Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2016-12-10T15:09:54+01:00

L'arabe du futur 3, Une jeunesse au Moyen-Orient (1985-1987) de Riad SATTOUF

Publié par 1000N1

4ème de couverture: Ce livre raconte l'histoire d'un Cimmérien blond et de sa famille dans la Syrie d'Hafez Al-Assad.


 

Une phrase: ou plutôt une planche!

 

Quand Riad explique à ses cousins... Je vous laisse deviner comment cela s'est passé le lendemain...

Quand Riad explique à ses cousins... Je vous laisse deviner comment cela s'est passé le lendemain...

Ca fait presqu'un mois qu'il faut que je publie cet article!

Voici donc le tome 3! Mon cher et tendre l'a acheté dès sa sortie. Faut dire qu'on est assez fan de cette série de Riad SATTOUF. Les dessins sont sympas et les histoires toujours aussi intéressantes, surprenantes et drôles. C'est une jolie BD qu'on lit en une soirée! Difficile de la lacher une fois ouverte! On retrouve toute la famille de Riad SATTOUF, et son existence entre la France et la Syrie. Et aussi de nouvelles aventures : Noël en Syrie, visite du Liban, découverte du travail à l'université de son père, circoncision, etc... On en apprend encore plus sur la vie de l'auteur!Pour ma part, je suis toujours stupéfaite par le personnage du père : comment peut-il faire vivre cette vie-là à sa famille? Les conditions de vie en Syrie sont tellement déplorables comparées à celles que la famille aurait en France!
Riad SATTOUF nous fait toujours voyager avec ces dessins, et ces petites histoires, qui décrivent un pays et une époque certainement mieux qu'un long discours.

Je dois quand même avouer que j'ai moins accrocher avec ce tome-ci, mais je ne saurais pas trop dire pourquoi...

Voir les commentaires

2016-11-07T22:02:19+01:00

La Passe-Miroir tome1 Les Fiancés de l'hiver de Christelle DABOS

Publié par 1000N1

4ème de couverture: Sous ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons, la jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. A quelle fin a-t-elle été choisie? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.
Le premier livre d'une grande saga fantastique, qui a révélé le talent exceptionnel de son auteur.


 

Une phrase: Troublée, Ophélie fut saisie d'un pressentiment. Les pièces d'un étourdissant puzzle se mettaient en place dans son esprit.”


 


 

Et voilà, au lieu de lire les deux romans que je suis sensée trouver et lire avant le 31 décembre pour le challenge familial, je m'embarque dans d'autres lectures! Merci les frangines! Oui parce que c'est un peu de votre faute quand même! Ce petit roman bien sympa - enfin plutôt ce tome 1 d'une saga dont je bouillonne d'impatience de connaitre la suite – m'a été offert par mes soeurettes pour mes 30 ans. Avec une dédicace “roman d'ado pour conserver l'esprit jeune”. J'ai dû le conserver car j'ai adoré ce roman!

Il m'intriguait beaucoup ce livre! J'avais lu la très bonne critique de ma soeur ainé  (http://lydianeyannick.over-blog.com/2016/06/la-passe-miroir-tome-1.html), et ce livre m'interpellait! Déjà le sujet : l'héroïne qui passe à travers les miroir, faisait résonner en moi l'écho d'un début d'histoire que j'avais griffonné il y a quelques années dans un cahier. Et puis ce qu'en dévoilait ma soeur sur son blog m'attirait énormément. Aussi, après avoir hésité un peu, j'ai reposé pour quelques temps le roman que j'étais déjà en train de lire – qui soit dit en passant n'a aussi rien n'à voir avec le challenge familial, et m'a été offert par mon cher et tendre – pour me plonger dans ce livre-ci.

J'ai passé de très bons moments avec cette lecture. J'ai vraiment voyagé à travers cet autre univers, parvenant complètement à m'immerger dans ce monde étrange et magique. Si au départ le personnage d'Ophélie m'a un peu décontenancée (c'est quoi ce anti-héros, décrit comme une petite chose insignifiante? Elle elle va me faire rêver? Et puis c'est quoi, une enfant, une ado, une adulte?), rapidement elle m'a séduite et je l'ai suivi. Elle se révèle au fil des pages, et n'a pas d'autre choix que de sortir de sa coquille et de faire preuve de force de caractère. Je me demandais comment elle pouvait bien parvenir à séduire son entourage (j'ai toujours en tête la description désastreuse du début), mais après tout, elle m'a bien séduite et étonnée moi! Quant à l'intrigue en tant que telle, elle est bien menée. On croit deviner où tout cela va mener, mais le devine-t-on vraiment? Il y a tellement de rebondissements, de péripéties qu'on ne voit pas venir, que franchement, je ne suis plus si sûre de bien savoir où l'auteur va nous emmener... Bref, comme le dit bien ma grande frangine, j'ai ressenti à cette lecture autant d'émotions, d'excitation et d'intérêt que lors de la lecture d'Harry Potter! Ca promet! Hâte maintenant de découvrir le tome 2 (qui, toujours selon ma frangine, est top), car bien sûr, l'auteur nous lâche à la fin du tome 1 pile au moment où on se dit “oh punaise, comment ça va se passer?”

Voir les commentaires

2016-09-17T22:35:27+02:00

Nos jours heureux de Ji-Young GONG

Publié par 1000N1

Le Challenge familial:

1 : Lire un classique

2 : Lire un roman historique.

3 : Un livre qui a obtenu le Goncourt

4 : Lire un roman épistolaire.

5 : Extrême Orient : lire un livre d'un auteur de cette région

6 : Un seul mot : choisir un livre dont le titre ne contient qu'un seul mot

7 : Lire un livre publié l'année de sa naissance

8 : Lire un livre dont le titre comprend un nombre

Nos jours heureux de Ji-Young GONG

4ème de couverture : Yujeong a le coeur en miettes lorsque sa tante Monica, qui est religieuse, l'emmène à la Maison d'arrêt de Séoul visiter un condamné à mort. Rien ne semble pouvoir rapprocher une jeune désespérée de bonne famille d'un triple meurtrier et pourtant... Au fil de leurs rencontres, ils vont se raconter avec sincérité leurs « vraies histoires », affronter les ténèbres et découvrir les lumières éblouissantes au sein de ces ténèbres, réparer leurs âmes meurtries.

Ce roman bouleversant nous parle de la force de l'amour, de pardon et de rédemption. Son auteur, Gong Ji-Young, est une romancière infiniment respectée en Corée pour les combats qu'elle mène pour un monde plus juste. Dans un pays où la peine de mort n'a pas été abolie, Nos jours heureux a provoqué d'âpres débats, et ne quitte pas la liste des best-sellers.

Une phrase: Si je ne l'avais pas rencontré, s'il n'y avait pas eu tante Monica, il serait resté dans ma mémoire comme les articles de journaux le décrivaient : une ordure”


J'ai envie de dire “pas mieux, rien à ajouter à la quatrième de couverture”, mais ce serait un peu facile non?

J'ai lu ce roman dans le cadre du challenge familial. Ayant déjà lu l'an passé un livre d'un auteur japonnais, d'un auteur vietnamien et d'un auteur chinois, je voulais découvrir un autre pays. Et j'ai lu beaucoup d'avis positifs sur ce roman. Bingo, mon choix était fait!


Lorsque j'ai lu le premier chapitre, j'ai trouvé le style très étrange. Je me suis dit que ça devait être un problème de traduction, et que si tout le roman était rédigé ainsi, je risquais de trouver les 300 et quelques pages suivantes très longues! Et puis, je ne sais pas, après quelques pages toutes mes réticences étaient envolées! J'étais transportée par l'histoire. Et je trouvais le récit agréable à lire. J'ai aimé l'alternance du récit relaté par Yujeong, avec des citations sur la peine de mort et le pardon, et les souvenirs relatés par Yunsu (le triple meurtrier). On suit ainsi le parcours de cet homme, qui est allé de malheur en malheur au fil de sa courte vie, s'endurcissant au fil du temps, jusqu'à se retrouver dans le couloir de la mort. On croit au fil du récit mieux comprendre comment un être peut devenir un assassin. Mais on suit également sa rédemption, son évolution en prison, au contact de Yujeong. Et l'auteur veut nous montrer que ce n'est pas un cas unique. Bien sûr, on sent fortement le parti prix, et la volonté de faire passer un message anti-peine de mort. Les citations elles-mêmes sont très orientées, dans le but de faire réfléchir et réagir le lecteur. Mais l'auteur ne cache rien de ses attentions réelles, on sait pertinemment en lisant son roman qu'elle veut prouver l'inutilité et la monstruosité de la peine de mort.

En tant que française, très éloignée de ce débat, j'ai lu une très belle histoire, émouvante. Comment l'aurais-je reçu si j'avais été coréenne?

Voir les commentaires

2016-09-04T12:05:12+02:00

Et je danse aussi de Anne-Laure BONDOUX et Jean-Claude MOURLEVAT

Publié par 1000N1

Le Challenge familial:

1 : Lire un classique

2 : Lire un roman historique.

3 : Un livre qui a obtenu le Goncourt

4 : Lire un roman épistolaire.

5 : Extrême Orient : lire un livre d'un auteur de cette région

6 : Un seul mot : choisir un livre dont le titre ne contient qu'un seul mot

7 : Lire un livre publié l'année de sa naissance

8 : Lire un livre dont le titre comprend un nombre

Et je danse aussi de Anne-Laure BONDOUX et Jean-Claude MOURLEVAT

4ème de couverture : Un mail comme une bouteille à la mer. D'ordinaire, l'écrivain Pierre-Marie Sotto ne répond jamais aux courriers d'admirateurs. Mais cette Adeline Parmelan n'est pas une “lectrice comme les autres”. Quelque chose dans ses phrases, peut-être, et puis il y a cette épaisse et mystérieuse enveloppe qu'elle lui a fait parvenir – et qu'il n'ose pas ouvrir. Entre le prix Goncourt et la jeune inconnue, une correspondance s'établit qui en dévoile autant qu'elle maquille, de leurs deux solitudes, de leur secret commun...

Une phrase: J'aime aussi cette parcimonie avec laquelle vous me donnez à voir qui vous êtes. Je ne connais pas votre profession, je n'ai jamais vu votre visage, mais je sais ce que vous avez fait cette nuit du vendredi 1er mars. Qui le sait, à part moi?”


Il me fallait un roman épistolaire pour notre challenge familial. Après un petit tour sur internet et quelques avis lus, j'ai opté pour ce roman-ci.

Bon, les héros n'échangent pas des lettres, mais des e-mails. C'est l'épistolaire moderne!

Concernant l'histoire, la 4ème en dit déjà beaucoup (trop?), donc je n'ai rien à ajouter. Je vais plus vous faire part de mon ressenti sur ce roman.

Durant les premières pages, j'ai bien cru que je n'allais pas accrocher. Je me disais “non, mais c'est pas possible de débuter une relation épistolaire de cette manière!” Je ne trouvais pas plausible que l'auteur Pierre-Marie Sotto accepte de correspondre avec cette lectrice, aussi spontanément. Les ficelles me semblaient un peu grosses. En me mettant dans la peau du personnage, je me disais que je n'aurais jamais répondu au second mail de la lectrice, j'aurais coupé court. Bref. J'ai essayé de dépasser cet a priori et de poursuivre ma lecture. Et, petit à petit, moi aussi, je me suis laissée prendre au jeu. Les deux héros s'écrivent quotidiennement, et se livrent de plus en plus intimement. Chacun derrière son écran, il est plus facile de se dire, de se raconter, de relater des événements de sa vie qu'on n'oserait pas forcément se dire en face à face. Bref, la mayonnaise a pris, comme on dit! Je me suis totalement plongée dans ce livre et j'ai pris beaucoup de plaisir à le lire.

Ce qui m'a plu surtout c'est l'art des auteurs d'entretenir le suspense, jusqu'au bout du livre. Il y a plusieurs rebondissements, des événements inattendus, et au fur et à mesure d'autres personnages qui correspondent avec Pierre-Marie Sotto. A plusieurs reprises, j'ai cru tout comprendre, tout deviner, et ce qui m'a plu c'est que les auteurs n'en jouent pas de trop, puisque aussitôt après Pierre-Marie Sotto faisait les mêmes suppositions que moi! Au final, quand le fin mot de l'histoire est révélé, j'ai été bien surprise!

En outre, j'ai beaucoup aimé l'écriture de ce roman: l'humour, le style, le rythme.

Un bon petit roman, qui se lit rapidement, et que je conseille!

Voir les commentaires

2016-08-25T11:04:29+02:00

De nos frères blessés de Joseph ANDRAS

Publié par 1000N1

Le Challenge familial:

1 : Lire un classique

2 : Lire un roman historique.

3 : Lire un livre qui a obtenu le Goncourt

4 : Lire un roman épistolaire.

5 : Extrême Orient : lire un livre d'un auteur de cette région

6 : Un seul mot : choisir un livre dont le titre ne contient qu'un seul mot

7 : Lire un livre publié l'année de sa naissance

8 : Lire un livre dont le titre comprend un nombre

De nos frères blessés de Joseph ANDRAS

4ème de couverture : Alger, 1956. Fernand Iveton a trente ans quand il pose une bombe dans son usine. Ouvrier indépendantiste, il a choisi un local à l’écart des ateliers pour cet acte symbolique : il s’agit de marquer les esprits, pas les corps. Il est arrêté avant que l’engin n’explose, n’a tué ni blessé personne, n’est coupable que d’une intention de sabotage, le voilà pourtant condamné à la peine capitale.
Si le roman relate l’interrogatoire, la détention, le procès d’Iveton, il évoque également l’enfance de Fernand dans son pays, l’Algérie, et s’attarde sur sa rencontre avec celle qu’il épousa. Car avant d’être le héros ou le terroriste que l’opinion publique verra en lui, Fernand fut simplement un homme, un idéaliste qui aima sa terre, sa femme, ses amis, la vie – et la liberté, qu’il espéra pour tous les frères humains.
Quand la Justice s’est montrée indigne, la littérature peut demander réparation. Lyrique et habité, Joseph Andras questionne les angles morts du récit national et signe un fulgurant exercice d’admiration

Une phrase: Mais il y a au fond de ses poumons les bravos du tribunal, les traits trop lointains d'Hélène et son odeur qu'il reconaitrait, bien sûr, entre mille mais dont il sent, là, qu'il lui est difficile de la reconstituer, de la saisir, de l'attraper à pleines mains, il y a l'inqui”tude de son père, sans doute, même si l'on ne cause pas de ces choses-là, il y a les copains, les camarades, dont il demeure sans nouvelles et qu'il craint, par trop faible qu'il fut, d'avoir mis en danger en parlant plus que d'autres, sans doute, l'euseent fait...”

Voici le deuxième livre que j'ai emprunté à ma petite maman! Je cherchais avant tout dans sa bibliothèque un livre qui puisse correspondre à une des catégories de notre challenge familial... Ma mère m'a conseillé ce livre, pour le roman ayant reçu un prix Goncourt (oui, c'est le Goncourt de cette année, refusé certes, mais cependant le Goncourt!)

Je ne savais pas trop si ce livre allait me plaire. Je ne suis pas trop biographie, et là j'avais en plus la sensation que tout était déjà raconté dans la 4ème de couverture. Mais après avoir lu l'article de ma mère sur son blog ( http://passionnement1457.over-blog.com/2016/06/de-nos-freres-blesses-de-joseph-andras.html ), et sachant que e roman avait, quand même (!), remporté le prix Goncourt, je me suis laissée tenter! Et j'ai bien fait! J'ai beaucoup apprécié ce livre. C'est à la fois biographique et romanesque, factuel et poétique. C'est magnifiquement bien écrit! On pourrait même croire que c'est écrit par Fernand Iveton lui-même tellement l'auteur décrit parfaitement les souvenirs, les sensations, les espoirs, les craintes, les doutes, la peur... Je ne sais pas si Fernand Iveton a vraiment pensé et ressenti tout cela, mais l'écriture de Jospeh Andras sonne tellement juste!

Vraiment, je ne me suis pas ennuyée un instant en lisant ce roman. Et j'ai en plus appris un petit morceau de l'Histoire, dont j'ignorais tout!

Voir les commentaires

2016-07-25T10:53:26+02:00

Le collier rouge de Jean-Christophe RUFIN

Publié par 1000N1
Le collier rouge de Jean-Christophe RUFIN

4ème de couverture : Dans une petite ville du Berry, écrasée par la chaleur de l'été, en 1919, un héros de la guerre est retenu prisonnier au fond d'une caserne déserte.

Devant la porte, son chien tout cabossé aboie jour et nuit. Non loin de là, dans la campagne, une jeune femme usée par le travail de la terre, trop instruite cependant pour être une simple paysanne, attend et espère.

Le juge qui arrive pour démêler cette affaire est un aristocrate dont la guerre a fait vaciller les principes.

Trois personnages et, au milieu d'eux, un chien, qui détient la clef du drame...

Plein de poésie et de vie, ce court récit, d'une fulgurante simplicité, est aussi un grand roman sur la fidélité. Etre loyal à ses amis, se battre pour ceux qu'on aime, est une qualité que nous partageons avec les bêtes. Le propre de l'être humain n'est-il pas d'aller au-delà et de pouvoir aussi reconnaître le frère en celui qui vous combat?

Une phrase: C'était au point où il se demandait, à une ou deux reprises, si leurs souffrances n'étaient pas plus respectables que les idéaux au nom desquels on les leur infligeait.”


Plus de livres à lire ces derniers temps! Je ne trouve (ou ne prends) pas le temps d'aller à la médiathèque ou à la librairie... J'ai donc profité d'une visite chez mes parents pour faire une descente dans la bibliothèque de ma mère! J'en suis repartie, avec plusieurs livres, dont celui-ci! Cela faisait quelques temps que j'avais envie de lire ce roman. J'en avais lu de bonnes critiques à sa sortie, et les avis de ma mère et ma sœur avaient fini de me convaincre! http://passionnement1457.over-blog.com/2015/11/le-collier-rouge-de-jean-christophe-rufin.html http://lydianeyannick.over-blog.com/2015/09/le-collier-rouge.html


Il s'agit d'un tout petit roman, qu'on peut classer dans al catégorie historique, puisque l'intrigue se passe à la fin de la première guerre mondiale. La quatrième de couverture résume déjà assez bien l'intrigue de départ, pas besoin d'en dire plus!

J'ai bien aimé ce petit livre qui se lit très rapidement. En effet, non seulement les chapitres sont courts, mais en plus on veut savoir si le prisonnier va être condamné ou pas, et pour quel crime! Cela maintient le suspense, et en même temps, tout ce mystère autour du “crime”, cela m'a un peu déplu. J'avais l'impression que l'auteur tournait autour et se donnait beaucoup de mal pour justement ne pas dire de quoi il s'agissait. J'ai trouvé ça dommage, car sincèrement on devine assez tôt de ce dont il s'agit, et je ne crois pas que le dire dès le départ aurait enlevé une part de suspense ou d'intérêt au roman, au contraire...

Mis à part ce petit reproche, j'ai apprécié l'écriture, le rythme, les personnages. Tout cela est bien travaillé, bien construit même si le récit est court. Je me suis facilement plongé dans l'histoire. J'ai cru en ces personnages. J'ai plutôt adhéré à ce récit, et j'ai pris du plaisir avec ce roman. Bref, je le conseille (Sarah, si tu ne l'as pas encore lu et qu'il te reste deux trois jours durant tes vacances...)

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog