Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

mes lectures

2018-04-22T22:49:16+02:00

L'exception de Audur Ava OLAFSDOTTIR

Publié par 1000N1

Le challenge familial 2018:

- Une biographie ou autobiographie

Un récit de voyage ou de visite d'un pays.

un auteur islandais

- le livre "secret" choisi pour moi par ma soeur

un recueil de poèmes

- un roman écrit au 19ème siècle.

- On est nature ! Lire un livre avec un végétal dans le titre et/ou un végétal sur la couverture.

Lire un livre dont l'auteur à les mêmes initiales que toi. 

4ème de couverture: “Tu seras toujours la femme de ma vie “. Dans un vacarme de réveillon de nouvel an, Maria n'entend pas ce que Floki, son mari, lui annonce : il la quitte pour son collègue, spécialiste comme lui de la théorie du chaos.

Heureusement, dans la nuit de l'hiver polaire, Perla est là, charitable voisine d'à peine un mètre vingt, co-auteur de romans policiers et conseillère conjugale, qui surgit à tout moment de son appartement de l'entresol pour secourir fort à propos la belle délaissée...

Ni Perla la naine surdouée, ni Maria l'épouse idéale démunie devant une orientation sexuelle désormais incompatible, ni les autres acteurs de cette comédie dramatique à l'islandaise – adorables bambins, belles-familles consternées ou complices, père génétique inattendu – ne détournent le lecteur d'une alerte cocasserie de ton, d'une sorte d'enjouement tendre, de brio ininterrompu qui font de l'Exception un grand roman de la déconstruction et de la reconstruction narcissique à la portée du commun des mortels


 

Une phrase: “Si nous prenions pour exemple les événements de ta vie, Maria, ces dernières semaines, je ne vois pas comment on pourrait comprimer un tel chaos pour le faire entrer dans le cadre d'un livre de trois cent cinquante-deux pages.»


 

Pour mon roman islandais, j'aurais pu sortir des sentiers battus et me tourner vers un auteur inconnu. Mais quand j'ai lu cette 4ème de couverture, elle m'a fait trop envie! Que dire de plus d'ailleurs, que ce que cette 4ème résume si bien?

C'est avec un réel plaisir que j'ai retrouvé Audur Ava Olafsdottir (L'embellie  et Rosa Candida ). J'adore son écriture. C'est bien simple, ses romans ne se lisent pas, ils s'insufflent tout seuls en nous.

Ici encore, j'avais l'impression d'accompagner complètement l'héroïne, de la suivre, de l'épier, d'être sans cesse à ses côtés. Comme une amie pour laquelle on s'inquiète et qu'on garde à l'oeil. Je sais pas vraiment comment expliquer cela, mais c'est vraiment toujours une sensation surprenante de lire ces romans. Je me laisse vraiment happer par le récit, et séduire par ces personnages dont on sait toujours si peu mais qui sont tellement uniques, improbables, qu'on les adopte immédiatement. J'ai suivi sans hésiter Maria, la mère, l'amante, l'épouse délaissée, la voisine, l'amie, la fille. Tant de personnages dans une seule personne. Tant de vies qui se superposent, tant d'événements qui s’enchaînent. Et on sent à chaque fois que l’héroïne marche sur un fil, on palpe le malheur imminent, par instant, et puis on se dit que non, finalement ce sera un dénouement heureux. Et l'auteur nous tient ainsi jusqu'à la toute fin, dans l'attente et l'étonnement de ce qui va se passer ensuite. Bien qu'il ne se passe toujours que trois fois rien, que des soubresauts dans une vie, que de petits détours de-ci de-là dans une existence qui était si bien rangée.

On se glisse aussi à la place de Maria : que ferais-je à sa place? On s'imagine en héroïne de roman, intransigeante, folle de chagrin et de colère, forcément excessive. Mais, cela ce n'est pas la réalité. Le juste, le vrai, le réel, c'est Maria : contrainte par la vie de poursuivre, d'avancer, de refaire des projets et de redécouvrir son passé chaque jour un petit peu à l'aune du présent. Ce livre raconte juste cela et pourtant il m'a vraiment transporté. Encore une fois, cette simplicité ma touchée!

Voir les commentaires

2018-04-11T15:59:47+02:00

Les invasions quotidiennes de Mazarine PINGEOT

Publié par 1000N1

Le challenge familial 2018:

- Une biographie ou autobiographie

Un récit de voyage ou de visite d'un pays.

un auteur islandais

- le livre "secret" choisi pour moi par ma soeur

un recueil de poèmes

- un roman écrit au 19ème siècle.

- On est nature ! Lire un livre avec un végétal dans le titre et/ou un végétal sur la couverture.

Lire un livre dont l'auteur à les mêmes initiales que toi. 

4ème de couverture: Etre une mère de deux bambins séparée d'un mari envahissant et manipulateur n'est pas une sinécure. Un chaos quotidien qui prend des proportions épiques quand le lave-vaisselle de Joséphine la lâche. Sans compter que ses cheveux partent en vrille. Et que son esprit semble jouer contre elle, s'amusant à l'égarer dans une chaine de catastrophes théoriques sans fin.

Comble de l'ironie, l'inspiration, elle, semble l'avoir abandonnée. Son livre est au point mort, et son nouvel éditeur aimerait bien avoir de ses nouvelles. Pour l'instant, Joséphine l’esquive. Mais combien de temps encore va-t-elle passer à côté de sa vie?.


 

Une phrase: “Et ce, malgré des années d'entrainement devant la glace de la salle de bain, où j'imitais les actrices, chanteuses, voire les filles du collège à qui je n'osais aps adresser la parole, et tentais de me composer un visage à moi, une allure dont personne ne pourrait soupçonner les heures d'efforts pour qu'elle paraisse naturelle, tandis que ma mère tambourinait à la porte, fermée à clé depuis trop longtemps (ce qui est forcément suspect) “Mais qu'est-ce que tu fais encore Joséphine? La salle de bain n'est pas un espace pri-va-tif...”,articulant chaque voyelle par déformation professionnelle – elle est orthophoniste (et communiste pour ce qui est de l'intimité familiale) - “... et n'essaie pas de te peinturlurer le visage avec mon maquillage, ça coûte cher je te signale, et si tu crois que ça va changer quelque chose...”, ce à quoi je ne répondais rien, et finissais vaincue, voire honteuse, par ouvrir la porte de la salle de bain.»


 

Il me fallait un livre dont l'auteur a les mêmes initiales que moi. J'avais le choix entre Marcel Pagnol ou Marcel Proust. Mais je n'avais pas envie de lire un de leurs romans. Et je souhaitais un auteur féminin. Quand je suis tombée sur Mazarine Pingeot, je me suis dit que c'était un bon choix! Et comme seul ce livre était en rayon lors de mon passage, c'est sur celui-ci que j'ai jeté mon dévolu! Je peux vous dire de suite que je ne le regrette pas! J'ai lu ce petit roman très rapidement, car il est vraiment agréable à lire. Au début, il donne un peu le tournis, il est vrai, car comme vous pouvez le lire dans l'extrait que je vous ai mis, les phrases sont plutôt longues!

On suit donc Joséphine, la narratrice et héroïne durant 12 jours. 12 jours consécutifs. Vous allez me dire “que peut-il se passer d'intéressant dans la vie d'une femme, en 12 jours?” Bah plein de choses justement! Pas forcément parce que Joséphine est une personne exceptionnelle, mais plutôt car elle transforme chaque moment du quotidien en instant unique. Le moindre événement peut être un raz de marée, un cap impossible à franchir ou la meilleure nouvelle de l'année. Et comme elle analyse, décortique et hésite sur tout, et bien forcément, tout prend une ampleur démesurée! Cette héroïne est loufoque, mal organisée, tête en l'air, dépensière et pratique la procrastination comme personne! Elle m'a beaucoup fait penser à Bridget Jones au début! Alors il est vrai que dans les premiers chapitres, elle m'a un peu énervée. J'avais envie de la secouer, de lui dire de se mettre réellement au boulot, d'arrêter de se plaindre sur son propre sort, de ne plus se laisser marcher sur les pieds, bref de se prendre en main! Et justement, c'est ce qu'elle fait! En 12 jours on assiste à sa transformation, ce qui nous la rend forcément plus sympathique! Et puis cette héroïne est un vrai personnage : elle attrape les poux de ses enfants et semble s'en accommoder, elle répond aux spams avec humour, elle discoure philosophie en plein milieu du métro, elle s'indigne de la publicité mensongère de sa banque et y vole une petite cuillère, ... j'en passe et des meilleures, pour vous laisser le plaisir de la découvrir par vous même en lisant ce roman!

Ce qui rend ce personnage si réel, si atypique, si drôle et touchant, c'est aussi le style de l'auteur. Ces longues phrases, ces digressions philosophiques ou psychologiques, ces petites réflexions sur le quotidien, qui tombent à pique et sonnent si juste. C'est vraiment agréable à lire! Bon, certains soirs je me suis endormie avec ce bouquin sur les coups de 23h30, et il est vrai que je perdais le fil! Aussi je vous déconseille sa lecture si vous êtes en épisode de somnolence intense ou durant un trajet en train. Il demande un minimum d'attention, sinon vous pourriez passer à côté de tous ses bons mots!

Voilà un livre qui plaira forcément aux femmes, et bien sûr aux mamans modernes qui doivent être im-pe-ca-bles et exemplaires au quotidien. Mais même si vous ne vous retrouvez pas dans ce descriptif, je vous en conseille la lecture!

Voir les commentaires

2018-04-07T14:53:52+02:00

La femme au carnet rouge d'Antoine LAURAIN

Publié par 1000N1

4ème de couverture: Un matin à Paris, alors qu'il ouvre sa librairie, Laurent Letellier découvre dans la rue un sac à main abandonné.

Curieux, il en fait l'inventaire et découvre, faute de papiers d'identité, une foule d'objets personnels: photos, parfum... et un carnet rouge rempli de notes. Désireux de retrouver la propriétaire du sac, Laurent s'improvise détective; A mesure qu'il déchiffre les pages du carnet contenant les pensées intimes de l'inconnue, le jeu de piste se mue progressivement en une quête amoureuse qui va chambouler leurs vies.


 

Une phrase: “Il avait ouvert une porte qui menait à l'esprit de la femme au sac mauve et même s'il était un peu déplacé de lire les pages du petit carnet, il ne pouvait s'en détacher.»


 

Un autre roman d'Antoine LAURAIN. J'avais beaucoup aimé les précédents livres de cet auteur http://1000n1.overblog.com/2017/12/carrefour-des-nostalgies-d-antoine-laurain.html et http://1000n1.overblog.com/2015/01/le-chapeau-de-mitterrand-de-antoine-laurain.html . Aussi quand je suis tombée sur ce bouquin en solde, et tandis que je n'avais plus aucun livre à lire, je me suis laissée tenter. J'avais en tête l'article de ma soeur sur son blog concernant ce roman http://lydianeyannick.over-blog.com/search/carnet%20rouge/ , et je me suis dit qu'il fallait que je tente ma chance, vu que j'aime en général l'écriture de cet auteur.

Malheureusement, je n'ai pas vraiment accroché avec ce roman. La lecture reste agréable certes, mais l'intrigue n'est pas à mon goût. Cet auteur nous sert souvent des histoires invraisemblables et qui semblent pourtant si réelles qu'on se dit “oui, ça pourrait éventuellement se passer comme ça dans la réalité”. Il arrive à nous entrainer avec lui dans ses folles histoires, à multiples rebondissements. Là, pour cette rencontre hors norme, je n'ai pas suivi. J'ai eu quelque part la sensation d'avoir déjà lu ce genre d'histoire. L'intrigue me faisait penser à un roman de Marc Levy. A un moment, je me suis même dit “non, mais dans la vraie vie, ça c'est impossible!” J'ai donc lu l'histoire sans grand entrain, m'attendant dès le début à la chute finale de cette histoire. Pas un grand coup de coeur mais pas à jeter non plus. Je dirai que pour la plage cet été, ça peut aller!

Voir les commentaires

2018-02-15T15:26:04+01:00

Filles impertinentes de Doris LESSING

Publié par 1000N1

Le challenge familial 2018:

Une biographie ou autobiographie

- Un récit de voyage ou de visite d'un pays.

un auteur islandais

- le livre "secret" choisi pour moi par ma soeur

un recueil de poèmes

- un roman écrit au 19ème siècle.

- On est nature ! Lire un livre avec un végétal dans le titre et/ou un végétal sur la couverture.

Lire un livre dont l'auteur à les mêmes initiales que toi. 

4ème de couverture: Avec Filles impertinentes, Doris Lessing nous livre le récit poignant de sa genèse et de sa jeunesse. Elle s'y dévoile sous un jour nouveau et met toute sa puissance de conteuse au service d'un sujet universel : les relations mère-fille. Mordant, plein d'esprit et porté tout au long par une franchise hors du commun, Filles impertinentes est également l'autoportrait saisissant d'un des écrivains les plus libres de son époque.

 


 

Une phrase: “Il fallait s'opposer à ses parents à tout moment et dans tous domaines, non seulement parce qu'ils étaient réactionnaires, ce qui allait de soi, mais parce qu'ils voulaient vivre notre vie à notre place»


 

Je n'ai jamais lu de roman de Doris LESSING, pourtant j'ai souvent hésité à en lire. Les titres m'attiraient, les 4ème de couverture beaucoup moins... Là c'est à la fois le titre, la couverture et la 4ème qui m'ont donnés envie. Du coup, je l'ai pris. En plus, il entre dans une des catégories du concours famille 2018 : l'autobiographie

C'est un tout petit livre, qui se lit très vite. L'auteur nous raconte son histoire familiale et s'y confie sans faux semblant. Elle peut être très dure avec ses parents, surtout dans le début du récit. Elle ne mâche pas ses mots. Mais au fur et à mesure, on comprend aussi qu'elle s'en veut aussi à elle-même de n'avoir pas su “rencontrer” sa mère. Chacune représentait, par son caractère et son tempérament, les valeurs que l'autre exécrait. On devine que cela n'a pas dû être drôle tous les jours... Doris Lessing semble avoir longtemps reproché à sa mère de ne pas l'avoir assez aimée, ou du moins de ne pas avoir su le lui montrer. Elle était en colère contre elle. Mais vers la fin de l'ouvrage, c'est comme si elle prenait conscience qu'elle aussi n'a pas montré à sa mère qu'elle l'aimait. Elle essaie en tous cas de la comprendre mieux, de lui pardonner, même si en fait, elle dit n'éprouver que “de la pitié” pour sa mère. D'ailleurs, par moment elle fait parler sa mère. C'est même un peu déroutant au début, car elle n'indique jamais qui parle : elle ou sa mère. Mais on comprend vite que cette femme qui se plaint de sa fille impertinente c'est sa mère.

C'est à la fois un joli récit, et une histoire un peu triste, d'autant plus qu'elle est autobiographique. Et par son titre, au pluriel, elle nous fait aussi comprendre qu'elle n'est pas la seule dans ce cas, amis aussi beaucoup d'autres “jeunes femmes de sa génération”. Quel malheur pour une mère et sa fille que de ne pas avoir su profiter du temps ensemble et se dire qu'elles s'aiment...

D'ailleurs maman, petit message, que je ne t'ai pas dit depuis longtemps : je t'aime.

Voir les commentaires

2018-01-24T22:03:36+01:00

Au revoir là-haut de Pierre LEMAITRE

Publié par 1000N1

4ème de couverture: Rescapés du premier conflit mondial, détruits par une guerre vaine et barbare, Albert et Edouard comprennent rapidement que le pays ne pourra rien pour eux. Car la France, qui glorifie ses morts, est impuissante à aider les survivants.

Abandonnés, condamnés à l'exclusion, les deux amis refusent pourtant de céder à l'amertume ou au découragement. Défiant la société, l'Etat et la moral patriotique, ils imaginent une arnaque d'envergure nationale, d'une audace inouïe et d'un cynisme absolu.


 

Une phrase: “Et cette idée est tellement douloureuse qu'Edouard s'arrête et regarde ce camarade, juste au-dessous de lui, et, un court moment, il se sent aussi mort que lui, c'est sa propre mort qu'il contemple et ça lui fait un mal immense, immense...»


 

J'ai tellement entendu parler de ce livre, non en faite j'ai entendu tellement de bien sur ce livre -prix Goncourt par dessus le marché! - que j'étais impatiente de le lire! Avec la sortie du film dernièrement, dont j'ai vu la bande annonce, j'avais encore plus envie de le lire (bon, du coup, forcément Albert a pour moi le visage d'Albert Dupontel!)

J'ai refermé ce livre hier pleinement satisfaite : il a vraiment comblé mes attentes! J'ai certes mis pas mal de temps à le lire, mais c'est plus dû à mes activités annexes du soir et à ma fatigue (je ne lisais qu'un chaptire par soir avant de sombrer!) qu'au roman lui-même.

Que dire sinon que j'ai tout aimé de ce livre : son titre, son style, son récit. Vraiment, je ne vois pas quelle critique négative je pourrais lui faire. Les personnages m'ont beaucoup plu et l'histoire est drôlement bien menée. On ne s'ennuie pas un instant et on s'attache vite à Albert, un peu looser sur les bords, mais vrai gentil! J'ai aussi adoré détester Henri une bonne partie du roman, et je dois dire que j'étais beaucoup plus vindicative qu'Albert! Personnellement j'aurais opté pour une vengeance terrible! ;-)

J'ai trouvé le choix de l’époque très intéressant et judicieux : l'après-guerre, cette période dont on parle peu. Les livres d'Histoire laissent imaginer que lorsque la guerre est finie, la vie reprend son cours et tout le monde est heureux. La triste réalité de la difficulté du retour à la vie ordinaire pour des hommes traumatisés par une guerre barbare est souvent occulté. Ce roman fait la lumière sur cela : le manque de reconnaissance, la vie avec un handicap ou un traumatisme et ne plus retrouver sa place dans la société, dans sa famille,dans son travail. Et puis aussi, il raconte ces cyniques qui font leur fortune sur le malheur des autres.

Quant au style, il est tout simplement exceptionnel. Cette façon de raconter l'histoire m'a transportée. La narrateur a une vrai gouaille, un vrai talent de conteur! C'est d'ailleurs, je pense, principalement pour cette raison qu'on ne lache pas ce livre, qu'on ne se lasse pas, qu'on reste immergé dans l'histoire même quand il ne se passe pas grand chose.

Et puis il y a ce suspens, jusqu'à la toute fin. Splendide!


 

Bref, je ne taris pas d'éloges, mais vraiment c'est mérité! Je n'ai qu'un conseil pour ceux qui ne l'ont pas déjà fait : lisez ce livre! Et voici d'autres avis que le mien pour vous convaincre :

http://lydianeyannick.over-blog.com/article-au-revoir-la-haut-121579311.html

http://blog-de-moi.over-blog.com/2017/11/au-revoir-la-haut-de-pierre-lemaitre.html

http://passionnement1457.over-blog.com/2014/12/au-revoir-la-haut-de-pierre-lemaitre.html


 

J'ai entendu cette semaine que Pierre Lemaitre sort une suite à ce roman, où on retrouve certains personnages. Peut être me laisserai-je tenter, mais j'ai peur d'être déçue...

Voir les commentaires

2017-12-28T10:19:41+01:00

Carrefour des nostalgies d'Antoine LAURAIN

Publié par 1000N1

4ème de couverture: François a perdu les élections. Depuis, des souvenirs se bousculent dans sa tête. Retrouvant une photo de classe vieille de trente ans, il s'interroge sur ce que sont devenus ces adolescents. Il convoque alors un ami des services secrets pour retrouver les coordonnées de ses anciens camarades. Clément est devenuréalisateurs de films érotiques, Delphine est coiffeuse,... De rencontres en hasards, sa promenade le ménera jusqu'aux mystères que cachaient les visages, alors francs et familiers, de la jeunesse.

 

Une phrase: Je retrouvais la pensée apaisante que la vie est somme toute assez simple, qu’elle est devant soi, pleine de rencontres et de hasards. Qu’elle est longue comme les journées de l’enfance. C’est après que le temps se rétracte »

 

Ce livre-ci, c'est ma grande soeur qui me l'a prêté! http://lydianeyannick.over-blog.com/2017/10/carrefour-des-nostalgies.html Eh oui, la lecture est une affaire de famille chez nous!
Elle m'avait déjà fait découvrir le Chapeau de Mitterrand de cet auteur, livre que j'avais beaucoup aimé http://1000n1.overblog.com/2015/01/le-chapeau-de-mitterrand-de-antoine-laurain.html J'ai bien retrouvé le style de ce roman d'ailleurs dans Carrefour des nostalgies. Sa manière très particulière de mener le récit, je dirais même de mener le lecteur par le bout du nez, sans que celui-ci s'en plaigne! Au contraire! L'écriture est très agréable, fluide, poétique parfois. On entend le héros nous narrer son histoire, on le lit comme on l'écouterait parler. Et on le suit au gré du hasard, car c'est ainsi qu'est présentée l'histoire et c'est bien ainsi qu'on la vit! Jamais je ne me suis dit “non mais qu'est ce qu'il est encore allé inventer? Et il croit qu'on va gober ça?” Non, j'y ai cru à fond! Tout semble logique, naturel, comme dans la vraie vie! Il y a des rencontres, des imprévus, des découvertes, des souvenirs qui resurgissent au bon moment, et toute une série de petits hasards qui nous mènent là où nous sommes. Je crois beaucoup à cela d'ailleurs, que l'échec n'est pas une fin en soi. Qu'il faut voir ce qu'il y a derrière cet échec, cet imprévu qui nous mine. Souvent, avec un peu ( parfois beaucoup) de recul, on se rend compte que cet élément déclencheur, cet événement imprévu qui semblait être la fin du monde fut un tremplin pour un autre départ, un nouveau souffle, une autre énergie. Sans cette défaite aux élections, François n'aurait pas vécu toute cette aventure, et ça aurait été dommage pour nous!
En refermant le livre, je me suis questionnée aussi “que sont devenues toutes ces personnes du lycée?” Elles-aussi ont disparus dans le néant, comme des personnages d'un livre, comme s'ils n'avaient pas d'existence réelle.

Vous l'avez compris, ce livre m'a bien détendue et bien fait cogiter! ;-)

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog