandonner ce texte pendant des années dans cette maison de campagne régulièrement inondée en hiver.

La douleur est une des choses les plus importantes de ma vie. Le mot "écrit ne conviendrait pas. Je me suis trouvée devant des pages pleines d'une écriture extraordinairement régulière et calme. Je me suis trouvée devant un désordre phénoménal de la pensée et du sentiment auquel je n'ai pas osé toucher et au regard de quoi la littérature m'a fait honte.

 

Une phrase : "Il faut que je fasse attention : ça ne serait pas extraordinaire s'il revenait. Ce serait normal. Il faut prendre bien garde de ne pas en faire un événement qui relève de l'extraordinaire. L'extraordinaire est inattendu. Il faut que je sois raisonnable : j'attends Robert L. qui doit revenir."


 

A défaut de trouver un prix Nobel dans ma médiathèque (pour le challenge familial), j'ai opté pour un auteur classique. Et il faut dire aussi que cette 4ème de couverture m'intriguait.

Et c'est complètement par hasard que j'ai découvert que ce livre avait été adapté en film, il n'y a pas si longtemps d'ailleurs! Film que je n'ai pas encore vu.

En la lisant, et connaissant assez peu la vie de Marguerite Duras, je pensais qu'elle attendait la venue d'un amant. Mais dès la première page et mention de l'hôtel Lutetia, je comprends qu'elle attend le retour des camps. Le récit se passe dans les tous premiers jours de la libération, quand les camps de concentration sont libérés les uns après les autres. Marguerite Duras attend un fameux Robert L. et est soutenue dans ces moments affreux par un certain D. Forcément, tout cela est un peu mystérieux et sachant que ce texte est fortement autobiographique, j'ai fait quelques recherches sur internet pour mieux comprendre.

Au-delà de l'aspect "vie réelle de l'auteur", j'ai aimé dans ce premier texte la manière dont Marguerite Duras parvient à faire passer au lecteur cette angoisse liée à l'attente. L'heure qui s'étire. L'incertitude. L'espoir qui laisse place au désespoir. L’hyperactivité puis l'inertie totale. Cette tension palpable à chaque minute. Cet oscillement et fragile équilibre entre le "il est vivant et reviendra bientôt" et le "il est mort et je ne le reverrai plus jamais". On la suit au gré de ses émotions contraires et, comme elle, on passe d'un état à l'autre, jusqu'à enfin la certitude finale.

C'est à la fois extrêmement bien écrit, tout en étant une écriture fouillie, peu académique, parfois difficile à suivre. Le style lui-même transpire de cette perte de toute certitude et de repères habituels.


D'autres textes suivent ensuite. Assez différents. Parfois déroutant. Surtout un que je n'ai pas trop compris. Ils relatent tous de la guerre ou de l'après-guerre. Ils s'inspirent tous de la vie de Marguerite Duras. Et pour éclairer le lecteur, ils ont tous une petite préface de l'auteur elle-même spécifiant le contexte dans lequel ce texte a été écrit, ou la personne à laquelle elle pensait en l'écrivant.


Ce petit recueil est assez surprenant mais j'ai beaucoup aimé le lire.

Voir les commentaires

2020-02-21T21:42:15+01:00

Le plus petit baiser jamais recensé de Mathias MALZIEU

Publié par 1000N1

4ème de couverture:

 

 

Une phrase : "J'aimais sentir que je lui ressemblais, mais son miroir me renvoyait également l'image du monstre que j'étais devenu. Ce déçu jusqu'à l'os trimbalant son cœur en mille morceaux dans une boite, ce puzzle ambulant qui semait ses pièces chaque jour en acceptant de ne plus les retrouver."


 

Pas de 4ème de couverture, mais en a-t-on besoin avec un titre pareil? Et lorsqu'on choisit un livre de Mathias MALZIEU, on sait déjà plus ou moins à quoi s'attendre : loufoquerie poétique, histoire d'amour surréaliste et donc pas impossible, personnages ancrés dans la réalité mais sortis tout droit d'un conte de fée. Tout est image, poésie, allégorie, métaphore, oxymore, parfois à l'excès et pourtant à la lecture ce n'est jamais excessif. L'auteur créé un univers bien à lui, qu'on reconnait immédiatement, qui est intimement lié à son style, à sa manière de conter les histoires banales en aventure extraordinaires. Il y a un petit héritage de l’Écume des jours dans cette façon de ra-conter.

Ici, l'auteur nous donne une jolie petite histoire, même si un peu convenue à mon gout. Après 3 ou 4 chapitres, je m'attendais à la fin de l'histoire. Dommage. Mais ça n'a pas pour autant gêné ma lecture.

Je n'en dit pas plus, vous aussi laissez-vous tenter par ce titre ;-)

Voir les commentaires

2019-12-28T15:38:04+01:00

L'atelier des souvenirs d'Anne IDOUX-THIVET

Publié par 1000N1

Challenge famille:

  • Un roman policier

  • Le dernier roman d'un auteur

  • Un roman ado ou jeune adulte

  • Un roman écrit à la 1ère personne

  • Les 4 éléments : lire un livre dont le titre comprend le mot terre/air/feu ou eau

  • Un témoignage de femme/fille sur leur combat quant à leur place dans la société ou sur des violences

  • Un roman dont l'intrigue se passe dans un pays situé sous l'Equateur

  • Un livre qui se passe durant une guerre

4ème de couverture: Lorsqu'elle hérite de la maison de sa grand-mère dans la Meuse, Alice décide de quitter sa vie de thésarde parisienne qui ne mène nulle part et de s'installer à la campagne. Elle se lance alors dans l'animation d'ateliers d'écriture dans deux maisons de retraite. Suzanne, Germaine, Jeanne, Elisabeth, Georges, Lucien... les anciens dont elle croise la route sont plus attachants les uns que les autres.

Au fil des séances d'écriture, les retraités dévoilent des bribes de leur passé et s'attachent à la jeune femme, dont ils devinent la solitude. Bien décidée à lui redonner le sourire, la joyeuse bande de seniors se donne pour mission de l'aider à trouver l'amour!

Tendresse, humour et fantaisie!

 

Une phrase : "Était-elle une espèce d'anachronisme ambulant, une sorte d’archétype du rabats-joie estudiantin du XXIème siècle? Cette idée, nouvelle, la frappa."


Bon, il le fallait réellement un dernier roman pour le challenge. La médiathèque avait un registre "dernières sorties d'auteurs du terroir". J'ai opté pour ce roman-ci, qui se passait dans un département que je connais un peu...

Que dire. Je ne m'attendais pas à un grand roman qui me fasse vibrer, car généralement, j'accroche peu aux romans des auteurs régionaux. Je trouve que si le scénario est plutôt bon, le style me bloque. Et là, malheureusement c'est encore le cas... L'idée de départ est vraiment originale, mais ensuite, je trouve qu'on retombe vite sur des choses déjà lues et relues, sur une une histoire qui piétine un peu. La première partie du roman, qui fait la part belle aux textes écrits par les anciens lors des ateliers est assez jolie, poétique et sort de l'ordinaire. La deuxième partie tombe dans du romantique bas de gamme. J'aurais aussi aimé des personnages plus aboutis. Là, il m'arrivait de confondre les seniors car ils n'étaient pas assez reconnaissables dans leur style, leur expression, ou parfois, au contraire, trop caricaturaux. La quatrième promettait un récit un peu plus loufoque, il m'a manqué cette pointe de folie et d'humour décalé que j'attendais. Ce que je lui reproche le plus, c'est que ce livre tourne au roman à l'eau de rose, donc pas tellement ma tasse de thé.

Bref, je ne garderai pas un grand souvenir de ce roman-ci.

Voir les commentaires

2019-11-01T21:05:23+01:00

Les loyautés de Delphine DE VIGAN

Publié par 1000N1

4ème de couverture: Théo, enfant du divorce, entraîne son ami Mathis sur des terrains dangereux. Hélène, professeur de collège à l'enfance violentée, s'inquiète pour Théo : serait-il en danger dans sa famille?

Quant à Cécile, la mère de Mathis, elle voit son équilibre familial vaciller, au moment où elle aurait besoind e soutien pour protéger son fils.

Les loyautés sont autant de liens invisibles qui relient et enchainent ces quatre personnages.

 

 

Une phrase : "  Parfois je me dis que devenir adulte ne sert à riend 'autre qu'à ça : réparer les pertes et les dommages du commencement."


 

Dans la librairie, j'ai hésité parmi les derniers romans. Lequel choisir? J'ai finalement opté pour ce petit roman-ci (non, pas parce qu'il était petit! Mauvaises langues qui pensent que j'ai peur de ne pas terminer ce challenge à temps! ;-) En plus, je viens de découvrir qu'elle a sorti un autre livre en 2019... Mauvaise pioche!)

J'ai accroché à la 4ème de couverture, et j'ai commencé à lire le roman dans la librairie. Et là il m'a happé. Et il ne m'a pas laché avant la toute fin. Car oui, jusqu'à la denrière ligne on se demande comment cette histoire va se finir. On pressent que ça va finir mal, mais a-t-on raison de laisser cette tension et cette peur de la catastrophe nous envahir? Ne suit-on pas un peu trop l'instinct d'Hélène, qui peut être mauvais conseiller? Je ne vous en dis pas plus. Surtout que même la dernière phrase laisse les suppositions ouvertes : que va-t-il arriver à Théo et Mathis? Et à Hélène? Et à Cécile?
Je ne peux pas trop vous en dire plus, si ce n'est que ce court récit est extrêmement bien mené, croisant le regard de deux adultes et de deux jeunes. Ce qui est surprenant au début, c'est que les chapitres relatés par les deux femmes sont écrits à la première personne et ceux racontés par les deux ados le sont à la troisième personne. Peut-être pour nous faire encore plsu ressentir ce décalage entre nous adulte et ce que vivent et pensent ces jeunes.

Ce qui m'a plu aussi, c'est que l'autuer crée un univers à chacun de ses personnages, qu'elle les rend vraiment vivant, réels, alors que seulement quelques dizaines de pages sont consacrées à chacun.

Bref, un roman drôlement bien construit et très agréable à lire.

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog